SMAD – Demain

En Auvergne, terre des volcans, on vous parlait il y a deux ans déja (ici) d’un phénomène qui émergeait, S.I.S. Vibrations. Après un album  généalogiquement roots  très réussi, il croise la route de la fameuse caravane Root’sTrip. Un changement de nom, S.I.S Vibrations devient SMAD  qui est le nouveau nom de scène de Thomas et aussi le nom du crew et qui comprend  Yoks et Slim qui s’occupent de toute la conception de l’image (Infographies, photos, vidéos,  sites internet ) et Alex (Selecta Z) qui est aux platines pendant les lives et gère l’association et le booking.

Après deux très bonnes mixtapes, les Summer Mixtape 1 et 2, ils passent maintenant à la vitesse supérieure et nous propose un EP annonciateur d’un projet encore plus grandiose, on en reparlera. Concentrons nous sur ce 7 titres intitulé Demain  de très bonne facture.

Bouton sur play, on décollle :

« J’aurais pu être » démarre sur une guitare rock très puissante, un riddim rondement mené, la voix roc et rocailleuse de Thomas envoyant un texte conscient dont il a le secret avec des rimes riches et une réinterprétation de l’adage «  rien de sert ne courir, il faut savoir partir serein ». une chanson qui à travers lui, nous questionne sur quelle  vie voulons nous ? faut il suivre sa ligne ou forcer le destin ? 
 

« Demain », titre éponyme, démarre sur des cuivres, suivis de riff de synthé pour un riddim qui est presque martial, l’armée des solJah est en marche parce qu’à chaque jour on écrit l’Histoire, une chanson d’espoir, d’amour, boostée par des chœurs angéliques, joués par Thomas lui-même et qui font contraste avec sa voix chantée ou toastée parfois sur ce morceau qui finit sur des notes en réverbe.

SIS vibrations, Smad, demain, Ep reggae, reggae 2018


Thomas avait commencé dans le hip hop, et dans « 4h40 » il nous propose son univers originel,  qui si au début ressemble à du Orelsan, va bien rapidement envoyer le son SMAD. Il y dénonce ces musiques aseptisées qui ne sont là que pour faire de l’argent, pour faire danser/endormir  les foules, avec des clips où les femmes ne sont malheureusement que des images vendeuses, un –  balance ton porc – clippé. Le son est rough, le SMAD crew est là pour réveiller les masses.

Avec « Consomme », le début vous rentrera rapidement dans la tête, tout comme savaient le faire à une époque  les magasins avec leurs musiques diffusées avec des messages subliminaux pour que les clients « achètent, consomment » comme le dit si bien Thomas. Acheter est il signe de réussite ? Le bonheur se trouve t il à portée de celui qui peut se payer les baskets à virgule, le survêtement aux trois bandes ? Dans un monde de surconsommation la vraie richesse reste celle du coeur

« Je marche » démarre avec une musique digne d’un vieux polar avec Gabin, guitare, piano, saxophone tenor qui tiendra sur toute la longueur du morceau. La voix est rapide, Thomas est à l’aise pour chevaucher tous les riddims, il nous y parle de valeur, de route du destin car il faut trouver une place dans chacun de nos choix. La force des textes de Thomas, c’est que le « je » se transforme en « nous » car tout le monde peut se reconnaitre dans ce qu’il écrit. Il est l’écrivain de ceux qui sont sans voix.

 


« Petit homme », un des titres puissants de l’album, a un riddim lourd avec des réverbes dans la voix de Thomas  et fait mouche. Petit homme nous parle d’une personne qui en grandissant ouvre ses yeux, suit son chemin sans ce soucier de ce monde de Babylone. « Petit homme est devenu fort, petit  trouve que la vie vaut bien plus que votre or », le texte une fois de plus s’intégrera dans nos cerveaux pour ne plus en sortir ou alors sous forme d’une seule voix, comme pour militer un monde meilleur.

Et comme on parle de militer, l’Ep se finit par « Notre étendard » où SMAD nous envoie une pure entertainment tune. L’histoire du reggae avec tout ce que cela implique, le skank, ses paroles qui peuvent être légères tout en élevant les masses car avec un véritable pouvoir, les grands qui ont fait de cette musique une philosophie. Quand on entend Thomas chanter « are we a warrior », on peut penser à I jah Man « are we a warrior » ou Tapper Zuckie « man a warrior »,  et rien qu’avec ces deux titres, on comprend la force du reggae.

Un EP de qualité qui nous donne envie de danser, de nous interroger, SMAD frappe fort, un vrai warrior.

SIS vibrations, Smad, demain, Ep reggae, reggae 2018


Et si Thomas nous livre de superbes textes, il est aussi l’auteur de tous les riddims présents sur l’album on sent les sonorités jamaicaines des années 70’s mais aussi 90’s. Aucun son n’a de secret pour lui. Il joue et enregistre toutes les guitares et tous les claviers avec de vrais instruments et travaille ensuite avec Ableton Live. Multi archer, il s’occupe aussi des enregistrements voix, des mix et des masters. Un homme à tout faire qui ne laisse rien au hasard

Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule , Demain est un tremplin pour un album qui devrait voir le jour l’année prochaine, et nommé Indépendant  qui  se revendique comme la suite et la complémentarité de l’EP. Le premier étant l’esquisse de l’autre, tout est réfléchi de façon à ce que les deux projets ne forment qu’un seul et même tableau, des pochettes quasi identiques (merci à Yoks pour cette trouvaille)  jusqu’aux clips qui se suivront.
 

SIS vibrations, Smad, demain, Ep reggae, reggae 2018

SMAD Crew au complet

Profitez dès aujourd’hui de Demain car on se sait jamais de quoi il sera fait si ce n’est de good vibes avec votre musique préférée !

Sortie le 04/04/2018
disponible en format CD via le site Smad  ou lors des concerts
en écoute sur le site et prochainement sur toutes les plateformes legales.

Photos avec l’aimable autorisation de SMAD



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements