Soirée Here I Come le 7 juillet au Cabaret Sauvage

Pour les massives de Paris et d’ailleurs qui n’étaient pas partis en vacances ou qui n’étaient pas branchés devant les quarts de finale de la Coupe du Monde en ce samedi 7 juillet, le label X-Ray Production avait organisé l’une de ses traditionnelles soirées Here I Come au Cabaret Sauvage. Rendez-vous était donc pris Porte de La Villette à Paris pour un line-up complètement dément : Taiwan MC ft Bluntsman, Mungo’s Hi Fi ft Charlie P et Manudigital ft Deemas J.

L’ancien frontman de Chinese Man a ouvert les hostilités dès 19h30. Si on l’avait vu en compagnie de DJ Idem au Festival Indétour l’année dernière (le gros report ici), c’est backé par DJ Bluntsman, que Taiwan MC s’est présenté devant le public parisien. Et le show paraissait tout aussi éclectique, tout aussi  cool que deadly, pour reprendre les termes de son album (la grosse chronique ici) paru en 2016. Fort de son expérience de MC versatile, il nous fait brillamment passer du reggae le plus classique au drum n’bass le plus bouillant. En effet, DJ Bluntsman ne se prive pas pour revisiter quelques tracks du toaster en version jungle ou drum n’bass, comme « Catalina », qui a justement eu droit à un album de remix international, tellement il cartonne dans le monde entier (voir ici). Le public répondait présent à chaque fois, et déchaîné, lors de ces orientations plus énergiques, comme sur « Dem A Wonder ». Pour un début de soirée, c’était plutôt bien parti !
Taiwan MC interprétera également quelques-uns de ses morceaux emblématiques, à commencer par « Mojo Riddim », en feat. virtuel avec Biga*Ranx, le ganja tune « Blaze It Up » ou encore « Stand Tall » sur le « Tempo » riddim.

here i come, 7 juillet, cabaret sauvage

Le « Tempo » riddim résonnera encore au Cabaret Sauvage par l’entremise de Mungo’s Hi Fi qui prendra le relais de Taiwan MC et Bluntsman. En effet, c’est une avalanche de dubplates basés sur des instrus mythiques jamaïcaines que le sound écossais fera déferler dans la salle. Et pour l’occasion, Mungo’s Hi Fi était accompagné de Charlie P, qu’on a plus l’habitude de voir opérer ces derniers temps avec un autre sound fameux, j’ai nommé O.B.F. On entendra justement le célèbre « Sixteen Tons Of Pressure » que tout le public se permettra de reprendre en chœur. Mais entre Charlie P et Mungo’s Hi Fi, c’est une longue histoire, puisque leur collaboration ne date pas d’hier et ils n’ont pas manqué de nous le rappeler avec leur tout premier morceau. S’en suivront alors des titres issus de leur album, You See Me A Star, comme le track éponyme ou encore « Nice It Up ».
Et de la même manière que Taiwan MC, comme pour montrer qu’ils ne sont pas bloqués sur le reggae ou le dub, les artistes nous inviteront à nous ambiancer sur une esthétique plus hip-hop, voire grime en fin de concert. Et BIM !!

Pour clore cette première partie de soirée, c’est Manudigital qui a pris les commandes du Cabaret Sauvage pour un  set de folie qui a gagné en intensité au fur et à mesure. Pas de batteur, ni de clavier, l’auteur de Digital Pixel (la grosse chronique ici) était seul sur scène avec ses machines et MPC. Enfin presque, sachant qu’il nous a fait l’honneur de nous présenter son MC du soir, le Londonien Deemas J, qui se produisait pour la première fois en France. Toaster, fast style, raggamuffin, rien n’échappe à Deemas J, dans la plus pure tradition éclectique des MCs anglais. Pendant ce temps-là, les instrus de Manudigital sont toujours aussi propres et énervées et on entend même résonner les voix de George Palmer ou de Daddy Freddy. Puis forcément, ils nous fera part d’un bon gros medley de ses Digital Sessions avec, notamment, Junior Cat ou encore King Kong. Les massives ne s’y pas trompés en réagissant à plein régime à chaque fois.
Lui aussi maintenant porté sur la jungle, Manudigital remixera à sa sauce le « 54-46 » de Toots & The Maytals et un dubplate de Raggasonic. Mais c’est lors d’un final de folie qu’il nous aura fait le plus plaisir en invitant tout le monde ou presque sur scène : Deemas J et Charlie P bien évidemment, mais aussi, à notre grande surprise, l’incontournable Joseph Cotton (qui se posera sur « Only Just Begun » d’après le célébrissime « Still Dre »), Bazil et Mesh M18, avec qui il prépare un EP, pour un très beau moment de partage.

La soirée, que dis-je, la nuit, s’est poursuivie avec Soopa Highration, Reid Hope King, Pohy et Bluntsman, jusqu’à 6h du matin.

BIG UP à tous les artistes présents ce soir-là !
BIG UP également à X-Ray Production !



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements