Alexandre Grondeau – Reggae Ambassadors 100% Reggae Français

Après la sortie du premier Tome Reggae Ambassadors  » La Légende du Reggae« , qui regroupe comme son nom l’indique des Légende du Reggae Musique en Jamaïque et qui conte une partie de l’histoire, des origines et de l’évolution de cette musique à travers ses grands acteurs; l’auteur Alexandre Grondeau n’a pas voulu s’arrêter là devant la demande des lecteurs et du public reggae. 

Il décide alors de sortir le Tome 2 intitulé Reggae Ambassadors « 100% Reggae Français« , sur lequel nous avons réalisé une interview afin d’en savoir un peu plus sur le livre, l’auteur, l’histoire de cette aventure. C’est avec plaisir et sincérité qu’Alexandre Grondeau nous répond aux différentes questions. Vous pourrez retrouver tous son travail éditorial ICI; il y a notamment les 3 tome Génération H, mais aussi Pangée ou encore Sélection Naturelle, de très bons romans que nous avions chroniqué dans le passé sur le webzine. 

 

Reggae Ambassadors

 

LGRQu’est ce qui t’as poussé à sortir « Reggae Ambassador » 1 puis le tome 2 sur le reggae Français? 

A.G: « Avec Reggae Ambassadors, la légende du reggae, je souhaitais rendre hommage à la musique jamaïcaine, aux artistes roots et conscients qui ont fait et qui font encore du reggae une musique rebelle, spirituelle et universelle.

Avec Reggae Ambassadors, 100% reggae français, je voulais donner au reggae français et à ses artistes, le beau livre qu’ils méritaient. Le rap, le rock, le jazz, la techno en avaient pléthore, pourquoi pas le reggae français ? J’espérais également donner la parole aux acteurs du mouvement afin de comprendre le succès populaire de cette musique et son absence quasi systématique des médias de masse : télévision, bande FM et presse nationale. »

« Une tournée française des cinémas d’art et d’essais et des festival est programmée tout au long de 2019. On retournera peut-être également à la Réunion et pourquoi pas aux Antilles ou en Polynésie. On ira partout où on nous invitera et on a hâte de reprendre la route. »

 

Alexandre Grondeau
 

LGR:  Pensais-tu depuis les premières images en 1998 que tu en sortirais un/des documentaire(s)?

A.G: « En 1998, j’avais 20 ans et je ne pensais qu’à bringuer, faire la fête, et poser du gros son. On voulait faire danser le maximum de gens. J’étais donc très loin d’imaginer que Reggae.fr aurait un jour 20 ans, que la Génération H serait attaquée par le CSA, que je produirais des clips et réaliseraient des documentaires. Tu m’aurais vu à l’époque, je ne sais pas si tu aurais mis un billet sur moi (rires). »

 

LGR: Le support Livre est vraiment magnifique, avec de très belles photos, et une fluidité de lecture, comment se déroulent les différents choix pour sa construction? 

A.G: « Le travail de « maquetisation » est long et laborieux, mais il est essentiel et déterminant pour la beauté de l’objet. Je travaille avec un pote d’enfance très talentueux, Mike Lasri, qui arrive à rendre l’esthétique à laquelle j’aspire donc c’est très gratifiant. C’est un plaisir de bosser avec lui depuis tant d’années. On passe des jours et des semaines à trouver le bon agencement. La bonne photo avec le bon texte. En amont j’ai sélectionné une dizaine de photos par artistes sur les milliers dont je disposais au départ. Le résultat est j’espère à la hauteur de notre passion pour ce mouvement. »

 

 

 

LGRAs-tu des projets d’un tome 3? Sur le Reggae Africain par exemple ou Americain? Ou un récap sur le Reggae dans le monde?

A.G: « La création du tome 3 dépendra du succès de Reggae Ambassadors, 100% Reggae français. Nos projets sont totalement Do iT Yourself et autoproduits, donc si les gens en veulent encore, il va falloir acheter celui-là (rires). Le succès du tome 1, « La légende du reggae » avait permis de financer ce nouveau projet. Tant que les gens voudront de nous, on continuera à essayer de proposer des projets comme ce film et ce livre. »
 


LGRA la fin du livre, tu parles des bonus et des moments magiques vécus que vous n’avez pu mettre dans le film, quels sont ces moments qui t’auront le plus marqué?

A.G: « Les souvenirs excellents du tournage de deux ans sont légions ! Partir avec Yaniss Odua en Afrique, visiter la rue Case-Nègre avec Mad Killah, découvrir le studio des Dub Inc à Saint-Etienne, retourner avec Balik sur les traces du mouvement Nuit Debout, place de la République… On s’est vraiment régalé. Les meilleurs moments restent pourtant des moments plus intimes de répétition où l’on se fait tout petit pour voir un groupe, ou un chanteur et ses musiciens, vivre leur art de l’intérieur. »
 

LGRMême dans le milieu Reggae en France, le Reggae Français est souvent critiqué par les « Puristes » de reggae Jamaïcain, qui disent que « ce n’est pas du bon et vrai reggae », qu’aurais-tu à leur dire?


A.G: « Ah ah, parler de musique c’est comme parler de football, tout le monde a un avis, mais à la fin il n’y a qu’un sélectionneur. Mon point de vue c’est que chacun a le droit de penser ce qu’il veut de tel ou de tel style. On est dans un pays libre. La musique est quelque chose de subjectif et c’est ce qui en fait quelque chose de passionnant. En revanche, vouloir constamment imposer son point de vue en l’estimant supérieur à celui des autres, être insultant avec des artistes simplement parce qu’il chante en français, ou regretter constamment la musique d’autrefois parce que c’était « mieux avant » est déroutant et malheureusement récurrent sur les réseaux sociaux. L’homme est ce qu’il est, il faut faire avec, sinon on avance jamais « 

Alexandre Grondeau

LGRLa musique électro et digitale prend de plus en plus d’importance dans le reggae en général, avec les nombreux courants du DUB et autres, qu’en penses-tu, et conçois-tu d’en faire un futur report?


A.G:  » Le mouvement dub electro et reggae digital sont effectivement en plein boom, et je m’en réjouis car il ramène vers le reggae tout un public qu’on avait perdu après la séquence homophobie d’une partie de la génération bobo dread. Les excès verbaux de ces derniers ont porté un coup dur au reggae jamaïcain qui ne méritait pas ça ce désamour mondial. Le mal est profond, mais voir à nouveau toute une partie de la jeunesse venir s’éclater en sound system est un plaisir. Beaucoup ont voulu enterrer le reggae, en généralisant des discours qui n’étaient pas porté par la majorité des artistes jamaïcains. L’explosion du dub electro et du reggae digital est la preuve que le reggae est une musique universelle qui se renouvelle constamment. »

 

LGRDepuis ton premier roman Pangée en 2011, on ne t’arrête plus… Et les lecteurs en redemandent, quelle est ton prochain projet littéraire?


A.G: « Une grosse surprise attend mes lecteurs en 2019. Je bosse sur un nouveau roman et une nouvelle production musicale. A n’en pas douter, on revient avec du très lourd. « 

 

LGR: As-tu un dernier mot pour les lecteur de La Grosse Radio Reggae?


A.G:  » Big Respect à toute l’équipe de La Grosse Radio ! Vous faites un super job. Merci à tous vos lecteurs de soutenir mes projets. On se retrouve bientôt sur la route ! »

 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements