5+1 – Zenzile Meets Jay Ree

Zenzile fait son grand retour sur le webzine reggae de La Grosse Radio ! Après quelques digressions du côté des rockeurs avec leurs albums Berlin (la grosse chronique ici) et Elements (la grosse chronique ici), les dub addicts d’Angers sont de nouveau parmi nous.

On le sait, la scène dub française historique, celle qui a implanté le genre dans l’Hexagone avant l’explosion de la vague sound system et stepper, cette scène incarnée par Zenzile, High Tone, Improvisators Dub, Kaly Live Dub, EZ3kiel, Lab° ou Brain Damage n’a jamais véritablement cherché à rentrer dans des cases bien définies. Dès le départ, les expérimentations furent nombreuses, même si le dub servait de point de ralliement et de ligne directrice. Par conséquent, les escapades plus rock n’ roll de Zenzile n’étaient pas un reniement de leurs débuts mais bel et bien un enchaînement logique.

Mais il est un adage qui dit que lorsqu’on chasse le naturel, il revient au galop. A chaque fois que le groupe tente des excursions du côté du rock (on repense à Living In Monochrome dès 2007), on assiste inévitablement à une renaissance dub de la part des 5 musiciens.

zenzile, jay ree, 5+1

C’est ainsi que Zenzile s’apprête à dévoiler un nouvel opus exclusivement reggae/dub le 5 octobre prochain chez Yotanka. Et comme pour mieux annoncer ce retour aux sources, le combo s’est référé à ses fameuses productions 5+1 qui parlent à tout amateur de dub français. 5 pour les 5 membres de Zenzile et 1 pour l’artiste invité à participer au projet. Après Jamika, Sir Jean et le violoncelliste Vincent Ségal, c’est désormais au tour de Jay Ree, le chanteur de City Kay, de venir prêter main forte au groupe, les protagonistes de ce nouveau 5+1 concrétisant ainsi un peu plus leur précédente collaboration sur Electric Soul en 2012.

Nous avons bien écrit « exclusivement reggae/dub« , puisque tel est le constat que l’on fait. En effet, ce 5+1 n’a pas grand-chose à voir avec le dub bigarré que pouvait pratiquer Zenzile il y a une quinzaine d’années en arrière. D’autant plus que chaque morceau contient sa dub version : 5 morceaux originaux + 5 dub. Est-ce à dire que le groupe se réapproprie le dub dans son format historique, à savoir un remix du reggae ? La scène dub française avait ceci de particulier qu’elle s’était détachée de cet aspect afin de créer ses propres dub ex nihilo, contrairement à la technique ancestrale à la King Tubby qui visait à reprendre les pistes originelles pour les retravailler dans une nouvelle version. Alors bien sûr, on trouvera toujours dans la discographie du groupe un « Love Child » décliné en « Love Dub » ou un « Revolution At » en « Revolution Dub », mais les faits sont là : cet opus est définitivement le plus « jamaïcain », dans sa conception même, de Zenzile.

Et ça commence très fort avec « 4000 Years », un stepper boosté par une ligne de basse épique qui englobe à elle seule tout le morceau et un skank prêt à faire remuer les plus récalcitrants. Fidèle à ses expérimentations vocales, on retrouve un Jay Ree prenant parfois des airs de toaster à la U-Brown mais toujours avec ce timbre mélodique. On retiendra du dub un travail intéressant sur les synthés.

Puis on change d’ambiance avec le très zenzilien « Stay Closed To Me » inna rub-a-dub style digne de la grande époque du groupe. On s’imagine déjà en concert en train de se balancer devant ce riddim lourd et pesant toujours porté par cette ligne de basse hypnotique ; mais on insistera également sur le saxo, autre marque de fabrique de Zenzile, que l’on écoute autant sur le skank ou en solo. « Stay Closed To Me », c’est donc un peu comme si les Roots Radics rencontraient Tommy McCook. Quant au dub, on se replonge dans l’âge d’or du rub-a-dub, tant le mix impeccable nous fait penser à ceux de Scientist, l’ingé son qui a tout rebidouillé des Roots Radics

Riddim rub-a-dub également pour le grâcieux « So Good So Far » avec ses claviers à la Jackie Mittoo et quelques percus pour compléter le tout. La reverb sur la voix de Jay Ree et autres effets viennent annoncer un « So Good So Dub » façon Bill Laswell.

Les deux derniers titres viennent confirmer l’intérêt pour le son d’outre-Rhin de la part de Zenzile après leurs aventures berlinoises. Avec « Stuck In Old Things », si le titre original fait plus référence à des morceaux très deep de Zenzile datant du début des années 2000, le dub est directement marqué par le dub techno minimal de Rhythm & Sound et il en va de même, voire plus, sur la version de « Disconnected », ce dernier ayant même un aspect limite deep house avec ses nappes planantes.

Pour son grand retour sur la scène dub, Zenzile a frappé fort, très fort. Les cinq Angevins ont mobilisé tout le savoir-faire qu’ils ont acquis au cours des vingt dernières années et ils ont surtout su opérer une brillante synthèse des différents courants du dub depuis ses fondations jusqu’à nos jours. Du roots aux démarches plus électroniques en passant par la vague stepper, c’est un peu une histoire du dub que nous raconte Zenzile avec ce dernier 5+1.

TRACKLIST

1. 4000 years 
2. 4000 years dub 
3. Stay close to me 
4. Close to dub 
5. So good so far 
6. So good so dub 
7. Stuck in old things 
8. Stuck in old dub 
9. Disconnected 
10. Dub connected

Artiste : Zenzile meets Jay Ree
EP : 5+1
Label : Yotanka
Date de sortie : 05/10/2018

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements