Manudigital et Bazil au Silex (Auxerre) le 26/10/2018

Manudigital et Bazil programmés sur un même plateau ! Il n’en fallait pas moins à La Grosse Radio pour faire le déplacement au Silex à Auxerre, le 26 octobre dernier. Alors qu’on avait l’habitude de les voir se produire ensemble encore tout récemment (Bazil étant en effet le MC de Manudigital sur la tournée de son Digital Pixel), c’est séparément que les massives auxerrois et d’ailleurs auront pu les découvrir ce soir-là. Retour sur une soirée riche en émotions et en vibes.

On savait que Bazil allait venir défendre son dernier album, East To The West (la grosse chronique ici), en live band (c’était notamment l’une des raisons de notre présence ici), mais on ne s’attendait à découvrir une « dream team » pour le backer : son pote et rappeur Rissa Boo (voir le morceau « Classik » qu’ils ont partagé ensemble) en qualité de DJ et aux chœurs, et les anciens musiciens de Biga*Ranx, Antoine Duplicki et Alexis Bruggeman, respectivement à la guitare et à la batterie. Si ce n’est pas la classe, ça !

Bref, avant que le concert ne commence on est déjà convaincu et on l’est encore plus dès que Bazil déboule sur scène pour interpréter ses morceaux. On l’entend direct sur « Digital Luvin » puis « Stand Up Strong », avant qu’il n’enchaîne sur quelques-uns des tunes de East To The West. Le public, encore peu présent à cette heure-ci (trop dissipé à boire des bières ou à patienter avant Manudigital, ou les deux ?), a cependant plutôt bien réagi aux appels de Bazil à chanter avec lui, notamment sur « Double Up » avec un solo plutôt bien sympa d’Antoine Duplicki.

bazil, le silex, auxerre

On aura également apprécié le funky « Love The Night », la reprise stepper aux relents dub du « Hotline Bling » de Drake mais aussi et surtout ce petit moment dancehall et trap, basé sur des instrus de Tambour Battant, avec « General » et « Move Pon Bakka ». Un concert de Bazil ce n’est pas uniquement du reggae (de toute façon, ses musiciens ne sont pas issus du reggae) et c’est tant mieux comme ça. Le toaster n’est pas un Tourangeau pour rien (voir notre reportage sur le reggae tourangeau), d’ailleurs, qu’on se le dise !

Et avant de laisser la place à Manudigital, c’est sur un de ses riddims avec « Pop Off » que Bazil viendra conclure ce show qui, même s’il n’était pas parfait de bout en bout, augure de très bonnes choses pour l’avenir.

Manudigital est de retour sur les routes de France et de Navarre pour présenter son tout dernier opus, Bass Attack (la grosse chronique ici) paru le 5 octobre. Toujours équipé de son attirail de machines et autres MPC, ainsi que de quelques écrans pixels, le beatmaker nous a encore gratifié de grosses basses. Difficile de faire autrement avec un nom d’album comme celui-ci.

C’est ainsi qu’il nous a envoyé les terribles « Ruff It Up » avec General Degree ou « Dem A Poison » en feat. avec Soom T et son fast style détonnant . De fast style, il en était également question avec Deemas J, le MC londonien qui accompagne Manudigital depuis quelques temps et qu’il a découvert récemment (voir notamment notre interview au Nomade Reggae Festival). Dans la plus pure tradition des toasters anglais, Deemas J est capable de se poser sur n’importe quoi : il toaste, il rappe, il débite comme une mitraillette avec toujours ces petites références au fameux gimmick de General Levy. On l’a par exemple entendu se poser sur le « Strictly That Style » de Dapatch.

manudigital, le silex, auxerre

Ensuite, Manudigital est revenu avec quelques-uns des tunes dancehall de son Bass Attack avec les explosifs « Bad » et « Shoot & Collect » et sa mélodie à la DJ Snake. Mais Manudigital ne compose pas que pour lui-même, il produit également pour les autres ; il nous a, par conséquent, fait part du « We Nah Bow » de Sizzla ou du « Strolling » élaboré pour Alborosie et Protoje. Il n’a pas non plus fait l’impasse sur ses Digital Session et on a donc pu skanker sur le « Mr Trader » de Pupajim.

En toute fin de set, le beatmaker s’est plu à propager sa traditionnelle série de tunes jungle : le remix du célèbre « 54-46 » de Toots & The Maytals ainsi qu’un dubplate de Raggasonic. Mais alors qu’on croyait que c’était terminé, Manudigital a appelé ses potes à venir le rejoindre : Bazil, Deemas J et Greg, chanteur des Colocks, ont clôturé ce show en alternant chacun quelques petits freestyles.

BIG UP à tous les artistes présents ce soir-là !!
BIG UP également au staff du Silex pour son accueil et à Julie de X-Ray Production.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements