Le reggae de Jamaïque au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO

Au même titre que les savoir-faire liés au parfum en pays de Grasse, le reggae de Jamaïque vient de faire son entrée aujourd’hui même au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, décision prise par un comité réuni à Port-Louis à l’île Maurice.

Le communiqué de l’organisation précise en effet que le reggae de Jamaïque « est désormais joué et adopté par une importante partie de la population » et que « sa contribution au discours international sur les questions d’injustice, de résistance, d’amour et d’humanité souligne sa nature à la fois cérébrale, socio-politique, sensuelle et spirituelle« .

Sur le plan strictement musical, on notera également que le reggae, et notamment via son corollaire le dub, a été l’instigateur d’un nombre non négligeable de genres musicaux, tels que le dancehall, le hip-hop, le trip-hop, la jungle, etc.
Les Jamaïcains sont les inventeurs du remix, du sample et de nombreux autres procédés encore actuellement et massivement uitilisés. La pop mondiale est aujourd’hui nettement influencée par le dancehall et tous les plus grands artistes, de Led Zeppelin à Mick Jagger, de Stevie Wonder à Sting en passant par les Beastie Boys ou Laurent Garnier, ont joué du reggae à un moment ou à un autre de leur carrière.

Pas mal pour un pays à peine plus grand qu’un département français !

                reggae, unesco, patrimoine culturel



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements