Gentleman’s Dub Club – Lost In Space

Gentleman's Dub Club est actuellement l'un des meilleurs groupes anglais de sa génération. Ceci est presque une lapalissade tant les sujets de Sa Majesté au sens large ont toujours su produire une musique efficace et/ou avant-gardiste, et ce, quels que soient les styles. Le son de Gentleman's Dub Club n'est pas avant-gardiste, mais il demeure cependant très efficace. La preuve nous en a encore été apportée ces derniers jours avec la sortie de leur tout nouvel album, Lost In Space.

Le combo de Leeds a toujours été attiré par les espace aériens : on se rappelle la couverture de leur Big Smoke (la grosse chronique ici) de 2015 ou de celle de Dubtopia (la grosse chronique ici) de 2017, qui s'inscrivaient dans une continuité logique. Avec Lost In Space, vous avez compris, le groupe se sera encore dirigé plus haut pour aller se perdre dans l'espace et échapper à la pollution terrestre. Pour élaborer un "Intergalactic" Sound ? La réponse se doit d'être nuancée. S'il est indéniable que certains morceaux se veulent très "an 3000", on regrette toutefois que le groupe se soit enfermé dans un reggae anglais assez classique et que cet album soit, une fois de plus, un condensé des deux grandes écoles anglaises du genre, à savoir le mouvement Two Tone des Specials ou de Madness et la vague roots de Capital Letters ou des Black Roots. On aurait préféré que les gentlemen s'aventurent un peu plus vers des riddims à la Iration Steppas par exemple, l'autre grand crew de Leeds.

          gentleman's dub club, lost in space, leeds

Qu'importe, on va certes se répéter, Lost In Space n'est peut-être pas avant-gardiste mais il n'en est pas moins dénué d'efficacité. On prend un réel plaisir à écouter cet album et l'important est là.

Pourtant dès lors qu'on se penche sur l'intro, "Lost In Space", avec son ambiance inquiétante, on se dit que le groupe a abandonné le reggae traditionnel pour des contrées plus audacieuses ; et c'est également ce qu'on pourrait supposer avec le morceau suivant, "Light The Fuse" (que vous aviez d'ailleurs pu découvrir en exclu sur notre antenne), un dub stepper façon hymne de sound system et terriblement wicked.

Mais ça, c'était pour mieux brouiller les pistes, puisque l'on revient à des riddims plus classiques sur "Stardust", "Ground Shakin'", "Out Of This World", trois one drop maîtrisés de bout en bout mais qui manquent tout de même d'originalité, bien que l'on soit emballé par l'extended version de "Ground Shakin'" et ses cuivres alléchants ou encore par la guitare solo sur "Out Of This World".

On commence véritablement à retrouver des instrus plus entreprenantes à partir de "God Of War", un stepper uniquement instrumental d'environ 5 minutes qui fait office de transition dans ce Lost In Space. Très anglais dans sa conception, puisqu'on y entend des cuivres à la Zion Train ou à la Vibronics, ceux-ci peuvent également prendre des aspects plus latinos ou jazzy ; un régal.
Quant à "Turning Back" et "Eye Of The Storm", il s'agit de morceaux typiquement Gentleman's Dub Club : les riddims sont rockers et les cuivres y ont toute leur place. On aura par contre un faible pour "Eyes Of The Storm" pour sa basse lourde et ses effets dub, mais aussi et surtout pour le virage ska pris dans la dernière partie du titre.

Ainsi, après avoir constaté tout cela, on se demande ce que vient faire le ravageur "Intergalactic" au milieu de cet album ! Que diable les Gentleman's Dub Club n'ont-ils pas exploité plus en profondeur ce son intergalactique digne des meilleures productions dub anglaises ? Ont-ils eu peur de faire de la concurrence à Dougie Wardrop et Vibronics ? Ce morceau, à la limite du digital, est de très loin le plus ambitieux de l'album. Cette veine stepper à la Vibronics résonne aussi sur "Midnight Healing", certes de manière moins prononcée, mais elle réussi tout de même à nous convaincre.

Par conséquent, ce Lost In Space apparaît comme très paradoxal. D'une part, on y écoute des riddims conventionnels sans grande prise de risque qui sauront satisfaire le noyau dur du public de nos gentlemen en smoking. D'autre part, le groupe s'est aventuré sur des terrains plus intrépides et qui plus est, avec une réelle réussite. Cette dernière option s'est malheureusement révélée très minoritaire dans cet album et là est notre plus grand regret.

TRACKLIST

1. Lost in Space 
2. Light the Fuse
3. Stardust
4. Ground Shakin’
5. Out of This World
6. God of War
7. Turning Back Featuring Million Stylez
8. Eye of the Storm
9. Intergalactic
10. Midnight Healing
11. Walking Away Featuring Winston Francis

Artiste : Gentleman's Dub Club
Album : Lost In Space
Label : Easy Star Records
Date de sortie : 25/01/2019

NOTE DE L'AUTEUR : 6 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements