Lee Scratch Perry – Rainford


Lee Scratch Perry
Rainford

J’aurais pu vous laisser là comme ça, avec cet unique titre « Cricket on the Moon », en guise de chronique. Le titre résume à lui tout seul l’album et l’artiste. Tellement Lee “Scratch” Perry et ses albums sont compliqués à analyser, à comprendre, certains ne tentent pas de le faire car trop complexe, d’ailleurs doit-t-on forcément analyser ?
Un album ne peut-il pas juste être écouté pour être apprécié ? Il n’y a donc rien à dire.


Personnellement j’ai fait la démarche inverse. A savoir il y a tout à dire. Beaucoup de choses sont dites et faites dans cet album comme toutes les sorties de Lee “Scratch” Perry. Il y a tellement à dire qu’il faudrait parler de cet album avec son artiste : Lee “Scratch” Perry en compagnie de son producteur : Adrian Sherwood en interview pour ne rien omettre.

Alors oui ce Rainford n’est pas à mettre dans toutes les oreilles, et il vous faudra certainement plusieurs écoutes avant de l’apprécier pleinement. Ceux qui ne connaissent pas le dub se moqueront sans doute de vous : “il vénère un artiste qui aligne des bruits chelous en répétant des mots choisis aléatoirement” et dans un sens ils auraient presque raison. Mais voilà, il y a un hic. Lee “Scratch” Perry est un grand monsieur du dub par tout ce qu’il a apporté à cette musique. On écrit même des livres sur lui. Tout ceux qui connaissent sa musique ou qui s’intéressent au dub savent qu’il fait partie de ceux qui ont grandement aidé à donner une plus grande profondeur au reggae. Lee “Scratch” Perry n’est pas un artiste, c’est un Artiste.

Le jamaïcain chasse les démons à l’aide d’un très bon choeur de femmes sur les refrains du morceau “Run Evil Spirit”. Choeurs que l’on retrouvera sur plusieurs titres tout au long de l’opus. “Let It Rain”, premier single de l’album, se veut plus moderne alors que le refrain de “House Of Angels” sonne comme un chant soul religieux que l’on pourrait retrouver dans les églises de la Jamaïque. Ce n’est pas étonnant quand on sait que beaucoup d’artistes reggae de l’île sont passés par des chorales d’églises de leur paroisse avant de lancer leur carrière. Juste retour des choses. La boucle est bouclée.

“Makumba Rock” est, quant à lui, un titre caverneux avec des basses rondes. Un dub profond, intriguant. Il s’en dégage quelque chose de dérangeant, comme si l’album faisait un bad-trip : Black Magic Work !. S’ensuit l’envoutant “African Starship”, un titre lourd et lent. On s’imaginerait presque en train de flotter dans le vide de l’espace. L’écoute de ce titre sous l’emprise de cigarettes qui font rire lui donne une portée encore plus importante. Allongez vous, détendez vous, ne réfléchissez plus, ressentez. Vous êtes partis pour un voyage de 4 minutes 06 en compagnie d’un très bon guide.

On revient dans une atmosphère plutôt glauque avec “Kill Them Dreams Money Worshippers”. Certains artistes reggae parlent de sujets difficiles, Lee Perry les met en musique : entre pleurs, bruits lointains d’escaliers en bois grinçant et hurlements stridents de femmes et d’hommes dont la vie est sur le point de s’arrêter net. Avec ses effets sonores terrifiants il fait directement concurrence au titre “Thriller” de Michael Jackson. On peut en déduire un certain sarcasme envers ceux qui tuent pour s’enrichir.

Lee Perry conclut sur “Autobiography Of The Upsetter” et comme le nom l’indique ce titre retrace l’histoire de l’artiste de son enfance à aujourd’hui. D’ailleurs on sent vraiment de l’émotion dans la voix de Perry. Le morceau est présent comme pour faire un résumé de sa vie passée le temps d’un regard jeté en arrière.

Rainford est un album expérimental comme toutes les oeuvres de Lee “Scratch” Perry depuis ses débuts d’ailleurs. Il est sorti le 31 mai dernier chez On-U Sound label du producteur Adrian Sherwood. Il est la deuxième collaboration entre ces deux producteurs, la première étant l’opus Dub Setter sorti en 2010. L’album spirituel parfait pour fêter les 50 ans de l’Homme sur la Lune.

Lee « Scratch » Perry – Rainford
sortie le 31/05/2019
Label : On-U Sound

Tracklist :
1. Cricket on the Moon
2. Run Evil Spirit
3. Let It Rain
4. House of Angels
5. Makumba Rock
6. African Starship
7. Kill Them Dreams Money Worshippers
8. Children Of The Light
9. Autobiography Of The Upsetter

NOTE DE L'AUTEUR : 10 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements