Bazil – Grow

A l’instar des rappeurs, Bazil tourne désormais au rythme d’un album par an. En effet, le dernier en date, East To The West (la grosse chronique ici) date de février 2018 et le Tourangeau nous revient le 22 novembre chez X-Ray Production avec sa toute nouvelle galette intitulée Grow. Autant dire que Bazil n’a pas chômé au cours de l’année écoulée, d’autant plus qu’il défendait encore son East To The West sur scène il y a quelques mois en compagnie de son band composé du guitariste Antoine Duplicki, des DJs Rissa Boo ou Olo et du batteur Alexis Bruggeman (voir notre gros report d’Auxerre).

C’est justement avec ce dernier que Bazil s’est attelé à la création de son Grow. Alors qu’il avait joué la carte de la polyvalence sur East To The West, épaulé, entre autres, par Manudigital ou S.O.A.P. (le beatmaker de Taiwan MC), le MC a fait le choix de ne s’entourer que d’un seul producteur ici, en l’occurence Alexis Bruggeman. Pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas l’artiste, celui-ci possède déjà un CV bien rempli : il a joué pendant plusieurs années pour Biga*Ranx (voir notre gros report du Trianon en 2017), il backe actuellement Balik de Danakil dans son aventure solo et il opère également au sein de dixiZ, un groupe soul/funk/electro, en qualité de batteur et compositeur. C’est également lui qui était à la prod dans le cadre du projet soul/roots Marina P & The Radiators (la grosse chronique ici) en 2017. Voilà pour les présentations.

bazil, grow, nouvel album

Autant dire qu’Alexis Bruggeman n’en est donc pas à son coup d’essai quant à la composition et il a donc apporté ses influences à Bazil sur ce Grow. Les tracks étant co-produits par les deux acolytes, c’est donc un album très éclectique que l’on peut écouter ici, puisque Bazil et Alexis Bruggeman ne se sont jamais limités qu’au reggae stricto sensu, rapport à ce que nous avons écrit plus haut.

Alors bien évidemment, le reggae occupe une très large place ici, mais il s’agit d’un reggae à la sauce tourangelle (voir ici), un reggae qui puise un peu partout, des fondations jusqu’à des sonorités plus modernes en passant par le dancehall. Mais là où Grow contraste avec East To The West, c’est qu’on remarque un peu moins d’ambiances pop ou dance (réécouter « Vision » ou « Escape »), la confirmation d’un son plus trap et l’apparition, par moments, d’aspirations dub.

Autre différence avec East To The West, c’est la présence ici de featurings. On vous a déjà fait part de la collaboration entre Bazil et son pote mauricien Natty Gong sur l’emblématique « Paris To Moris » (voir ici), track en mode dancehall/rub-a-dub et au kick trap, composé en une journée alors que Natty Gong était de passage dans la capitale.

Quant à Naâman, il vient se glisser sur le riddim de « Downtown », morceau qui rappelerait presque le fameux « Skanking Shoes », en tout cas qui se rapproche plus des anciennes prods reggae/hip-hop de Fatbabs que celles d’aujourd’hui où la douceur et la légèreté sont de mises, qu’il s’agisse de celles qu’il compose pour Naâman ou celles que l’on a pu entendre sur son très bon premier album Music Is For Kids (la grosse chronique ici) paru il y a quelques jours.

Il existe d’ailleurs une grosse similitude entre l’opus du beatmaker de Naâman et celui de Bazil, c’est leur goût pour les compositions aériennes et sweet, voire même vapor, et c’est justement ce qui nous pousse à affirmer que Bazil et Alexis Bruggeman se sont dirigés parfois vers les contrées du dub. On les surprend même à pitcher les voix en chopped & screwed comme sur « Worry Bout » et le titre d’ouverture, « Again » qui font également cohabiter trap, dub et dancehall. Le skank et la tonalité générale de « Safe Travel » font aussi lourdement pencher le morceau du côté du dub, alors qu’on entend une guitare acoustique en début de morceau où la voix de Bazil nous renvoie à l’âge d’or du reggae, Bob Marley en tête (si, si, on n’exagère pas).

Ce n’est par conséquent pas par hasard que Bazil et Alexis Bruggeman ont injecté un peu de ska et de rocksteady dans ce Grow, notamment sur « Fire Dance » avec quelques cuivres et une belle guitare solo, et sur « Style Up » où l’on aurait bien entendu Marina P se poser en compagnie du MC, eu égard à son « Divorce à l’italienne » avec Mungo’s Hi Fi ou aux instrus avec The Radiators dont est membre Alexis Bruggeman.

Ça c’est pour l’aspect vintage, car on écoute aussi beaucoup de rub-a-dub dans cet album : en témoignent notamment le très beau « Sweet So » qui oscille entre le hip-hop et la soul et avec des arrangements pointus à la guitare et au clavier ainsi que le titre éponyme avec des montées en basse et en pression assez hightoniennes ou à la Olo d’OnDubGround. Et puisque l’on reste sur les références au dub, le rub-a-dub « Young Star » contient un skank continuellement garni de reverb. Quant au groovy « Good Light », c’est à se demander si ce ne serait pas plutôt Manudigital (le maître du rub-a-dub loud & heavy actuellement en France) qui aurait composé le riddim dans ce qui est probablement le track le plus lourd de ce Grow.

A contrario, nous finirons en douceur avec deux morceaux dancehall en mode vapor : en premier lieu, « The Crown », bien inscrit dans l’air du temps, un peu comme si Diplo avait fait une apparition furtive et tranquille sur l’album de celui qui s’est déjà acoquiné avec Walshy Fire, son acolyte de Major Lazer, et le superbe « No Freddy » aux aspirations electro chill et jungle qui nous replonge avec passion dans l’underground des 90’s grâce à une partie uniquement instrumentale très addictive à la manière de ce qu’Aphex Twin peut produire de plus smooth et, surtout, de plus accessible. On ne regrette qu’une chose finalement : que Bazil et Alexis Bruggeman n’aient pas plus exploité ce filon à travers ce Grow. Mais cela, c’est une autre histoire…

TRACKLIST

1. Again
2. Sweet So 
3. Downtown (feat. Naâman)
4. The Crown
5. Style Up
6. Paris To Moris (feat. Natty Gong
7. Worry Bout 
8. Safe Travel
9. Grow 
10. Fire Dance
11. Young Star
12. No Freddy
13. Good Light
14. Girl From The Ghetto (Remix)

Artiste : Bazil
Album : Grow
Label : X-Ray Production
Date de sortie : 22/11/2019

NOTE DE L'AUTEUR : 7 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements