Dub FX – Roots

A force de publier des vidéos de freestyles, dubplates et autres live sessions depuis maintenant une quinzaine d'années, il est vrai qu'on avait pratiquement oublié que Dub FX était également capable de sortir des albums... Il s'est ainsi passé quatre ans entre la parution de Thinking Clear et celle de Roots, le dernier opus en date de l'Australien, qui est nous est fraîchement parvenu le 31 janvier chez DubShot Records et Convoy Music Group.

Entretemps, ce serait un euphémisme que d'affirmer que Dub FX n'a pas chômé. Fidèle à sa réputation de globe-trotter musical, il a parcouru le monde entier pour multiplier les collaborations éphémères mais toujours passionnantes et empreintes de good vibes. L'artiste s'est par exemple rendu en Jamaïque où il a successivement rencontré toutes les générations du reggae music, comme Horace Andy, Capleton, Jah9, mais aussi et surtout Eek-A-Mouse pour une réactualisation de son classique "Ganja Smuggling", l'un des tunes emblématiques de l'ère du rub-a-dub (voir ici). On l'a également vu opérer  à Bristol en Angleterre (voir ici), à Goa en Inde (voir ici) et bien évidemment en France où il nous a par exemple livré une excellente interprétation façon remix de son "Teach" (à écouter d'ailleurs sur ce Roots) en compagnie de Balik de Danakil et de Manudigital.

Le beatmaker français présente à ce propos quelques ressemblances avec Dub FX, telles que le goût pour les vidéos de rue qui représentent une très grosse partie de leurs publications, une attirance pour le rub-a-dub et l'ouverture à d'autres genres musicaux, la jungle étant sûrement le plus prégnant (cf le célébrissime "Flow").

Et dès lors qu'il s'agit de rub-a-dub, Dub FX met le paquet de manière à produire un son lourd et massif comme s'il était l'un des héritiers des fondateurs du style, j'ai nommé les Roots Radics. En effet, à l'instar d'un Alborosie, d'un Don Corleon, d'une Nattali Rize avec son Rebel Frequency (la grosse chronique ici) et d'un Manudigital, l'Australien ne fait pas dans la demi-mesure et nous donne à entendre des riddims loud & heavy sur "Teach", "Fire Everyday" et "Pull Up". Les trois titres ont été clippés en mode live session avec d'autres musiciens, dont le dernier avec Sahida Apsara, le DJ JFB et inévitablement Mr Woodnote, le binôme de Dub FX, qui déploie tout son talent de saxophoniste sur un beat jungle.

Cependant, de jungle, il n'en est point question sur ce Roots, au même titre que le hip-hop d'ailleurs, comme cela pouvait être le cas sur Thinking Clear. Dub FX a plutôt insisté sur le reggae ici, le titre de l'album renforçant cette initiative. Concernant le roots justement, on en écoute sur "Transmission", d'après un riddim one drop et dans lequel le chanteur se met à rapper, prenant presque des allures de Snoop Dogg (ou plutôt Snoop Lion), à la fois dans le flow et dans le timbre de voix. L'instru se dirige ensuite vers un dub stepper enrichi, une fois de plus, par le sax magique de Mr Woodnote, association instrumentale qui fera également mouche sur le groovy et rockers "There With Me".
En quelques morceaux, Dub FX a ainsi rendu hommage, de la plus brillante des façons, aux trois styles de reggae et à leurs légendaires sections rythmiques, les frères Barrett des Wailers, Flabba Holt & Style Scott des Roots Radics et Sly & Robbie, entreprise qui sera poussée à son paroxysme dans le dernier track de l'album, "Blessings". Dans une compo de plus de 10 minutes, Dub FX a en effet rassemblé tous les rythmes du reggae en passant en effet du rub-a-dub au stepper avant de conclure par un beat one drop, le tout surplombé d'effets dub et auquel s'ajoute le sax de Mr Woodnote, sax dont les riffs rejoignent les envolées présentes sur "Rising Up" aux aspirations afrobeat.

On ne sera donc pas surpris que Dub FX soit allé explorer le genre créé par Fela Kuti au milieu des 70's, eu égard à sa vision internationaliste de la musique et s'il s'agit pour lui de revenir à certaines racines (Roots). Racines qu'il n'hésite pas non plus à mêler à des sonorités plus contemporaines, plus electro, house ; mais on appréciera d'autant plus le sax de Mr Woodnote qui serait la synthèse du jazz (Charlie Parker), du funk (James Brown) et de l'afrobeat (Fela Kuti).

dub fx, roots, nouvel album

De plus, outre un petit détour musical par le Nigéria, Dub FX a fait une escale par le Brésil dans ce Roots, ce qui démontre encore sa passion du voyage et de la découverte d'autres horizons. C'est tout naturellement qu'il nous propose une instru à base de samba sur "Spark" dans lequel l'electro a encore toute sa place pour un nouveau melting-pot entre tradition et modernité. Mr Woodnote, de son côté, affirme qu'il sait se caler sur n'importe quelle prod avec son instrument ; ici, le saxophone nous donne à entendre logiquement des notes plus latinos.

Et finalement, les amateurs de gros stepper qui tache se délecteront du très dancefloor "Shotgun", qui oscille entre dub electro et trance tribal à grand renfort de percus, les deux genres étant devenus assez proches ces derniers temps, tant pour le public que de la part des artistes, que l'on pense à un Rakoon notamment. Et d'ailleurs, pourquoi ne pas imaginer une rencontre entre le Français et l'Australien à l'avenir ?

TRACKLIST

1. Fire Every Day 
2. Spark 
3. Pull Up 
4. Transmission 
5. Rising Up 
6. There With Me 
7. Teach 
8. Shotgun 
9. Blessings

Artiste : Dub FX
Album : Roots
Label : DubSide Records / Convoy Music Group
Date de sortie : 31/01/2020

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

NOTE DE L'AUTEUR : 7 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements