Delroy Washington – Disparition de l’auteur de Jah Wonderful

Ce mois de mars 2020 aura un goût bien amer tant au niveau mondial qu’au niveau musical. Disparition de Manu Dibango, il n’y a pas longtemps et maintenant Apple Gabriel, membre fondateur du groupe Israel Vibration, le chanteur et parolier de renom, Bob Andy et la liste s’est allongée avec le premier artiste reggae a décéder du covid19, Monsieur Delroy Washington.

Pour beaucoup, son nom n’évoquera peut être pas beaucoup de choses et pourtant, il est un artiste majeur dans le développement du reggae en Grande-Bretagne. Retour sur une carrière que l’on pourrait qualifier « de l’ombre ». Il est temps de le mettre en lumière.

Delroy Washington est né en 1952 à Westmorland, Jamaïque, où il fréquente son aîné, un certain Peter Tosh, originaire de cette même ville. Sa famille part pour Londres en 1960 où déjà tout jeune, il commence à chanter dans un choeur d’église.

Il sort son premier single "Jah man a come" en 1973 pour Lord Koos, label qui même s’il ne reste actif qu’entre 1973 et 1975 sort des titres des plus grands jamaicains tels Dennis Brown, Cornell Campbell, John Holt, Horace Andy ou encore Errol Dunkley.

delroy washington, Jah wonderful, i-Sus, Rasta, virgin

Il est le premier artiste reggae britannique à signer pour une major et sort pour le label Virgin/Front Line 2 albums de très hautes qualités, I-Sus en 1976 où est inclus le redoutable "freedom fighters" et "Rasta" en 1977. Artiste accompli, il joue même des percussions et de la guitare sur ses albums qui sont enregistrés avec la crème des musiciens à savoir des membres d’Aswad, des Wailers, des Sons of Jah (avec le charismatique Trevor Bow) et du grand Rico Rodriguez.

Son single "Give all the praises to Jah" sorti sur même label,  frôle même les charts Uk en 1977.

On le retrouve aussi aux choeurs pour le premier album d’Aswad en 1976 mais aussi sur les albums Catch a fire et Burnin’ des Wailers qui enregistrent alors à Londres.

Delroy Washington a contribué et supporté la carrière de bon nombres d’artistes britanniques, et ce dans n’importe quel courant musical qui inclue Boney M, Aswad, Steel Pulse, Soul II Souls et tant d’autres. Il travaille aussi avec les plus grands jamaicains qu’ils soient en exil à Londres ou juste là pour leur carrière : Jimmy Cliff, Alton Ellis, Dennis Brown, Gregory Isaacs, U-Roy, Mighty Diamonds. La liste est un véritable all stars jamaicain.

Sa renommée dépasse largement les frontières du reggae et son magistral "Jah wonderful", dont il existe une version live lors d’un carnaval de Nothing Hill, a même inspiré le "Miss you" des Rolling Stones.

Après la période Virgin, il sort quelques singles, ainsi qu'un très bon titre, "Help one another" pour Jah Shaka sur l’album Message from Africa.

Delroy Washington a fondé la " Federation of Reggae music " et a fait en sorte qu’une plaque commémorative orne la maison où vivaient les Wailers au début des années 70. Il était très proche de Bob. Ses chansons, sont inspirées tout comme celle de Marley d’une foi rasta sans faille.

Toujours prolifique dans le monde musical durant toutes ces années, il est malheureusement atteint par le Coronna Virus et s’éteint ce 27 mars 2020, le même jour que Bob Andy qu'il affectionnait particulier et qu'il cite comme "une de ces influences musicales".

On espère une réédition de ces deux albums pour Virgin/Front Line pour ne pas qu’on oublie un artiste de ce calibre, un vrai "Freedom Fighters".

R.I.P.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Décès de Rico Rodriguez

Décès de Rico Rodriguez

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements