La Compo-Déconfinée – On s’en lavait les mains

Atelier d'écriture par David cairol

Il y a quelques temps, on vous a parlé du projet mis en place par David CairolLa Compo Déconfinée. Un atelier d’écriture géant qui visait à composer une chanson le temps du confinement depuis les réseaux sociaux. Depuis hier, on a pu voir le résultat avec la publication du clip mettant en image quelques 80 pesonnes des 170 participants que ce projet à mobilisés. Tous ensemble ont donné vie au titre " On s’en lavait les mains ".

Un très joli projet que nous souhaitons partager avec vous en espérant que vous aussi, vous le ferez tourner  !!!!
 

La Compo Déconfinée
" On s’en lavait les mains "


"On s’en lavait les mains" est l’aboutissement du projet mis en place par David Cairol au début de la période de confinement. L’artiste demande alors à ses fans de collaborer à la création d’une chanson et d’un clip via un atelier d’écriture, travail que David a l’habitude de faire au quotidien dans différentes structures et pour des propositions d’échanges culturels entre écoles Française et Jamaïcaine.

Au total, c’est plus de 170 personnes, amateurs, novices, professionnels de tous âges qui se sont inscrites, dépassant de loin toutes les espérances du chanteur. L’aventure humaine pouvait alors commencer.

Tous ensemble ont travaillé sur la thématique, l’organisation, l’écriture et la composition du morceau, s’exprimant sur leurs émotions d’être confinés. Une collaboration permettant à chacun de mettre en avant son sens de la créativité, de se libérer par la musique à sa manière et d'avoir une belle bouffée d'oxygène pendant cette période anxiogène.. Un travail libérateur pour des confinés qui se sont mis à réfléchir au monde qui les entoure et que l’humain à construit. Une fois ce long processus terminé, tous les protagonistes ont été mis à contribution pour se filmer et enregistrer la partie (chant, instrument et danse).

C’est tout d’abord David Cairol qui s’est chargé d'éditer et monter tous les enregistrements reçus. Il a ensuite envoyé son travail en Hollande à Peter Wezenbeek qui s’est occupé du mixage. C'est ensuite, Peter Brusse, l’un des meilleurs ingénieurs hollandais, qui s’est proposé, tout aussi bénévolement, de masteriser le titre. Pour ce qui est du montage vidéo c’est à Biarritz que Nicolas Hillau a traité les 50 Go de vidéos envoyés par les participants, un travail titanesque qui a permis d’aboutir à la réalisation du clip illustrant la chanson.

Aux côtés de tous ces participants, on retrouve en ce qui concerne la musique. Melissa Martinez et Maialen Errotabehere aux chœurs et arrangements des voix, Mehdi Bareit à la guitare, Nicolas Darrenougue au ukulele, Fabien Durou a la trompette, Jérôme Capdepont au trombone, Céline Soler et Sabrina Ravetti au saxophone, Xabi Fischer au piano rhodes, Ben Alcuet aux percussions et Bredda Marcus à l’orgue et au piano. Peter Wezenbeek (batteur hollandais, producteur du projet Bob Marley tracks aux côtés des Wailers, dont David Cairol est le chanteur et dont on vous reparlera bientôt) et Christos DC (chanteur et multi instrumentiste américain) se sont, eux aussi prêtés au jeu, en enregistrant la partie basse-batterie, l’un depuis la Hollande, l’autre depuis les Etats-Unis.

Comme on peut le voir, ce projet à mobilisé beaucoup de monde de différents univers, âges, religions, pays et l'aventure n'est peut être pas finie encore....Quand on fait les choses avec le coeur, ça fonctionne et le résultat est juste magnifique. A faire tourner sans modération !!!! 


Bravo à tous
Bravo David

Paroles 
" On s'en lavait les mains "

" J’étais là moi et moi avec mes idéaux
J'suis passé à côté de vous de toi et moi pauvre idiot
Insouciant inconscient je ne manquais pas d’air
Non je ne bronchais pas sauf pour ma petite sphère
J’étais fort j’étais beau j’étais immortel
Moi et mes faux amis et mon monde artificiel
Occident oxydé je me suis brûlé les ailes
Voilà j’atterris car la vie me rappelle
Du haut de mon 4x4 j’ai défriché l’ozone
Tué les 4 saisons pour des fraises en automne
Moi et mes grandes œillères on a déconné
J’entends l’écho d’hier à moi de décoder
Oui Terre est le mot maître je n’avais pas compris
J'ai lu le thermomètre quand la fièvre m’a pris
La vie ruse la vie râle comme l’âme agit
Piqûre de rappel en guise de survie
Sur mon long fleuve tranquille
Je ne me suis pas méfié
Me voilà frappé dans le 1000
Par l’invisible danger

On s'en lavait les mains
Là nous l’avons en nous
Nos vies ne valent rien
Si l’on avale tout
Nous l’avons pour demain
Corps et âmes à genoux
Relevons-nous enfin
Faisons de nos “je” un “nous”

Il aura fallu ça pour retrouver nos pommes
La menace est là, elle nous lance un ultimatum
Nous voilà confisqués jusqu’aux confins du monde
C’est l’heure de se confier, de faire table ronde
Terré dans ma tanière je commente en aparté
J’ouvre les portes à l’envers de mon appart’ atterré
Je guette tous les soirs la présence d’un être
Une lueur d’espoir en ouvrant mes fenêtres
Oui tous les jours s'égrène le macabre décompte
Au front on s’donne la peine pour que tout le monde surmonte
La solidarité refait l’unanimité
Dans la Solide aridité de notre humanité
Les balcons applaudissent, les médecins crient SOS
Confinement au box-office dans un silence de Far-West
Moi je vois grandir mon fils et j’en oublie le stress
Ma mère est là d’office et c'est même ma maîtresse
Confiné égalité fraternité, tous égaux
Privés de nos libertés, on sourit aux oiseaux
La nature reprend ses droits et j’y ferai mon toit
Je réfléchirai à deux fois avant d'emboîter le pas
Tu crées la faille de l'intérieur
Mais ouvre le champ des possibles
Quand la fièvre devient ferveur
Elle rend notre espoir transmissible

On s'en lavait les mains
Là nous l’avons en nous
Nos vies ne valent rien
Si l’on avale tout
Nous l’avons pour demain
Corps et âmes à genoux
Relevons-nous enfin
Faisons de nos “je” un “nous”
On s'en lavait les mains
Là nous l’avons en nous
Nos vies ne valent rien
Si l’on avale tout
Nous l’avons pour demain
Nos coeurs battants debout
Si l’amour est un vaccin
Faisant corps on a tout

Enfin les yeux ouverts
A la sortie de l’hiver
J’arrêterai de courrir
Dans ma roue de fer
Je sortirai demain
Pour aller goûter l’air
Ressentir le parfum
Sacré de l'atmosphère
Les plaisirs de la vie
Le goût sucré de l’été
Retrouver mes vraies envies
Et me réjouir de dire santé
Non rien n’aura changé
Mais tout sera différent
Mon combat canapé terminé
J’aurai rangé mes tourments
Tous unis vers celles
Et ceux qui en ont besoin
Dans mes yeux l'étincelle
Pour aller voir plus loin
Oui j’en garderai les traces
Jusqu’au fond de mes gènes
Surtout pas qu’on les efface
Même si cela nous gêne
On a retenu notre respiration
Retenons donc la grande leçon
Voici notre chance de rémission
Un Nouveau Monde en éclosion
Nous faut-il cet état morose
Pour créer la métamorphose
N’attendons plus que la mort cause
Pour retrouver l’osmose

On s'en lavait les mains
Là nous l’avons en nous
Nos vies ne valent rien
Si l’on avale tout
Nous l’avons pour demain
Corps et âmes à genoux
Relevons-nous enfin
Faisons de nos “je” un “nous”
On s'en lavait les mains
Là nous l’avons en nous
Nos vies ne valent rien
Si l’on avale tout
Nous l’avons pour demain
Nos coeurs battants debout
Si l’amour est un vaccin
Faisant corps on a tout

Oui relevons nous
Nous l’avons en nous
Nous l’avons en nous
En nous
Oui relevons nous
Nous l’avons en nous
Nous l’avons en nous
En nous
Oui relevons nous
Nous l’avons en nous
Nous l’avons en nous
En nous
Oui relevons nous
Nous l’avons en nous
Nous l’avons en nous
En nous
Oui relevons nous "

On s'en lavait les mains - La Compo-Déconfinée - David Cairol
 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements