Brahim – Ainsi Vivent Les Hommes

Lors de notre court séjour à Tours il y a deux ans (voir ici), nous avions bien évidemment rencontré Brahim, le pionnier, qui, intarissable sur Marvin Gaye nous avait expliqué tout le contexte qui avait conduit à la création de "Sexual Healing" ; il nous avait également confié à ce propos que l'auteur de "What's Going On" était son chanteur préféré. En effet, on ne le dira jamais assez, mais le reggae, c'est du blues, de la soul à la sauce jamaïcaine. Et le dernier album de Brahim, Ainsi Vivent Les Hommes, sorti le 15 mai dernier chez Baco Records, n'échappe pas à ce constat, puisque cet opus du Tourangeau est traversé de part en part par le genre cher à Curtis Mayfield et Otis Redding.

Toute la discographie de Brahim est ainsi profondément marquée, directement ou indirectement, par la soul. Et que dire de ce big tune "Briques Après Briques" paru sur Sans Haine (la grosse chronique ici), sur lequel il avait invité une dream team composée de Pierpoljak, Nuttea, Merlot (chanteur de Baobab et lui non plus pas en reste quant aux incantations soul) et son cousin Asha B, membre, comme lui, du Wadada Sound System. Sur Sans Haine, Brahim avait fait appel au guitariste Kubix en qualité de beatmaker, sur Déconnecté (la grosse chronique ici), son album suivant, c'était Manudigital qui avait fourni ses riddims explosifs à l'interprète, notamment sur le wicked "Tout n'est que bizness". Là encore, Brahim sait s'entourer d'une dream team dès lors qu'il s'agit de la composition.

Mais plus encore, ce qui nous intéresse, c'est que le chanteur, bien loin de se conformer à une pure identité roots & soul, sait repousser ses limites et se renouveler ; pour résumer, Brahim c'est un peu l'artiste qui se balade entre tradition et modernité, qui propose sans arrêt du neuf sans négliger l'apport fondamental des précurseurs tous genres confondus. En effet, peu après la publication de Déconnecté, il rééditait cet album en version chopped & screwed (sorte de remix d'un morceau à travers un procédé qui consiste à le ralentir et inventé par DJ Screw dans les 90's), technique également utilisée par un certain Big Red sur son splendide Vapor (la grosse chronique ici) paru en 2016 chez les voisins tourangeaux de Brahim, Brigante Records.

brahim, ainsi vivent les hommes, nouvel album

Puis, quelques années plus tard, toujours en compagnie de Manudigital (décidément Manudigital est omniprésent), il sortait un track à la croisée du trap, du reggae et du dub, le groovy "Faites ce que je dis" (voir ici) et qui allait annoncer, d'une certaine manière, Ainsi Vivent Les Hommes bien que le morceau en question n'y figure pas.

Cette fois-ci par contre, pas de Manudigital dans les pattes de Brahim, puisqu'il a lui-même entièrement élaboré les instrus. Autrement dit, c'est en véritable auteur-compositeur-interprète que Brahim a abordé cette nouvelle galette. Il a cependant été épaulé par une partie des fondateurs de Baco Records, j'ai nommé Danakil, quant à la réalisation de l'album : le clavier Martin Bisson, Manjul, Bozo Sax, ainsi que la section rythmique (le batteur Titi et le bassiste Massive Boris) sont ainsi venus prêter main forte à celui qui reste définitivement comme l'une de leurs plus grosses influences, Balik ayant d'ailleurs toujours été très clair à ce sujet.
Et souvenons-nous également que Massive Boris avait grandement participé (au même titre que Manudigital, encore et toujours) au Turbulent (la grosse chronique ici) de Papa Style en 2016 et plus particulièrement au wicked "Tout Là-Haut" à travers lequel le MC se confiait sur une douloureuse expérience personnelle tout en dénonçant les travers de notre société. Il en va pratiquement de même avec cet Ainsi Vivent Les Hommes, un opus à double facette où Brahim se dévoile à la fois quant à son être intérieur, son intimité, mais aussi sur le monde qui nous entoure.

Telle est ainsi la ligne directrice de l'album et il suffira juste de vous pencher sur les titres des morceaux pour vous en convaincre. Ainsi Vivent Les Hommes est donc organisé en deux parties distinctes qui, l'une parle de la folie des hommes et l'autre de la rupture amoureuse. C'est d'ailleurs sur ce dernier thème que Brahim avait initialement l'ambition d'écrire un EP, comme il nous le confiait récemment en interview. Mais tel un véritable passionné, le chanteur avait forcément plus d'une corde à son arc et il donc fallu se rabattre sur un double EP. Cependant, d'une certaine manière, les deux parties se complètent très bien puisqu'elles partent d'expériences vécues : "j’ai remarqué que les mecs que j’écoutais souvent , c’étaient des écorchés en vrai", déclarait-il dans cette même interview. On repense justement à cette reprise du "Ne me quitte pas" de Jacques Brel (qui aurait tout à fait pu s'insérer ici) que Brahim avait publiée il y a quelques années. Les textes forts et poignants de Brahim sur cet album résonnent ainsi comme un écho aux éprouvantes paroles proférées par le Belge et c'est ce que l'on peut ressentir avec "Elle" sur un riddim qui oscille entre le dub, le synthwave et le trap.

Toujours à la croisée des genres précités, Brahim établit un parallèle pertinent entre l'amour et la drogue dans "Addiction", morceau qui, à l'instar de l'album contient une double entrée. Une grande partie des chansons à propos de l'amour sont, de toute façon, construites à partir d'une dualité qui évoque les temps heureux de la relation synonymes de confiance aveugle et de promesses et la période qui suit la rupture où les larmes et la peine sont de mise. L'amour est ainsi un "Equilibre Dangereux" comme le chante si bien Brahim accompagné d'un riddim groovy inna rub-a-dub style interprété par les Danaks.

Par conséquent, bien que "la déprime", "la colère" et "la rage" vous envahissent après avoir rompu, ce qui est relaté dans "Trop Tard" sur une grosse instru stepper adéquate, Brahim nous rappelle que l'amour éternel nous éloigne du côté obscur et peut nous sauver. On en veut pour exemple "Ce Feeling", track qui conclut l'album où les cuivres soul cohabitent avec le reggae/dancehall et le hip-hop sur fond de basses qui ronronnent, mais aussi et surtout avec le très beau "Amour Suprême" à travers lequel le Tourangeau s'adresse à sa fille.

C'est tout naturellement que Brahim fustige l'amour intéressé dans "Joueur de Foot" et qu'il proclame que l'argent est capable de tout corrompre et pervertir ; on se remémore presque "Tout n'est que bizness" avec ce tune. C'est d'ailleurs dans le même état d'esprit que Brahim s'attaque aux faux-semblants et à l'hypocrisie des gens de pouvoirs dans "La Paix La Justice" (titre qui nous rappelle les textes de "Faites ce que je dis"), raison pour laquelle il s'indigne que "ce monde est devenu fou" dans le morceau éponyme de l'album.

Dans cette partie consacrée aux maux de notre monde, Brahim s'attaque aux abus de pouvoir comme on le constate sur "Dans les airs" qui, à l'instar de "La Paix La Justice", fait état d'un décalage entre le discours des puissants et leur véritable comportement, un discours qui prône la liberté et le bonheur alors que règnent l'oppression et la répression. Plus encore, c'est le fanatisme religieux qui est condamné par le chanteur dans "Au Nom Du..." en feat. avec Joss Bari, où, là encore, le message universel d'amour et de paix des religions est totalement bafoué par des prédicateurs qui sèment la terreur.

Tout l'opus repose finalement sur le contraste entre l'être et le paraître, la réalité et la fiction (ou le rêve), mais aussi sur la lutte permanente qui se joue en nous entre, d'une part, notre capacité à aimer et, d'autre part, cette tentation qui nous pousse vers la nuit et l'obscurité. "Seul Le Temps", mais aussi la sagesse et la patience (Maître Yoda n'aurait pas dit mieux) peuvent apporter l'équilibre nécessaire et résoudre cette contradiction propre à chacun d'entre nous. Ainsi Vivent Les Hommes.

TRACKLIST

PART 1

1. Seul le temps
2. Ainsi vivent les hommes
3. Dans les airs
4. Joueur de foot
5. La paix La Justice
6. Au nom du... Ft. Joss Bari

PART 2

7. Elle
8. Équilibre dangereux
9. Trop tard
10. Amour suprême
11. Addiction
12. Ce feeling

Artiste : Brahim
Album : Ainsi Vivent Les Hommes
Label : Baco Records
Date de sortie : 15/05/2020

NOTE DE L'AUTEUR : 7 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements