Adam Prescott & Deemas J – Still Rising

Depuis que Manudigital s’est lancé dans son projet solo en 2015, il s’affiche régulièrement auprès de MCs qui viennent lui prêter main forte lors de ses concerts. C’était notamment le cas de Bazil lors de ses débuts, chanteur avec lequel il a pu rencontrer en Angleterre un certain Deemas J (comme il nous l’expliquait ici), MC qui accompagne désormais le beatmaker (le gros report du Nomade Reggae Festival 2018 ici) et dont nous allons vous parler aujourd’hui.

Comme tout bon singjay qui se respecte, Deemas J a tout d’abord fait ses classes au sein de différents sound systems de la scène londonienne, et notamment le Reggae Roast, l’un des acteurs de la nouvelle génération anglaise et qu’on avait pu découvrir en 2015 en France lorsqu’il avait posé ses scoops pendant le Télérama Dub Festival.

Ainsi, c’est avec l’un des piliers du Reggae Roast, Adam Prescott, que Deemas J s’est associé afin de produire son dernier album, Still Rising, paru le 4 mars chez Backative Records. Nous parlons bien de pilier, puisqu’Adam Prescott trimballe un pedigree impressionnant derrière lui garni de collaborations tout aussi prestigieuses les unes que les autres ; on mentionnera, juste pour se faire une idée, un cut du « Heavenless » dans lequel il invitait, entre autres, Johnny Osbourne ou Sugar Minott pour une réactualisation stepper du fameux riddim.

            adam prescott, deemas j, still rising, nouvel album

En effet, en bon sujet de Sa Majesté, Adam Prescott pratique un reggae/dub qui s’inscrit dans la longue tradition stepper du genre, mais pas seulement, car ce Still Rising porte en lui les germes des différents styles de reggae. Cette démarche hétéroclite se retrouve également à travers la posture d’un Deemas J qui, lui non plus, ne fait pas trop dans l’étroitesse d’esprit avec ses multiples modulations de voix, à l’instar de ses compatriotes MCs qui peuvent aisément passer d’un genre musical à l’autre en adaptant leurs flows. De toute façon, on le répète sans arrêt, mais les MCs anglais demeurent, pour les siècles des siècles, les meilleurs au monde.

Petit exemple avec ce freestyle de Deemas J en compagnie de Manudigital, dans lequel il cite le Saxon Studio International, sound system qui exerce encore une influence notable pour de nombreux artistes français et anglais tant via ses MCs (Peter King, Maxi Priest, Tippa Irie, etc…) que pour sa façon d’animer une session. Et si vous n’êtes pas convaincus par cette vidéo, alors désolé, on ne pourra plus rien pour vous.

Alors ? Ça envoie, hein ? Bref, ceci n’était qu’une petite introduction avant de nous atteler plus précisément à la présentation de ce Still Rising, qui, nous le disions plus haut, a été élaboré avec Adam Prescott du Reggae Roast. Oui, pas de Manudigital sur cet album, mais on ne désepère pas, on se doute bien qu’une collaboration sur disque arrivera tôt ou tard entre le beatmaker et Deemas J.

Mais d’ailleurs, c’est sur un pur riddim digital que s’ouvre cette galette avec le titre éponyme, immédiatement suivi d’un autre track dancehall façon 80’s, « Drive Faster ». Ici, conformément au titre, Deemas J se pare de son fast style so british dans le refrain, pendant qu’il prend des intonations à la Yellowman dans les couplets. Les amateurs de reggae digital trouveront également leur bonheur à travers « Hyper », dans lequel Deemas J récidive avec son fast style ravageur ; c’est notamment via ce morceau que l’on se rend compte que les toasters français pionniers du genre (on pense immédiatement à un Daddy Mory ou Nuttea par exemple) doivent une grande partie de leur technique à celle de leurs confrères anglais.

On entend également une grosse ligne de basse digitale sur le rub-a-dub « Questions », mais cette fois-ci, les ingrédients qui constituent le morceau varient quelque peu avec des cuivres et des claviers façon 70’s (l’ombre de Jackie Mittoo plane pleinement ici), d’autant plus que Deemas J prend la tangente et se réfère à une autre légende du reggae anglais, en la personne de LKJ et son spoken dub, esthétique utilisée également dans le one drop « The Bible » (où l’on décèle aussi un hommage furtif à U-Roy), surplombé de percus nyabinghi et pléthore d’effets dub.

De one drop, il en est encore question dans cette reprise de Pete Rock & CL Smooth qu’est « Reminisce » avec ses cuivres emblématiques et dans « I Want You To Be Mine » où Deemas J mime, une nouvelle fois, U-Roy et où il est épaulé par Rachel Wallace, présente également sur deux autres morceaux dans ce Still Rising. Tout d’abord, « All Night », un dancehall qui mêle digital, percus et flow hip-hop de Deemas J ; quant à la voix de Rachel Wallace, on la croirait tout droit sortie d’un track electro des 80’s ou du début des 90’s. On retrouve ensuite la chanteuse sur « I Am A soldier », le seul tune stepper de l’album et où les deux artistes se complètent à merveille, les chœurs de Rachel Wallace donnant toute leur puissance au morceau.

Et comme pour boucler la boucle d’un opus qui s’ouvrait avec du digital, c’est avec une vibe similaire que se conclut ce Still Rising où, avec « Be Free », Deemas J se permet même de se faire un auto-featuring avec sa voix totalement édulcorée dans le refrain. Oui, les MCs anglais sont définitivement les plus doués du monde.

TRACKLIST

1. Still Rising
2. Drive Faster
3. I Want You To Be Mine feat. Rachel Wallace
4. All Night feat. Rachel Wallace
5. Hyper
6. I Am A Soldier feat. Rachel Wallace
7. The Bible
8. Questions
9. Reminisce
10. Be Free

Artistes : Adam Prescott & Deemas J
Album : Still Rising
Label : Backative Records
Date de sortie : 04/03/2020



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements