Art-X – Tales Of Melodia

Il ne se passe pas pratiquement un mois sans que l’on parle d’Art-X. Le Tourangeau est en effet tellement prolifique qu’il est impossible de passer au travers de ses productions, qu’elles soient en solo, en duo, en trio, en quatuor, etc… Ces derniers temps, on a ainsi décelé sa présence sur l’album de Sumac Dub, Norska (la grosse chronique ici), puis on le retrouvait en compagnie de son frère Olo pour le projet OnDubGround avec Brothers (la grosse chronique ici), juste avant qu’il ne dévoile un deuxième EP avec ses Roots Addict, et dont nous vous reparlerons très prochainement.

Mais en attendant, c’est pour présenter un nouveau chapitre de ses agissements en solo qu’il nous est revenu le 21 septembre, date à laquelle il a sorti son tout nouvel album chez ODGProd (normal) et intitulé Tales Of Melodia. Melodi-a et non pas melodi-ca, tant il est vrai que ce titre peut prêter à confusion, puisque nous rappelons, notamment pour les deux du fond qui ne suivent pas, que l’artiste (ou l’Art-X, cette fois-ci ça marche) est avant tout réputé pour sa maîtrise de l’instrument popularisé par Augustus Pablo.

Et puis bon, si l’amalgame est possible entre les deux mots, il n’en demeure pas moins incontestable, sans paraître flagorneur, qu’Art-X a su nous séduire au fil des années avec ses mélodies au melodica dans ses différents opus ou singles, de Toy Story (la grosse chronique ici) à Nomad (la grosse chronique ici) en passant par sa collaboration avec Gabriel Bouillon, le guitariste des Ligerians, sur Blue Lotus (la grosse chronique ici) en 2016.

art-x, tales of melodia, nouvel album

Les œuvres produites par le Tourageau sont donc innombrables et elles oscillent sans cesse (là aussi, petite piqûre de rappel pour les deux cancres du fond qui ne nous suivent toujours pas) entre le digital, le dub et le roots, tous les styles de reggae ou presque subissant les assauts de son melodica. Et donc après avoir sorti un Nomad roots & culture dans lequel il s’était entouré d’acteurs de la scène roots française, c’est un son strickly digital pour lequel il a opté dans ce Tales Of Melodia.

Mais s’il est le seul mentionné sur la pochette, il a en effet également composé tous les riddims (en plus de dégainer son mélodica), cet album résulte aussi tout naturellement d’un travail d’équipe : les feat. vocaux tout d’abord que nous évoquerons en temps voulu, sans oublier Olo au mastering, l’ingé son Guillaume (accessoirement batteur d’OnDubGround), en qualité de dub master, et un certain Sumac Dub qui renvoie l’ascenseur à Art-X après qu’il a participé à son Norska.

Les deux hommes ne se quittent ainsi pratiquement plus d’une semelle depuis quelques temps et on remarque d’ailleurs une similitude entre leurs albums respectifs, puisqu’ils recourent chacun au thème de la nature, tant en ce qui concerne l’artwork que les titres des chansons. On les imagine donc parfaitement déambuler parmi les arbres sur ce tune grâcieux qu’est « Dancing Trees » (garni de la guitare de Sumac Dub), à la manière du clip de « Moonshine » dans lequel Art-X et son compère Guillaume interprètent le morceau en pleine nuit justement à la lueur de la lune. Un sound system fait également son apparition en bordure d’une forêt, comme si Art-X voulait nous signifier l’harmonie entre la musique et la nature, un environnement où les éléments et le son ne font qu’un, comme sur « Windy Day » avec cette correspondance entre le vent en question et le melodica. Il s’agit donc très probablement du sens donné à cette quête symbolique qui se matérialise dès le morceau d’ouverture, « The Quest » : une quête tout aussi artistique que cosmique.  

Par conséquent, chez le Tourangeau, même la pluie devient quelque chose d’agréable sur « Sweet Rain » par le renfort suave du melodica ; cet oxymore synthétise d’ailleurs toute la philosophie du son propagée par Art-X (et plus généralement d’OnDubGround) où les ambiances poétiques et oniriques se superposent sur des structures loud & heavy. Cette dichotomie s’exprime également sur « Little Boy » à la sauce Manudigital, mais aussi et surtout dans « Foreign Land » qui nous rappellerait presque, à juste titre, le « Danube » de la fratrie tourangelle.  Et tout en restant sur des références liées à l’eau ce n’est pas la « rain » qui est « purple » pour Art-X mais un « lake » dans ce track cristallin qu’est « Purple Lake » à la tonalité stepper, a contrario des morceaux plus rub-a-dub qui composent majoritairement ce Tales Of Melodia.

Mais si ce sont les rythmes stepper qui vous font palpiter, Art-X a tout de même pensé à vous avec le mad « Ruff Out Deh » qui nous permet de renouer avec le timbre à la Horace Andy de Kojo Neatness qu’on avait pu découvrir sur le Cookie & Café (la grosse chronique ici) d’un autre Tourangeau affilié à la mif Brigante et ODG, j’ai nommé Jeep. Ainsi, à l’instar de Cookie & Café, les protagonistes vocaux de ce Tales Of Melodia ont été invités pour leur légèreté et leur douceur, à mille lieues des singjays au flow rauque que l’on retrouve habituellement dans le reggae digital et le dancehall ; et c’est notamment le cas ici de Gyn-K et Don Camilo, autres artistes proches de Brigante Records et dont la complicité entre en symbiose avec le riddim tout aussi léger d’Art-X dans « Inside ».

Il ne vous reste donc plus qu’à vous laisser bercer par ces Melodia au melodica.

TRACKLIST

1. The Quest 
2. Windy Day 
3. Foreign Land 
4. Inside feat. Gyn.K & Don Camilo 
5. Moonshine 
6. Dancing Trees 
7. Ruff Out Deh feat. Kojo Neatness 
8. Sweet Rain 
9. Little Boy 
10. Purple Lake feat. Shaky Norman

Artiste : Art-X
Album : Tales Of Melodia
Label : ODGProd
Date de sortie : 21/09/2020

NOTE DE L'AUTEUR : 7 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements