Asian Dub Foundation – Access Denied

A l'instar de nombreuses autres productions, la sortie du dernier album d'Asian Dub Foundation, en raison des multiples chamboulements liés à la crise sanitaire et au confinement, avait dû être repoussée. En effet, alors que cet Access Denied (qui, forcément, aura parfaitement porté son nom) était prévu pour le printemps, il a finalement vu le jour il y a environ un mois, le 18 septembre exactement, chez X-Ray Production.

Là encore, de la même manière qu'avec Soom T et son The Arch (la grosse chronique ici), paru une semaine auparavant, l'on peut affirmer que le label français aura effectué une belle prise en attirant à lui l'un des groupes les plus reconnus de la scène underground anglaise de ces vingt-cinq dernières années. Ainsi, on ne va pas vous faire l'affront de vous présenter Asian Dub Foundation, on rappellera uniquement que le combo n'a jamais dérogé à cette règle de s'affranchir des règles en élaborant un son totalement bigarré et survolté.

Ce comportement, il provient, entre autres, en droite ligne de l'énergie déployée par The Clash sur album et sur scène et, de même que leurs compatriotes Dub Pistols avec une adaptation de "Bankrobber" (voir ici) et qui viennent d'ailleurs tout juste de publier leur dernier album, Addict (la grosse chronique ici), c'est avec brio qu'Asian Dub Foundation revisitait l'un des titres phares des auteurs de Sandinista !, en l'occurence "Police On My Back" (lui-même une reprise déjà de The Equals) en compagnie de Zebda il y a quelques années. Ce morceau était ainsi intégré à l'Isolation Mix (voir ici) que le groupe avait dévoilé pendant le confinement, afin d'apporter un peu de chaleur dans un contexte totalement anxiogène.

                     asian dub foundation, access denied, nouvel album

Car s'il fait voler en éclats les codes musicaux, le collectif n'en aime pas moins bousculer également les lignes politiques et idéologiques dominantes en s'attaquant de front aux problèmes sociaux, économiques et environnementaux actuels, comme pouvait le faire The Clash en son temps. Et c'est dans ce sens qu'il faut appréhender le style déchaîné et déjanté d'Asian Dub Foundation : libérer son corps et son esprit face aux discours de peur et de haine répétés quotidiennement par nos dirigeants partout sur la planète.

Ainsi, tout le monde ou presque s'accorde à dire que cet Access Denied est le meilleur opus des Anglais depuis bien longtemps, une bonne dizaine d'années au moins. Nous n'entrerons pas dans ce débat, nous dirons juste qu'il s'agit probablement de leur album le plus punk, le plus rock n'roll, le plus clashien en somme et ce, parmi toute leur discographie. Et ça, ce n'est pas rien, surtout avec la morosité ambiante.

Alors certes, les guitares énervées ont toujours été légion chez ADF, mais ici elles ne sont plus là pour habiller les morceaux comme de simples arrangements, mais pour les habiter pleinement. Le premier single de cet Access Denied, "Can't Pay Won't Pay" (voir ici) était ainsi très révélateur de ce constat avec cette fusion electro/dub/punk et toujours accompagnée d'instruments plus acoustiques et orientaux qui a fait la marque de fabrique du groupe depuis ses débuts. Et à propos de fusion, on ne s'étonnera guère donc qu'ADF aura quelque peu puisé une inspiration dans le son metal/hip-hop des 90's (Rage Against The Machine, Red Hot Chili Peppers, Body Count, Limp Bizkit, etc...) dans l'excellent "Frontline" où les guitares et les basses lourdes viennent s'acoquiner avec un flow hip-hop.

On sera donc presque déçu que le titre éponyme, basé sur la même structure rythmique heavy, ne mette pas plus en avant de guitares saturées ; on demeure là plus proche de la vague dub/rock française du début des années 2000 avec Fumuj ou Guns Of Brixton (tiens, tiens) que de Body Count. Mais peu importe, on le redit, l'ambiance sur cet Access Denied est beaucoup plus rock qu'auparavant, voire très indus (comme sur "Youthquake" par exemple), un peu comme si Nine Inch Nails avait rencontré Rage Against The Machine justement, et c'est ce qu'il se passe sur "Coming Over Here" en feat. avec Stewart Lee. Toujours dans cette esthétique metal/indus, on est très bluffé par le superbe "Mindlock" qui propose également quelques incursions dans le punk, sans oublier la flûte emblématique d'ADF.

Celle-ci se fait d'ailleurs éminemment entendre dans un registre plutôt soul/jazz (façon Bill Withers, Temptations, Isaac Hayes, etc...) sur "Realignment" (on décèle même les violons propres au genre cher aux Temptations), track qui se voit affublé d'un remix, à savoir "New Alignment", qui, conformément à la tonalité générale de l'album, prend des allures beaucoup plus électriques. Les aficionados de la flûte propre à ADF seront aussi conquis par "Lost In The Shadows" (peut-être le track le plus proche de la période old school du crew) avec sa posture loud & heavy et dub/rock (qui rappelle encore la scène dub française) où les riffs rudes arrivent à cohabiter avec des arpèges plus délicats et entêtants. Sur "Swarm", on se délecte également d'un son très dub mais dans un registre plus stepper. 

Mais s'il est clair que le postulat de cet Access Denied répond à tout ce que nous avons évoqué plus haut, ADF n'en a pas moins injecté ses puissants attributs jungle qui ont fait sa renommée depuis des décennies. On en veut pour preuve le remuant "Stealing The Future" qui reprend, grosso modo, la recette efficace que le crew a su insuffler sur la scène mondiale ou une belle collaboration avec Dub FX, qui a d'ailleurs sorti son dernier album Roots (la grosse chronique ici) en début d'année  sur "Smash & Grab The Future".

En ce qui concerne les featurings, on mentionnera aussi les Palestiniens de 47Soul sur "Human 47", un intense condensé de dub, de rock, de hip-hop et de sonorités orientales, mais aussi "Frontline Santiago" avec la Franco-Chilienne Ana Tijoux et dans lequel ADF opère un intéressant mélange de dancehall, de trap et de bass music, alliage auquel le collectif nous a peu habitué jusqu'à présent mais qui vient confirmer cette volonté perpétuelle du groupe de briser les codes. 

TRACKLIST

1. Cant' Pay Won't Pay 
2. Stealing The Future 
3. Front Line 
4. Access Denied 
5. Realignment 
6. Coming Over Here Feat. Stewart Lee 
7. Human 47 Feat. 47Soul 
8. Mindlock 
9. Swarm 
10. Lost In The Shadows 
11. Youthquake Part 1, Greta Speaks 
12. New Alignment 
13. Frontline Santiago Feat. Ana Tijoux 
14. Smash And Grab The Future Feat. Dub FX 

Artiste : Asian Dub Foundation
Album : Access Denied
Label : X-Ray Production
Date de sortie : 18/09/2020

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

NOTE DE L'AUTEUR : 7 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements