Echange avec Matthieu Bost

Interview The Bombist

Camille Murray, The Bombist, David Cairol, Uman, un Grammy avec Morgan Heritage : ces projets vous parlent ils ? Il faut savoir que derrière toutes ses sorties se trouve l’empreinte du duo Bost&Bim, formé par Matthieu Bost et Jérémie Bim (malheureusement parti rejoindre les étoiles trop tôt). 

On a doncdécider d’ échanger avec Matthieu Bost pour évoquer son travail, ses sorties à venir et celles sur lesquelles il travaille. On y évoque son projet sax qui arrive en juin, aussi le nouveau single de Camille Murray, prévu pour fin mars et tout un tas de choses que l’on vous invite à découvrir dans cet échange.

Salut Matthieu comment vas-tu ? C’est Matthieu Mamats) de La Grosse Radio Reggae ?

Matthieu Bost : Salut ça va et toi ?

LGR : Ça va, enchanté de t’avoir au téléphone. On m’a dit que tu étais quelqu’un de bien (rire), donc je suis ravi de pouvoir échanger avec toi. Je t’appelle donc pour discuter avec toi de tes nombreux projets. Cela fait un moment que je veux mettre ton travail en avant sur le webzine. Tu es sur tous les fronts, la production notamment de l’album Quelle vie de Uman qui est sorti récemment, la collaboration sur pas mal de projets comme dernièrement sur le titre  » Bouteille à la Mer  » avec David Cairol (je ne veux pas balancer mais c’est lui qui m’a dit que tu étais quelqu’un de bien).*

Matthieu Bost : ( rire ) Cool, j’ai vu et lu l’interview de David pour le projet BobMarleyTracks.

LGR : En effet, c’est un projet qui devrait faire un peu de bruit je pense. Peter, David et toute la team font un taf magnifique. Tout comme t’avoir au tel, c’est un honneur pour moi de pouvoir discuter autour de tels projets.
 


Uman


LGR : On démarre à parler de ton taf en commençant par l’album de Uman qui est sorti récemment sous le label The Bombist stp ? Comment s’est faite cette connexion ? J’ai vu en aillant fouiller sur ton mur Facebook que c’était Bim qui avait contribué à cette rencontre.

Matthieu Bost : Alors en fait, on ne s’est jamais rencontré en physique avec Uman, c’est un peu le paradoxe de la petite histoire. Bim avait travaillé sur l’album – L’aventure c’est l’aventure de Uman. Un opus qui date de 2007 et pour lequel Bim s’était rendu en Belgique travailler avec Uman.

Pour son album, il avait envie depuis le temps de composer sur des instrus Bost & Bim, je lui ai envoyé quelques trucs. Au début, on était parti pour un EP, finalement on a fait pas mal de morceaux et l’idée d’un album est vite venue. Tout s’est fait à distance, il était question qu’il vienne et que j’aille aussi en Belgique mais avec la crise sanitaire, cela est devenu impossible. Uman doit venir en mars sur Paris pour la promo de l’album.
 

Quelle vie de Uman dispo ici

Uman
 » Est ce qu’on en parle ou pas ? « 


 


LGR : Top, s’il vient, tu nous tiens informés. Je n’habite pas très loin.

Matthieu Bost : Pas de souci, avec plaisir.

LGR : Le projet s’est entièrement fait durant le confinement ? J’ai vu que Selecta Killa avait participé aussi.

Matthieu Bost : On a commencé durant le premier confinement, en mars-avril 2020. L’album est allé relativement vite. On échangeait via le net ou directement en se téléphonant et on a avancé comme ça. Selecta Killa avait aussi commencé des instrus sur lesquelles j’ai travaillé.

LGR : Est-ce que de travailler sur ce projet, t’a fait un peu sortir de ta zone de confort concernant les riddims ? Est-ce une approche différente par rapport à tes habitudes ?

Matthieu Bost : C’est sûr, certains trucs sont un peu différents. Il y aussi des riddims qui datent, que j’avais fait avec Bim pour une bonne moitié environ, d’autres que j’ai fait spécialement pour Uman au fur et à mesure que l’on avançait dans le projet.


Visuel Quelle vie - Uman

 


Camille Murray


LGR : Ok, on va parler un peu du projet Camille Murray maintenant. Il y a déjà un EP et un single récemment de dévoilé «  Amnesia Love « . Tu peux nous parler de cette aventure ?

Matthieu Bost : En fait, ça fait longtemps que j’aime le dub et que j’en écoute. On avait déjà sorti avec Bim un album dub qui s’appelait Dub Monster. L’aventure Camille Murray a débuté quand Bim était malade, je n’avais plus très envie de faire des riddims mais des envies d’autre chose. Je suis parti sur quelque chose de plus froid, plus digital, un peu plus dark et cela correspondait au mood du moment. Il n’y a quasiment pas d’instruments live, tout se fait sur ordi, ça change de ce que l’on fait d’habitude où nous, on a coutume de mettre des sax, des guitares, des percus. L’idée était de faire plus de digital.
 


 » Amesia Love  » dispo ici

Camille Murray
 » Amnesia Love « 


 

LGR : Quel avenir pour ce projet ? On peut s’attendre à de nouveaux singles ?

Matthieu Bost : Le prochain va sortir fin mars. Pour la suite, je suis en train d’essayer de faire quelques morceaux avec des chanteurs. Il y en a déjà un de prêt avec un artiste qui s’appelle SD Holis avec qui, j’ai déjà sorti un morceau. (True to myself – April Riddim). Pour celui-là, on est prêt, on attend juste de faire la vidéo et d’autres singles viendront tout au long de l’année.

LGR : Du coup ces singles vont-ils déboucher sur autre chose, un album, un EP par exemple ?

Matthieu Bost : Je ne sais pas encore. Certainement à force de sortir des singles, il y aura un album au bout.


Visuel Camille Murray


 

David Cairol


LGR : On va parler un peu de David Cairol, un peu quand même pour la suite de cet entretien. On a déjà échangé avec David à ton sujet. Tu bosses sur la prod de son album à venir avec ton label, tu as dernièrement collaboré sur le titre  » Bouteille à la Mer « , vous avez même bossé ensemble en Jamaïque. Tu peux nous parler de cette collaboration stp ?

Matthieu Bost : Avec David, on s’est rencontré il y a 3 ans peut-être. C’était le moment où Chronixx venait de sortir son album et le morceau  » Skankin Sweet  » tourné à fond là-bas en Jamaïque. C’était il y a trois ou quatre ans, il a kiffé grave le morceau et en rentrant en France et en fouillant un peu, il a vu que c’était des Français qui avaient fait la prod. Il m’a alors contacté pour travailler avec moi. On a commencé à travailler sur des morceaux en français et d’autres en anglais. Au début, on a commencé à bosser sur un peu tout et on est parti en Jamaïque pour enregistrer des musiciens pour la partie reggae. J’y suis resté une semaine, David quant à lui est resté bien plus longtemps. Il y a un album de reggae en anglais de prêt , enregistré en partie en Jamaïque et en partie ici en France.

D’ailleurs, il y a un nouveau single qui sort le 26 février  » Building Bridges  » en featuring avec Brinsley Ford et Var. D’autres suivront aussi jusqu’à la sortie de l’album. Tout a été retardé avec la crise sanitaire. Son album reggae en anglais sort à la rentrée normalement et on a des titres en français dans les tuyaux aussi et un peu plus dans l’univers crossover.

Avec David, ça se passe super bien. Il avait déjà fait un projet l’année dernière que j’avais mixé aussi,  » One People « , et là, cette année, le titre  » Bouteille à la Mer  » qui est sorti. Je trouve que c’est un super projet d’échange, un super moment quand je découvre les vidéos à chaque fois. Cela fait vraiment plaisir de voir les enfants chanter, on sent vraiment que tout le monde y prend du plaisir.

LGR : Oui c’est clair, et c’est beaucoup à l’image de David, je trouve.

Matthieu Bost : Oui, très clairement.
 


 » Bouteille à la Mer « 
Campion college rencontre le collège de Linxe


 

 

Son actu à venir
 

LGR : As-tu d’autres choses dans les tuyaux au niveau de la prod dont tu aimerais parler ?

Matthieu Bost : Alors, écoute avec Uman on bosse. On va faire une version Deluxe comme on appelle ça maintenant. Du coup, on bosse sur des combinaisons. Il y aura de nouveaux morceaux avec d’autres chanteurs, on en a déjà enregistrés, un avec Daddy Mory et il y en a d’autres dans les tuyaux, donc, on devrait refaire partir ça.

J’ai aussi le projet d’un album de saxophone du coup, je vais sortir un 1 er single début mars.

LGR : Ça arrive bientôt.

Matthieu Bost : Oui, c’est bientôt. J’ai déjà le second single de prêt. Enfin tout l’album est prêt, il n’y a plus qu’à le masteriser et cela pourrait sortir avant les vacances de cet été. Pareil, il y a aussi pas mal de riddims que l’on avait fait avec Bim et même des morceaux avec des petits solos de Bim. Je bosse sur un projet plus Lo-fi aussi et plusieurs trucs à droite et gauche.

LGR : Tu m’as l’air un peu hyperactif j’ai l’impression ?

Matthieu Bost : J’essaye, j’essaye. Surtout en ce moment, on a le temps de se consacrer pleinement à ça, donc, j ‘en profite. Il y a aussi un morceau avec Jemere Morgan qui devrait sortir avant l’été.

LGR : Du coup, on ne pouvait pas t’avoir sans parler de Morgan Heritage avec qui tu as obtenu un Grammy, est ce qu’à l’avenir vous allez retravailler ensemble, y a-t-il quelque chose à ce niveau ?

Matthieu Bost : Ecoute non pour l’instant, il n’y a rien dans les tuyaux. Je travaille plus avec Jemere qu’avec les autres et je ne sais pas trop où ils en sont. Je sais que Gramps est nominé aux Grammy mais dans la catégorie gospel donc voilà. Il est parti un peu sur autre chose et je ne sais pas où en est Morgan Heritage et s’ils envisagent la sortie d’un projet pour le moment.


Visuel Grammy Awards - Morgan Heritage/Bost&Bim


LGR : Concernant les one-riddims, tu bosses sur un projet de ce type ?

Matthieu Bost : Non, j’ai un peu lâché les one-riddims pour l’instant. Je n’ai pas de projets de ce style. J’ai l’impression que c’est moins dans l’air du temps et du coup je préfère faire des singles. J’avais pensé faire du one riddim avec 3 ou 4 personnes mais même ça en fait, j’ai laissé de côté.

LGR : Ce n’est pas, plus d’actualité pour le moment.

Matthieu Bost : Aprés c’est une culture, c’est la musique Jamaïcaine. C’était à la base, un truc pour les DJ. En Jamaïque, on ne passe pas un morceau en entier donc c’était dans la tradition de passer un refrain et un couplet de plusieurs morceaux sur le même riddim. Ça permettait aussi de faire découvrir les jeunes artistes, car il y avait cela aussi que l’on pouvait faire. Mettre 3 ou 4 têtes d’affiche sur le riddim et il y avait aussi des inconnus et cela leur permettait d’avoir une plus grande exposition.

LGR : C’est vrai

Matthieu Bost : C’était plus facile de se faire écouter quand on était sur une série alors qu’aujourd’hui quand tu es un artiste émergent et que tu sors un single, rien n’est simple. C’est pour ça que j’aimais bien le one-riddim mais c’est comme ça.

LGR : On a pour habitude de demander aux artistes le dernier mot pour les auditeurs. Aurais-tu un message à leur faire passer ?

Matthieu Bost : J’espère que l’on pourra recroiser les auditeurs le plus vite possible, le plus rapidement, que l’on reprenne la route et refaire des concerts parce que cela nous manque et je pense que cela leur manque aussi. Donc voilà, tenez bon ! Tous un jour, on va se revoir et refaire de la musique ensemble.

LGR : C’est pas mal dans le flou pour l’instant

Matthieu Bost : Pour l’instant, oui, mais je garde espoir. Doucement au printemps mais à la fin du printemps début de l’été cela serait bien que ça redémarre. On verra bien.

LGR : Un grand merci à toi Matthieu. C’était un honneur d’échanger avec toi ! On attend très vite donc ton projet sax qui arrive débute mars pour le premier single et le prochain de Camille Murray pour fin mars. A très vite…

Merci J.lion et Charley !
 

Bost&Bim

Facebook
You Tube



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements