Interview Jah Light

Jah Light nous parle de ses projets

Vendredi, on vous a dévoilé  » Take it Easy « , le second single interprété par Jah Light pour le projet riddim lancé par La Grosse Radio en collaboration avec le backing band Official Staff

On a donc profité de l’occasion d’échanger avec Jah Light pour lui poser quelques questions sur  » Jah Life  » et  » Take it Easy « , ses deux récents singles et sur son album sorti en avril Almighty Zion Keepers dans lequel on pouvait l’entendre aux côtés de Don Carlos ou encore sur une reprise de Bob Dylan avec  » Knockin ‘on Heaven’s Door « . Bref, pour en savoir plus, vous êtes au  bon endroit.

 

Un grand merci à iWelcom Promo pour la connexion

 

 » Jah Life  » disponible sur toutes les plateformes
 » Take it Easy  » disponible sur toutes les plateformes

Almighty Zion Keepers disponible sur toutes les plateformes

LGR : Salut Jah Light, c’est La Grosse Radio Reggae. J’espère que tu vas bien. Enchanté de pouvoir échanger avec toi. Nous allons discuter du projet riddim que nous avons mis en place sur le webzine et de ton premier album Almighty Zion Keepers. C’est Max qui s’est chargé de la connexion, on en profite donc pour le remercier.

Jah Light : Salut La Grosse Radio. Ça va bien, merci et merci à Max.

LGR : Peux-tu nous faire un petit résumé de ta carrière stp ?

Jah Light : Je suis artiste, interprète, chanteur et musicien. En ce qui concerne ma carrière, pour pouvoir vous situer, j’ai commencé dans les boites de nuits et en tournant un peu partout en faisant des festivals en Afrique et quelques autres pays. J’ai récemment sorti mon premier album Almighty Zion Keepers. On va défendre ce projet sur les scènes en essayant d’aller dans pas mal d’endroits comme en France, aux Etats-Unis et en Europe. Je réfléchis aux projets futurs aussi.

LGR : Tu as posé ta vibe sur les 2 riddims, peux-tu nous parler du message de  » Take it Easy  » et  » My Life  » ?

Jah Light : Il faut dire que j’ai posé ma voix sur ses 2 riddims parce qu’ils m’ont vraiment plu.  » Take it Easy  » est un conseil à toutes les personnes qui consomment de l’herbe. Toutes les personnes qui sont dans le mouvement Rasta, tous ceux qui ont l’aspect Rasta de pouvoir consommer de l’herbe modérément sans pouvoir se détruire avec ça parce qu’il faut le dire, l’herbe est spirituelle. C’est aussi une chose qui permet aux gens de se relaxer, de se guérir aussi et c’est pourquoi j’ai chanté  » Take it Easy « . Pour dire à chacun, allons-y doucement avec ça, c’est bon mais c’est un médicament, il faut y aller avec modération.

Jah Light & Official Staff
 » Take it Easy « 


Pour le second titre  » My Life « . Je demande à toutes les personnes qui passent leur temps à juger, d’arrêter de le faire, d’arrêter de lancer la pierre sur les autres. Selon moi, Jah est le seul capable de juger tout le monde et il sauve nos vies, c’est le message que j’avais envie de passer.

Jah Light & Official Staff
 » Jah Life « 

Almighty Zion Keepers


LGR : On va discuter de ton album Almighty Zion Keepers. J’ai lu que tu avais pris le temps pour sa création alors que les titres étaient déjà écrits. J’ai aussi lu que c’était pour toi le temps d’une reconstruction, tu peux nous en dire plus là-dessus ?

Jah Light : C’est vrai, Almighty Zion Keepers existait depuis longtemps mais il fallait lui donner vie. Le confinement m’a permis d’avoir le temps de pouvoir enfin déballer cet album-là, de permettre à plusieurs musiciens d’intervenir sur cet album et de pouvoir aller dans le sens de la création.

LGR : Tu chantes en Français, en Anglais et aussi en Dioula qui n’est pourtant ni ta langue officielle, ni maternelle. Peux-tu nous dire pourquoi ?

Jah Light : Pour moi, c’est très important de chanter dans différentes langues. Pour permettre à plusieurs personnes de comprendre le message qui se tient dans la musique que je fais. C’est pourquoi j’utilise le Dioula car c’est une langue qui est très parlée en Afrique. En utilisant plusieurs langues, le message voyage plus loin.

LGR : La paix, l’unification, la religion sont les thèmes que tu abordes dans cet album. Ce sont aussi des choses essentielles dans ta vie. Peux-tu nous en dire plus sur les messages que tu souhaites véhiculer à travers ta musique ?

Jah Light : Bon, il faut dire que la paix, l’unification et la religion sont des priorités dans ma musique. J’aime aussi aborder l’amour qui selon moi est une base essentielle. Peut-être qu’un jour, je ferais des chansons sur l’amour. En tant que chanteur, j’ai beaucoup de choses à dire dans mes chansons.

LGR : Tu dénonces aussi les politiques, les dérives de la société comme dans  » Burn Babylon  » et  » Politique Vampire « . La soif d’argent et de réussite est un frein au bon développement de notre société. Peux-tu nous dire ce que tu en penses ?

Jah Light : Il faut le dire. L’argent et la soif de réussite sont des freins au bon développement de notre société. Tout le monde est focalisé sur l’argent et sur tout ce qui brille. Alors que pour Dieu, ce qu’il faut, c’est donner aux autres et pas seulement de l’argent et de l’or, ou quoi que ce soit. Ce système-là empêche les personnes d’aller de l’avant parce que c’est un système qui détruit. C’est pour cela que je parle dans  » Burn Babylon  » d’une politique vampire. De ce système là qu’il faut combattre parce que l’argent et l’or sont des choses qui sont en train de détruire tout le monde. Alors nous devons nous réveiller tous ensemble pour combattre ce système comme un seul homme.

Jah Light
 » Politique Vampire « 


LGR : On a découvert plusieurs singles notamment par le biais de clip comme  » Corona Can’t Stop Reggae  » que tu interprètes en collaboration avec Général Dimitri et Ras Khalif, tes frères d’armes. Tu peux-nous en parler stp ?

Jah Light : Général Dimitri, Ras Khalif sont des frères avec qui j’ai beaucoup œuvré dans la musique. Avec le confinement ; on a été inspiré et on a posé sur le riddim. Parce que chacun se sentait tellement renfermé et enfermé pendant ce confinement que cela nous a inspiré cette chanson.  » Corona Can’t Stop Reggae « , c’est pour dire aux gens que le Corona ne pouvait pas éteindre le Reggae, que si on était unis, on allait aller toujours de l’avant, parce que le Reggae gagne toujours.

LGR : Autre titre partagé  » Who Can Save « , manifeste rasta que tu partages avec le grand Don Carlos. Beau partage, bravo. Peux-tu nous parler de cet honneur d’être aux côtés d’une légende du reggae ?

Jah Light : Oui Don pour moi c’est un père et je suis un fan aussi. Il a tellement été sympa d’avoir fait ce featuring avec moi. On s’est rencontré sur un concert à Abidjan organisé par AZK Production et on a gardé un bon contact. C’est grâce aux connexions entre plusieurs personnes que l’on a pu faire cette chanson ensemble. Je remercie beaucoup toute cette machine qui a été mise en place pour pouvoir permettre ce featuring, merci.

Jah Light & Don Carlos
 » Who Can Save « 


LGR : Sur cet album, on y entend une reprise de Bob Dylan avec le titre « Knockin’On Heaven’s Door ». Pourquoi ce titre te tenait à cœur ?

Jah Light : Comme j’ai l’habitude de le dire, c’est une chanson qui est spirituelle et pour moi à propos du paradis. Cette chanson emmène les personnes à se rendre compte que dans l’esprit de cette chanson, il y a une question d’obscurité et de lumière. C’est ce côté lumière là que je voulais montrer aux gens en faisant cette chanson. Parce que dans cette chanson, les portes du paradis sont fermées, c’est-à-dire que l’on n’a pas accès au paradis. Cette chanson est destinée à dire à toutes ces personnes de changer. En devenant meilleur, on a la possibilité de voir la lumière et quand on a la lumière, on a la possibilité d’aller de l’avant et d’aller au paradis. Si l’on écoute bien les conseils dans cette chanson, on aura le cœur grand ouvert. Merci

LGR : Aimerais-tu rajouter quelque chose ?

Jah Light : J’aimerais remercier toute l’équipe qui était derrière moi. C’est à dire toute l’équipe AZK, toutes ces personnes qui ont contribué à faire en sorte que l’album voit le jour. J’aimerais aussi beaucoup remercier ma femme, la directrice d’AZK Production d’avoir permis à cet album d’atteindre ce niveau ainsi que toutes les radios et les télés qui font passer la musique et qui font passer mon message. Que Jah vous bénisse. Merci
 

Visuel Almighty Zion Keepers - Jah Light



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements