Réveille le Djiin qui est en toi !

Il est là, il vient enfin d’arriver le nouveau Djiin, voilà Meandering Soul ! Le groupe de l’Ouest, qui s’est déjà produit sur certaines des scènes les plus importantes de Rennes, Brest et Nantes, livre son deuxième opus. On était déjà conquis par les deux premiers singles (couverts ici et )… Spoiler, ça envoie et on vous le recommande chaudement !

Djiin palissade

Si vous ne connaissez pas encore le groupe Djiin, une petite piqûre de rappel s’impose. La formation officie dans un stoner doom psychédélique aux accents shamaniques. Une des originalités du line-up réside dans la harpe électrique de la vocaliste Chloé Panhaleux. Celle-ci apporte une touche de spiritisme chère au groupe. Alan Guyomard aux fûts, Tom Penaguin à la guitare et Charlélie Pailhes à la basse (dont c’est le premier enregistrement) complètent une formation très solide, qui aime faire bourdonner nos oreilles.

Après plusieurs lives captés, Djiin avait enfin sorti son tout premier album, The Freak en 2019. Aujourd’hui, on mesure le chemin parcouru par le groupe alors que plus de deux ans se sont écoulés. En effet, si en apparence The Freak proposait déjà un stoner très intense et distillait à l’envi l’essentiel des influences que l’on retrouve sur Meandering Soul, l’évolution est évidente, dans la forme comme dans le fond.

Dans la forme d’abord, avec un étalement beaucoup moins marqué de l’album. Ici les titres sont un peu plus concis, mais surtout beaucoup moins nombreux. La sélection est ici arrêtée sur six pistes composées avec le plus grand soin. Il en résulte que chaque morceau de Meandering Soul apporte sa propre ambiance, quand The Freak présentait certaines pistes peut-être un peu trop proches. L’ensemble paraît du coup plus percutant, et même « Black Circus », malgré son introduction très calme et posée, rentre vite dans le lard de l’auditeur. L’écart de dynamique entre les passages calmes et les moments de rage est énorme ! Djiin a passé un cap niveau énergie, en témoignent les parties scream de Chloé sur « Waxdoll », « White Valley » et surtout « The Void ». Son « I’m Falling Down » est à glacer le sang !

Djiin forêt

Dans le fond enfin, car les différentes compositions de Meandering Soul sont toutes liées. Elles racontent une histoire, celle du voyage quasi initiatique d’une âme tourmentée par des êtres maléfiques. Le tout, à travers différents paysages, du vide froid et ténébreux (« The Void ») au désert (« Red Desert ») en passant par la forêt (« Black Circus ») et les plaines enneigées (« White Valley »), pour autant de couleurs musicales.

Afin de servir au mieux l’histoire commune, l’album soigne les transitions entre les titres. En effet, la réunion tribale en forêt de « Black Circus » s’enchaîne naturellement dans l’intro floydienne de « The Void ». Plus loin, c’est même carrément « Warmth Of Death », « White Valley » et « Waxdoll » qui se suivent sans la moindre pause. Tout ceci présente Meandering Soul comme une œuvre unie plutôt que comme une collection de titres distincts. La thématique et l’histoire développée dans les textes en bénéficient aussi. Cerise sur le gâteau, le retour du thème de « Black Circus » en toute fin d’album ! La boucle est ainsi refermée, invitant l’auditeur à relancer la galette. Superbe exécution, et un point d’interrogation sur l’histoire racontée : la descente aux enfers contée est-elle vouée à se répéter inlassablement ?

Avec tout ça, on n’a presque pas parlé des compositions en elles-mêmes, alors allons-y. En six titres, Djiin arrive à jouer avec une énorme quantité d’influences. On s’y balade tantôt sur les guitares presque Gilmouriennes de « The Void », pour enchaîner sur les ambiances arabes de « Red Desert », d’ailleurs incorporées dans une portion stoner psyché délicieusement entraînante. Par la suite, ce sont les chœurs presque religieux de « Warmth Of Death » ou le majestueux final de « Waxdoll » qui attirent notre attention. Évidemment, beaucoup de crescendos vers des sommets d’intensité sont au programme, histoire de bien prendre son pied. Nul besoin d’en dévoiler davantage, cette liste non exhaustive illustre la richesse de l’album que le groupe vient de réaliser.

Enfin, impossible de saluer le travail du groupe sans avoir un mot pour la production de Meandering Soul. Très propre, elle permet à chaque élément d’être parfaitement audible dans le mix global, des percus les plus discrètes aux guitares les plus assénées. Par rapport à « The Freak », les basses semblent moins mises en avant, on a ainsi moins la sensation de lourdeur. On peut dire que ce réglage sied vraiment bien aux nouvelles compositions et appuie bien les écarts de dynamique.

Djiin cactus

En cette fin d’année 2021, c’est un superbe album que Djiin vient de sortir ! À la fois plus concis et plus ambitieux que le premier opus du groupe, Meandering Soul a de solides arguments pour se retrouver dans toute collection d’amateurs de stoner. En attendant de pouvoir aller découvrir les compositions sur scène (le groupe jouait à la Scène Michelet le 6 novembre), l’album est disponible sur la page bandcamp du groupe et via le label klonosphere.

Djiin Meandering Soul

Tracklist:
Black Circus
The Void
Red Desert
Warmth Of Death
Waxdoll

Sortie le 12 novembre via klonosphere

NOTE DE L'AUTEUR : 9 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements