[Livre] Comedian rhapsodie de Thomas VDB

De prime abord, quand un gars sort une autobiographie, ça fait un peu boomer. Quand c’est un Thomas VDB de 44 ans, ça surprend d’autant plus. L’artiste VDB nous narre ici sa Comedian rhapsodie. C’est-à-dire, un peu comme le biopic de Queen, mais sans cuir-moustaches, et on l’espère sans déformation drama queen de la réalité. C’est en tout cas sans douce nostalgie mais avec beaucoup d’humour que nous découvrons plus ce comédien fort sympathique.

Après avoir lu les 264 pages qui composent Comedian rhapsodie, on se dit qu’on aurait beaucoup aimé avoir Thomas VDB comme grand frère. Thomas est drôle mais pas seulement, sa vision du monde qui se rapporte souvent aux cocasses détails banals fait sourire. Il l’avoue lui-même : « Il me dit une phrase en faisant beaucoup de bruit avec sa bouche (comme le font les gens qui ont la bouche très sèche), qu’à cause de ma tendance à mémoriser des choses très anodines, je n’oublierai jamais » , en revanche, il ne se souvient plus vraiment du propos principal. Thomas est drôle mais surtout pratique une mordante autodérision, vous savez, celle qui manque très souvent aux cons.

Il n’hésite pas à nous raconter en quatre pages savoureuses pendant lesquelles il est impossible de réfréner son fou rire, ses déboires vestimentaires. De toute façon « Je ne savais pas m’habiller. Disons que je savais comment et dans quel ordre enfiler un pantalon et un slip mais pour ce qui est d’assortir les couleurs et de choisir les matières, j’étais encore novice » , la suite sur ses pantalons est hilarante. M’enfin, Thomas VDB ne travaille pas dans la mode mais dans l’humour et dans la musique en premier et surtout par hasard.

Avant d’être connu pour ses sketchs en duo avec Mathieu Madénian, où il joue, voire surjoue au niveau vocal, un mec un peu neuneu (il avoue lui-même en interview qu’il ne sait pas pourquoi il a fait cette voix chelou et surtout si appuyée et pendant si longtemps) qui nous a tant fait marrer, Thomas VDB est tout d’abord, depuis l’enfance, un fan de Rock. Il a commencé son périple musical en étant fan de Queen.

Comme tout bon fan pré-internet, il s’inscrivit au fan club du groupe, ce qui pu lui permettre de connaître enfin les visages de Freddie Mercury, Roger Taylor, Brian May et John Deacon. Pendant plus d’un an il écoutait une version tronquée de « Under Pressure » en fin d’une K7 audio copiée, quand il put enfin l’écouter en entier sur CD, il préféra le final qu’il avait eu en tête.

Thomas VDB Comedian Rhapsodie
Thomas, avec son élégance toute personnelle
Crédit photo : Sophie Ebrard

Quand ado, il découvrit Korn, mais qu’il n’existait pas de fan club français du groupe, il décida de le créer. Ce qui lui mit le pied à l’étrier, pouvant maintenant discuter avec des labels et des attachés de presse. Niveau fanitude, Thomas ne fait pas les choses à moitié, quand il aime un groupe, il ne compte plus les écoutes des albums. Il en sera de même pour Weezer, et ceci au dépend des autres albums qu’il devrait écouter.

De fil en aiguille et après plusieurs numéros de son fanzine, il rencontra le rédac’ chef de Rock Sound, magazine en vogue à l’entre deux siècles, qui lui proposa d’abord de réaliser un numéro spécial sur Korn avant de l’embaucher en CDI au journal (à la grande joie de son père). Le voici professionnel du Rock, sans en avoir jamais eu l’idée, s’étant laissé simplement mener par sa passion de la musique.

Il abandonna dans le même temps son DEUG d’Anglais, pour lequel il n’avait, comme ailleurs, pas vraiment d’ambition. Le voici journaliste, sans formation, et avec une bonne paie, ce qui le sidéra (tout comme son père) : être payé pour faire ce qu’il aimait, à savoir écouter de la musique. En parallèle, il continuait de jouer la comédie dans une troupe d’improvisation. De là, naîtra la tension entre les deux choses qu’il faisait jusqu’à ce qu’il choisisse, quand son aventure Rock devint trop sérieuse, de ne continuer que la comédie.

Je suis sûr qu’il est possible de prendre des décisions de merde, puisque c’est quelque chose que j’ai fait de nombreuses fois dans ma vie.

Ses décisions, enfin, celles qu’on lui a proposé de prendre contre de l’argent, l’ont mené jusqu’à être rédacteur en chef de Rock Sound et aussi éditeur délégué de la boîte éditrice du magazine. Ce dernier poste dont il avoue ne pas comprendre ce que « éditeur » et « délégué » font à la suite et en quoi cela consiste, finira par avoir raison de lui et lui faire admettre que tout cela était de moins en moins rock que de s’occuper d’un magazine de Rock. La suite, vous la connaissez.

A grand renfort d’anecdotes désopilantes, l’attachant Thomas VDB réussit à écrire l’histoire de ses trois premières décennies sur Terre sans prendre l’exercice de l’autobiographie au sérieux, ni le rendre chiant. Son aventure ne lasse à aucun moment, grâce à un rythme à un niveau élevé de BPM et un style familier, qu’on lira en tête en entendant sa voix. Il nous tarde maintenant d’aller le retrouver en salles pour son spectacle « Thomas VDB s’acclimate » en tournée dans toute la France.

Thomas VDB
  • Comedian rhapsodie
  • Sortie le 13 octobre
  • Editions Flammarion
  • Prix : 20€
  • 264 pages – 138 x 210 mm
  • Broché
  • EAN : 9782080263704
  • ISBN : 9782080263704
  • Lien d’achat

NOTE DE L'AUTEUR : 9 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements