D’Virgilio, Morse & Jennings – Troika

L’attente était grande dans le milieu du rock prog lorsque Neal Morse, le Stakhanov du genre, a annoncé la création d’un projet intitulé D’Virgilio, Morse & Jennings. En effet, le compère avait décidé de s’associer à Nick D’Virgilio son ex-compère de Spock’s Beard, et à Ross Jennings, le chanteur de Haken, l’un des groupes de metal prog les plus en vogue du moment. On aurait pu s’attendre à un album rock et musclé mais non, les trois musiciens ont décidé de nous pondre un opus quasiment acoustique et à l’atmosphère folk. Une parenthèse de douceur dans un contexte assez intense. Le résultat s’appelle Troika et est paru le 25 février 2022 sur le label Inside Out.

La première chose qui frappe lors de la première écoute de Troika est cette cohésion entre les trois membres du projet. Il est surprenant de se dire que l’album a été conçu à distance tant on a l’impression d’assister à une captation live en studio. On pourrait même se dire que cet album a été taillé pour la scène dans son intention et dans son organisation. Les 51 minutes de l’album passent comme une lettre à la poste et chaque morceau a sa place : de l’échauffement « Everything I Am » qui commence comme un début de concert dans un petit club, au rappel « What You Leave Behind », sorte de morceau d’au revoir. Et le groupe déroule l’ensemble des compositions avec une fluidité déconcertante.

C’est clairement un album qui fait du bien, direct, sans prise de tête. On pourrait même dire « à la bonne franquette » puisqu’on a l’impression que Neal, Nick et Ross viennent jouer dans notre salon avec les guitares acoustiques, les percussions et quelques claviers pour agrémenter tout cela. Un tel esprit de concision fait plaisir à voir de la part de musiciens qui ont plus l’habitude de composer des morceaux fleuves de 20 minutes parlant un roi cafard ou du chemin initiatique d’un pèlerin vers le paradis. Simplicité est le maître mot : alors certes les paroles sont assez faciles (on parle très souvent d’amour) mais pour citer le morceau « You Set My Soul on Fire », cet album réchauffe.

Les compositions essentiellement acoustiques font beaucoup penser à Simon and Garfunkel, notamment sur « Julia » qui démarre simplement avec la guitare et la voix, ou alors « A Change is Gonna Come » avec ses harmonies magnifiques. Il faut noter que chaque musicien a son moment de gloire au chant : Ross Jennings sublime « Another Trip Around the Sun » et « Julia », Neal reste dans un registre qu’il connaît bien avec NMB ou Transatlantic et Nick montre encore une fois qu’il n’est pas juste un batteur de génie mais aussi un musicien doté d’une grande voix. A noter que « Julia » a fait l’objet d’une version alternative présente sur l’édition limitée. La transformation est totale et on passe d’un morceau folk à une atmosphère très progressive avec des accords proche de ceux qu’Haken peut composer. En effet, la chanson est tirée d’une démo de 8 minutes composée par Ross mais pour la version finale présente sur l’album classique, Neal a décidé de la remanier pour faire quelque chose de plus concis.

Il y a clairement une montée en puissance progressive (dans tous les sens du terme) tout au long de l’écoute, jusqu’au morceau phare « King for a Day », qui passera sans problème en live. Avec cette composition, le groupe décide de muscler un peu son jeu avec une guitare électrique bien présente. On pense forcément à Spock’s Beard mais avec un côté rock n roll old school plus présent. Par ailleurs ces ambiances vintage apparaissent sur plusieurs chansons comme « One Time Less », très bluesy ou sur « If I Could » qui rappellera « Ob La Di, Ob La Da » avec son rythme syncopé et ses claviers très Beatles.

Alors certes l’album ne fait que 51 minutes, mais ce sont 51 minutes de bonheur sans prise de tête, même si les compositions sont parfois complexes. Il n’empêche que les trois compères ont un talent certain pour faire des refrains très catchy et il est fort à parier que dès la première écoute, vous aurez déjà les chansons en tête. Le grand gagnant de ce projet est Ross Jennings : le public étant plus habitué à le voir à la tête du metal progressif d’Haken, Troika est un bon moyen de découvrir sa voix sur des morceaux plus doux … ou de la redécouvrir car le chanteur s’était déjà essayé à ce type de composition sur son album solo éclectique, que l’on vous conseille par ailleurs. Neal Morse est comme à son habitude : le chef d’orchestre qui va mixer, composer, arranger et agrémenter et ses fans ne seront pas perdus. Nick également évolue dans un registre qu’il connaît bien et il est fort à parier qu’il soit à l’origine de certains morceaux plus complexes comme « Second Hand Sons » ou « My Guardian ».

Il faut maintenant croiser les doigts pour que ce projet ne s’arrête pas au stade de l’album studio et que les trois compères viennent nous rendre visite dans des petites salles. Parce qu’on a envie de partager avec eux cet amour de la musique folk rock. Troika est sorti le 25 février 2022 sur le label Inside Out Music.

Tracklist

01. Everything I Am
02. Julia
03. You Set My Soul On Fire
04. One Time Less
05. Another Trip Around The Sun
06. A Change Is Gonna Come
07. If I Could
08. King For A Day
09. Second Hand Sons
10. My Guardian
11. What You Leave Behind

NOTE DE L'AUTEUR : 9 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements