Pattern-Seeking Animals – Only Passing Through

Pattern-Seeking Animals commence à faire son petit bonhomme de chemin dans le milieu du prog. Ce spin-off de Spock's Beard sans le claviériste Ryo Okumoto, a déjà a son actif deux albums en trois ans d'existence. Et le groupe ajoute une troisième pierre à son édifice avec Only Passing Through qui sortira le 1er avril sur le label Inside Out Music. Alors véritable nouveauté ou ersatz de Spock's Beard ?

Lors des deux premiers opus, Pattern-Seeking Animals délivrait un rock progressif somme toute classique avec une forte influence Genesis et Yes. La ligne directrice du groupe n'a pas changé puisqu'on retrouve des morceaux fleuves de plus de 5 minutes et surtout cette ambiance seventies, grâce aux claviers merveilleusement produits de John Boegehold. Tous les classiques y passent : mellotron, orgue hammond, synthétiseurs moog. Cette facette du groupe ne brille pas par son originalité mais il faut reconnaître que l'ensemble est cohérent.

Cette cohésion tient notamment grâce à la section rythmique du batteur Jimmy Keegan et du bassiste Dave Meros. Les deux compères se connaissent bien puisqu'ils jouaient déjà ensemble au sein de Spock's Beard. On regrette néanmoins que le mix cache un peu la basse alors que, d'habitude, l'ingé son Rich Mouser fait la part belle à cet instrument.

Ainsi pour la plupart des morceaux, l'ambiance Spock's Beard prédomine. Néanmoins, l'absence de Ryo Okumoto se traduit par des morceaux moins rock pêchu et avec plus de ballades. "Rock Paper Scissors" et "Only Passing Through" sont bien faites mais n'apporteront pas un grand changement dans la discographie des membres du groupe. Même constat pour le morceau bonus "I'm not alright", qui a le mérite d'inclure un solo du chanteur-guitariste Ted Leonard lorgnant vers le blues.

Il faut chercher la nouveauté dans les détails et dans la multitude d'arrangements. Il est assez rare d'être confronté à tant de styles en un seul album. Le meilleur exemple reste le premier morceau, "Everdark Mountain", qui fait passer l'auditeur d'une ambiance orientale à de la pop plus catchy façon U2. En quelques secondes, le groupe nous fait voyager avec des influences extrêmement bien digérées sous la bannière du prog. Que l'auditeur se rassure, les compositions, bien que longues parfois, ne sont pas indigestes. "Time has a way", après une intro bien structurée avec des rythmes latinos, un violon yiddish et un riff de basse puissant, nous emmène du côté du prog barré des Dixie Dregs et de Zebra. Et que dire de "Much Ado", hyper funky avec une guitare flamenco, qui rappellera certaines compos d'Extreme.

Mais le tour de force arrive en milieu d'album avec le génialissime "Said the Stranger". Tirant ses influences du western avec cette trompette puissante, le morceau évolue vers des sonorités plus électroniques qui font penser immédiatement à Muse et son célèbre "Knights of Cydonia". Ainsi, le groupe montre qu'il peut s'aventurer vers d'autres univers et ne reste pas cantonné à un style qui leur sied parfaitement mais qui exige de la nouveauté. En effet, le but du rock progressif reste de faire "progresser" le rock en incorporant des éléments nouveaux. En résumé, l'album passe du flamenco, au latino, au yiddish, au western, au pop rock, au rock plus moderne et toujours avec cette fluidité.

Pattern-Seeking Animals, Spock's Beard, Ted Leonard, Dave Meros, Jimmy Keegan

Pour passer d'un registre à un autre, il faut un chanteur qui assure. C'est Ted Leonard qui s'en charge, et il tient la baraque même si on peut regretter qu'il soit parfois limité dans les aigus. C'est dommage car son timbre se rapprochant parfois de Steve Perry, il pourrait briller dans tous les styles. Il peut par contre compter sur des chœurs de qualité pour le soutenir sur quelques compositions, et même sur l'intervention d'une chanteuse pour "Rock Paper Scissors" et le très estival "Just Another Day at the Beach".

Pour ce troisième effort, on sent que le groupe mené par John Boegehold a passé une étape. D'ailleurs, ce dernier a affirmé qu'il n'écrirait désormais plus pour Spock's Beard et que Pattern-Seeking Animals est devenu son point d'ancrage. Loin d'être une pâle copie, ce troisième album confirme l'importance du groupe dans la scène prog actuelle, en espérant que les lives confirment ces dires.

Only Passing Through sortira le 1er avril 2022 sur le label Inside Out Music. Vous pouvez précommander l'album ici.

Tracklist

1. Everdark Mountain (02:50)
2. I Can’t Stay Here Anymore (06:05)
3. Time Has A Way (13:15)
4. Rock Paper Scissors (05:01)
5. Much Ado (04:49)
6. Only Passing Through (04:19)
7. Said the Stranger (07:07)
8. Here with You with Me (08:14)
9. I’m Not Alright (Bonus) (03:32)
10. Just Another Day at the Beach (Bonus) (06:11)

Pattern-Seeking Animals, Spock's Beard, Ted Leonard, Dave Meros, Jimmy Keegan

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements