Aucun groupe ne ressemble à Astéréotypie dans les bandes-son

Le titre de ce nouvel album du collectif Astéréotypie est tout aussi intriguant que son contenu. Combinaison de fascinations pour la poésie syncopée des cartes de marabout et d'expérimentations sonores, Aucun mec ne ressemble à Brad Pitt dans la Drôme part dans tous les sens, et c'est pleinement assumé. À l'occasion de sa sortie, le 29 avril, on s'est posé des questions, alors on les a posées au groupe.

L'accumulation hétéroclite des treize morceaux de l'album donne l'impression d'un superbe cadavre exquis, où chacun a pris grand plaisir à apporter son texte, à ciseler sa poésie et sa musique. On sent que le groupe est avant tout porté par l'expérimentation libératoire, le jeu avec les bruits et les sonorités, la trituration des textures musicales comme on malaxerait de la pâte à modeler. Cet album est extrêmement tactile, à l'image de la grande qualité du carton glacé de l'objet. Tantôt granuleux, tantôt doux, un côté lisse, un côté qui gratte, et un côté qui ponce carrément… C'est brut, c'est pas pour danser, c'est pour vivre une expérience sensorielle.

Des blagues privées, des énumérations, des élucubrations qui paraissent au premier abord sans cohésion, au second aussi d'ailleurs, mais pourquoi en faudrait-il, finalement ? On passe d'enregistrements entremêlés sur ordiphone à du slam surréaliste, de vocalisations numériques à des percussions rythmées, avec des chants qui riment, ou qui ne riment pas, c'est un véritable tourbillon, tout aussi foutraque et surchargé que la vie. « La vie réelle est agaçante » comme le clame Claire, autant s'en libérer, et jouir d'une vie « en mode pacha ». Stanislas continue ses rêves d'argent magique en se mariant avec « 20 Euros », sans doute une parente de « 500 Euros », qu'on a entendue dans le précédent album, mais ici sur une mélodie bien plus électronique, qui a donné lieu à un clip de campagne présidentielle qui vaut de l'or.

Avec toutes ces productions cathartiques, le groupe décortique la vie, les choses qui coincent, en maltraitant les charnières et en chipotant sur ce qu'on y trouve. À la fois jamais contents et toujours enjoués, les artistes d'Astéréotypie nous offrent encore une fois un voyage mental sans fioritures aux confins de la poésie quotidienne.

Comment est venue l'idée de monter ce groupe ?

Christophe : J’étais éducateur dans un centre pour ado autistes. Avec une collègue, on a voulu créer un atelier de poésie pour leur apprendre les « règles » de la chose. L’expérience s’est avérée bien plus intéressante en terme de créativité qu’en terme d’apprentissage. Sans s’en rendre compte, on a glissé dans une approche de poésie d’art brut. Rapidement, il n'y avait plus aucunes règles, ni sur le fond, ni sur la forme. Ensuite, on a ajouté la musique, afin de donner du rythme, d’abord très acoustique, puis progressivement, elle est devenue beaucoup plus abrasive. Il fallait bien s’adapter à l’énergie et à la prestance scénique des participants aux ateliers. Des participants qui, par la suite, sont devenus les frontmen/woman d’un groupe. 

Comment a évolué le groupe depuis le premier album ?

Christophe : En fait, le tout premier disque était une production acoustique maison. En 2015, on a constitué la version actuelle du projet lorsque le festival Sonic Protest (à qui on doit beauuuuuuuuuucoup) nous a proposé d’ouvrir l'édition. Au texte : Yohann, Stanislas, Kevin et Aurelien. Éric à la batterie, Arthur à la basse, Benoît aux machines. Moi, j’ai raccroché définitivement la guitare acoustique pour passer à l’électrique. Puis en 2018, il y a eu l'album L’Énergie positive des Dieux, bien plus rock post/rock. Et ensuite, ce dernier disque Aucun mec ne ressemble à Brad Pitt dans la Drôme sur lequel on a travaillé les sonorités. On voulait, sans doute, que ce soit plus singulier à l’image des textes, on a monté la violence d’un cran, il y a moins de mélodies. 

Quant au statut des membres, il y a eu aussi du mouvement... Aujourd'hui, je ne suis même plus éducateur, le projet est signé sur le label Air Rytmo et l'album Aucun mec ... est en coproduction avec La belle Brute. On bosse donc tous ensemble comme n’importe quel groupe. Depuis 2 ans, Claire a intégré le projet. On l’a rencontrée au comité du journal Le Papotin, dont elle est une des rédactrices. On va rapidement lui écrire d’autres musiques, il faut dire qu’elle a un stock de textes pour 1 000 ans environ. Kevin a quitté le projet et Aurélien est parti vivre en Bretagne mais on va continuer à le voir de manière ponctuelle. 

Groupe_musique_Astereotypie_assis

Qu'est-ce qui vient en premier : la musique ou les paroles ? Qui compose les paroles ? Qui compose la musique ?

Christophe : Les paroles sont écrites par les chanteurs, en atelier d’écriture. Parfois, je reçois même des textes par mail ou texto. Ensuite, on voit comment raccourcir, adapter. On n'ajoute aucun mot. On compile des pépites. C’est de cette manière qu’on a eu le titre "Mon chat a 44 ans" qui est une compile des pires mythos que Félix a voulu me faire gober quand j’étais éducateur. Il ne voulait pas passer derrière le micro mais il a un univers incroyable. Au final, il a 3 textes dans l'album interprétés par les autres et/ou par une synthèse vocale. 

Pour la musique, j'en compose souvent le « squelette » que je propose aux chanteurs. Puis, en fonction de leur intérêt pour la question, on adapte ou on voit comment ils réagissent. Soit on compose à plusieurs, soit les chanteurs ont des demandes, soit on compose en fonction de ce que les textes nous inspirent. Il n'y a pas de règles. 

Quelles sont vos principales influences lorsque vous composez vos morceaux ?

Christophe : Les textes avant tout ! Sur la partie strictement musicale, on a tous des influences trèeeeeees différentes sauf quand on parle de vieux trucs. Parfois, j’amène une trame puis les choses sont arrangées en groupe et par conséquent, ça ne ressemble jamais à ce que j’avais imaginé. Et c’est même ce que je recherche. 

Qu'est-ce que Brad Pitt a à voir avec la Drôme ?

Claire : Il y a quelque temps, pendant 3 ans, je partais en vacances dans la Drôme. J’ai rencontré un sosie de l'acteur Chad Michael Murray. Il était taquin et blond mais ne ressemblait pas à Brad Pitt. Il n’y avait pas de sosie de Brad Pitt dans la Drôme.

Diriez-vous qu'il y a un thème particulier qui unit les morceaux de cet album ?

Christophe :  Non, pas vraiment. Je crois qu’à force d’écouter des paroles de chansons, souvent je m’ennuie. Soit c’est trop cérébral soit c’est trop fléché. Avec cet album, au moins, on ne peut pas y être préparé. 

Quelles ont été vos premières idoles musicales ? Et aujourd'hui ?

Claire : Quand j’étais jeune fille, c'étaient Jenifer, Lorie, Laam. Maintenant, c’est Céline Dion. J’achète tous ses albums pour apprendre à chanter pour ma famille, pour mon oncle et pour tous les gens que je connais. Pour faire plaisir. 

Stanislas : Patrick Fiori, Goldman, Marc Lavoine. Maintenant, on peut dire que je suis fan d’Infecticide.

Benoît : Les Guns ! Maintenant, les classiques à commencer par Prince.

Eric : Je vais dire les Beatles.

Christophe : Michael Jackson, Freddie Mercury et là maintenant, ici, tout de suite ... je dirais Protomartyr.

Y a-t-il un vers dans les paroles de vos chansons qui est particulièrement important pour vous ?

Claire : «J'ai eu tout ce que je mérite»

Stanislas : «Si ça marche pas avec 20€, j’irai bien me marier avec Siri»

Benoît :  «Votre bébé n’est pas responsable»

 

Comment présenteriez-vous cet album en une phrase ?

Christophe : Quand on a écouté les masters avec Benoît, on s’est regardé avec un air vraiment satisfait, comme jamais. Puis, il m’a dit "par contre, c’est invendable" et on s’est marré. 

Comment envisagez-vous l'avenir du groupe (tournée mondiale, création d'albums à la chaîne, gloire internationale, autre) ?

Stanislas : Le Stade de France.

Aucun mec ne ressemble à Brad Pitt dans la Drôme.

Sortie le 29 avril 2022 chez Air Rytmo

 

01 Le Pacha
02 Aucun mec ne ressemble à Brad Pitt dans la Drôme
03 Mon chat a 44 ans
04 Vivre soit 2
05 Iphone X
06 Du vélo à Saint-Malo, du kayak à Saint-Briac
07 Joseph Da-xrus
08 Bonjour
09 Ponio
10 Reine d'un sort
20 €
12 Fantôme de Broglie, Fantôme de Strasbourg
13 Les dates dans ma tête

NOTE DE L'AUTEUR : 6 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements