Le Big Very Best Of Rock 2021 de La Grosse Radio Rock

Comme tous les ans, l’équipe de La Grosse Radio réunit les pépites auditives qu’elle a délicieusement écoutées chaque jour pour se délester du reste, de ce qui compte peu, de ce que seule la musique peut nous décharger. Et après 2020, 2021 lui ressemble comme une petite sœur malicieuse, pleine d’indélicats rebondissements sanitaires qui mettent à mal le milieu musical dans son ensemble et toutes les professions qui gravitent autour, et bien sûr et aussi le public. Les artistes sont malgré tout toujours au rendez-vous pour nous offrir le meilleur d’eux-mêmes. Sans eux, rien ne serait possible, sans vous non plus. Le divertissement est une affaire de partage, de donner sans compter, de recevoir avec passion.

Pour cette édition, un grand éclectisme rock fut encore de rigueur, il y en a pour tout le monde, de l’indé français comme de la star mondiale. A La Grosse Radio, nous ne distinguons pas les groupes en fonction de leur renommée mais les écoutons tels qu’ils sont, le cœur aussi ouvert que les oreilles.


Nos groupes de l’année 2021 sont :

 

Nobody’s Cult – Thumpasaurus – Parpaing Papier –
– Johnny Mafia – The Courettes – Kings of Leon –
 – Biffy Clyro – Rest in Gale – Djiin –

MALLIS

1. Nobody’s CultMood Disorder

2. Johnny MafiaSentimental

3. /A\ Éponyme

4. Ponta Preta Tits Up

5. Salah KhailiRock Da House

YANN LANDRY

1. Thumpasaurus – Thumpaverse

Si vous étiez à la recherche du thump; de l’étincelle brillante en plus, arrêtez-vous là un instant, une éternité.

2. Sivert Hoyem – Roses Of Neurosis

Le chanteur de Madrugada en solo pour de la magie pure et des harmonies majestueuses.

3. Foo Fighters – Medicine At Midnight

Les rois des stades et du cool vous soignent de jour mais surtout de nuit.

4. St. Vincent – Daddy’s Home

Que dire ? Sinon, Annie Clark.

5. Johnny Mafia – Sentimental

Les Princes de l’amour sont sentimental, sans pincette, sans (Patrick) fioriture.

Mentions spéciales :
Viagra BoysWelfare Jazz
Wolf AliceBlue Weekend
The Dizzy Brains – Dahalo

Concerts de l’année :
Osees, Paloma, Nîmes, 20/11/2021
Fabulous Sheep, The Black Sheep, Montpellier, 18/12/2021

GREGOR SAMSA

1. Parpaing Papier – Croire au printemps

Le coup de pavé dans le pavillon, qu’on pressentait avec leur EP Tester des casques en 2019, mais qui s’avère encore plus monumental en album. Sous des effets de manche grandiloquents et un abord plein d’humour sombre, les Nantais de PP/PP savent ciseler une poésie terrible.

2. Baron Crâne – Les Beaux Jours

Avec cet album, le Baron commence à chanter, mais c’est toujours les mélodies hyper élaborées, à la limite de tous les genres, qui font son son caractéristique. Chaque morceau de cet album se déroule comme un film d’auteur peaufiné à l’extrême, on se sent chic en l’écoutant, un chic plein de la bonne grosse sueur de la fosse.

3. Altin Gün – Yol

Un volumineux disque au rythme qui ne laisse pas de bois, entre envie de chalouper et de sauter partout. Ce sextet hollando-turc se saisit des sons traditionnels et arrange tout ça à la sauce électro, revisite le style des chansons d’enfance, pour un album très long, très lourd, trépidant.

4. Sweet Needles – Tormenta

C’est le premier album long du groupe, qui pose de toute façon tout de suite sa volonté de ne jamais stagner dans un style : on attend donc déjà les prochains. Tormenta en tout cas décoiffe, penche vers le Metal et revient rocker par saccades, synthétisant toute l’histoire du hard en un remède de cheval à injecter en intra-auriculaire.

5. Thadeus Gonzales – The Dead of a Good Hustle

Voix chaude, effets légers, le Californien multi-instrumentiste Thadeus Gonzales donne à entendre toute l’étendue de son savoir-faire dans les 10 titres de cet album. Du hard pour secouer les cheveux à la ballade, on passe par tous les rocks et on se met bien.

DAVY SANNA

1. Johnny Mafia – Sentimental

Un jour, je suis tombé en panne sur l’autoroute. Le dépanneur a embarqué ma voiture avec Sentimental dedans. Je venais juste de l’acheter. Le garage l’a gardée pendant un mois, ça m’a mis dans la merde. Quand j’ai pu tout récupérer, le premier truc que j’ai fait, c’est mettre le CD dans le poste. Comme les problèmes étaient finis, j’étais super content – j’ai mis le son à balle, il faisait beau et j’ai confondu la joie de retrouver mon automobile à celle de retrouver l’album, comme une seule et même joie. Mais en même temps j’ai dû lâcher 2 300 boules au garagiste. C’est un peu cher pour un CD. Mais à ce prix là, c’est #1.

2. Viagra Boys – Jazz Welfare

Pour ce deuxième album, les Viagra Boys équilibrent avec une grande justesse le ratio [conservation du son qui nous a fait kiffer le premier album/renouvellement de l’esthétique pour ne pas déjà radoter]. Ça marche superbement, au prix d’une stratégie pourtant périlleuse : l’infusion, dans la composition, d’influences country absurdes sorties de nulle part.

3. Thumpasaurus – Thumpaverse

Un gang étasunien délivre un album trépidant, servi par des clips de haute qualité. C’est drôle et ça tabasse à la fois – c’est drôle PARCE QUE ça tabasse, le genre d’album qui te fait crier « wohohooo ! » malgré toi en levant les bras pour faire des 2 avec tes doigts.

4. Hassan K – Ishtegna

Un album total et radical, te faisant passer par tous les états, y compris les plus déplaisants. Fait étonnant, se le lancer à la maison demande une concentration de tous les instants, un effort d’écoute active (clairement pas la musique de fond de ta soirée piña colada)… alors qu’en concert, on peut juste se mettre la tronche dans l’enceinte et secouer la tête comme un abruti, ça convient très bien.

5. We Hate You Please Die – Can’t Wait to Be Fine

Les Rouennais maîtrisent comme personne l’art de mêler crasse et grâce : ça te caresse la joue d’un côté avec des mélodies hyper attachantes, mais derrière, planquées dans des structures malhonnêtes, les cadences te soufflent et l’étau rythmique se referme, un genre de combo béquille-balayage qui te laisse au sol en position fœtale, les jambes engourdies, impossible de te relever.

EP de l’année : UnschoolingRandom Acts of Total Control

L’EP parfait en ce qu’il dévoile un potentiel enthousiasmant, sans l’exploiter totalement toutefois ; juste ce qu’il faut pour qu’on checke toutes les semaines s’ils ont annoncé un album.

Groupe live de l’année : SandCastle

Dès son premier concert, le groupe a démontré une solidité glaçante ; des sons de guitare maniaques, une section rythmique  béton, un frontman charismatique… En 6 mois, SandCastle a mis Marseille et Toulon à sa botte, et maintenant, on y attend tous l’effort studio.

ÉRIC JORDA

1. The Courettes – Back In Mono

Back In Mono ! Tout est dit dans le titre. Ce troisième opus des Courettes, et aussi le premier pour leur nouveau label Damaged Goods, est porteur de très belles promesses tant les deux premiers ont conquis le cœur des fans de garage sixties. Avec cet album compilant quelques cinq titres sortis précédemment en single et neuf nouvelles compos, le duo brazilo-danois qui a su s’imposer par sa simplicité, son efficacité et son authenticité à travers deux premiers longs formats remet le couvert. Penchons-nous donc sur cette troisième livraison…

2. Limiñanas / Garnier – De Pelicula

J’en ai encore les oreilles qui sifflent !!! Depuis que les Limiñanas ont annoncé leur collaboration avec Laurent Garnier lors du premier confinement, les fans du combo catalan garage psyché s’interrogent. Avec plus ou moins de véhémence d’ailleurs. On va de l’auditeur circonspect un rien inquiet de voir ses héros se perdre dans un style qui n’est pas le leur à ceux qui crient, hurlent, vocifèrent en invoquant la plus grande trahison de tous les temps !

3. Lord Diabolik – Ne Jugez Pas

Dans le monde du rock garage, on ne présente plus Frankystein (ex-Hawaii-Men, ex-Pickpockets). Sur les ondes espagnoles de Radiolux, son terrain de jeu, il distille ce qui se fait de mieux en matière de rock à fuzz et de sonorités sixties garage psyché et punk. Mais cette fois-ci, nous allons le retrouver au chant et à la guitare dans le costume de Lord Diabolik.

4. Pretty Reckless – Death By Rock ‘N’ Roll

Après être passé par l’image du « groupe de la jolie frontwoman rock délurée », les Pretty Reckless ont acquis leurs lettres de noblesse à la force du riff et des hurlements mettant en avant la voix de Taylor Momsen. Avec une vocaliste devenue ex-actrice et chanteuse à temps plein grâce à la qualité du précédent opus, le groupe est attendu au tournant avec ce Death By Rock ‘n’ Roll, quatrième long format qui pourrait bien être celui de la consécration.

5. Bruce Springsteen – No Nukes

Pas vraiment une nouveauté ce No Nukes du Boss ! Ça date de 1979 ! Mais le concert est connu pour être parmi les meilleurs de Springsteen ! Et la réédition est de fort belle facture aussi bien au niveau des images remasterisées pour ceux qui choisiront la version CD augmentée du DVD que pour ceux qui préfèreront l’édition vinyle avec une pochette Gatefold du plus bel effet. Et il va sans dire que le contenu est aussi réussi que le contenant !

SANA BSH

1. Kings of Leon – When You See Yourself

Cinq ans après la sortie de leur dernier album, les Américains reviennent avec une grosse douceur qui mérite franchement un passage en France! When You See Yourself montre que Kings of Leon ne déçoit pas même après de nombreux albums.

2. Sam Fender – Seventeen Going Under

Star montante du rock anglais, Sam Fender s’impose avec son deuxième album, classé or tout comme le premier. Chose amplement méritée vu le travail derrière et la qualité de ses chansons.

3. Steven Wilson – The Futures Bites

Nous sommes rarement déçus aussi par ce cher Steven ! Il frappe toujours différemment et fort surtout en 2021 avec un nouvel album de son côté et un retour inattendu avec les Porcupine Three. Miam miam !

4. Hayley Williams – Flower for Vases/Decansos

Hayley a longuement hésité a sortir un album perso de son côté, en dehors de Paramore. C’est pourtant ce qu’elle a fait avec Petals for Armor en 2020 puis Flower for Vases / Descansos en 2021. Deux albums aussi bien et touchant l’un que l’autre et que nous sommes très contents d’avoir pu découvrir.

5. Royal Blood – Typhoons

La première écoute de cet album peut s’avérer quelque peu déroutante, pourtant Typhoons est un bon album et mérite d’être apprécié.

Les EP découvertes 100% frenchies :

1. La VeineGrands Boulevards

Une bande de frères charmants qui sauront vous séduire à travers leur rock poétique et travaillé!

2. Kim MelvilleMr My Man


Un premier ep pour la jeune femme qui envoie du lourd et donne hâte de voir ce qu’elle nous réserve par la suite.

3. Captain ObviousLet’s Do Porn


Nous restons aussi dans la fraternité avec les Captain Obvious, qui quant à eux, vont plutôt se marrer ou dénoncer certaines choses à travers leur punk.

FLORENTINE PAUTET

1. Biffy Clyro – The Myth Of The Happily Ever After

Une grosse claque de rock, c’est exactement le genre d’albums qu’il fallait pour cette année. Beaucoup de riffs, de mélodies accrocheuses, c’est l’opposé de ce qui se fait de plus mainstream aujourd’hui. Biffy Clyro ont retrouvé leur patte expérimentale et ça fait du bien !

2. Holding Absence – The Greatest Mistake Of My Life

Pour un jeune groupe comme celui-ci, c’est assez remarquable de sortir une telle pépite. Tout y est dantesque, les arrangements post-hardcore, à la limite de l’emo, le chant d’une justesse incroyable et le son : du rock moderne à l’état pur.

3. Architects – For Those That Wish To Exist

Probablement le plus rock des albums du groupe de metalcore. Les Anglais se sont donnés à fond pour ce projet, et il en ressort des morceaux aux sonorités complexes et pointilleuses. Finalement, un des meilleurs albums d’Architects.

4. Foo Fighters – Medicine At Midnight

Un classique, avec des titres plus ou moins originaux, mais qui font tout leur effet. Pas le chef d’œuvre absolu, mais un très bon petit album qui s’écoute sans faim.

5. Royal Blood – Typhoons

On attendait au tournant le duo de Brighton, et ils n’ont pas déçu. Comme eux-mêmes le disent, c’est un mélange entre le rock d’AC/DC et du disco, alors avec une basse aussi puissante que celle de Mike Kerr et la batterie stratosphérique de Ben Thatcher, on ne peut qu’être conquis.

DENIS LE MAD

1. Rest in Gale – Tombola

Un OVNI en forme de gros lot et le premier opus officiel du groupe romainvillois fondé par Julien Howler et William Rains. Une flambloyance rock à la psyché domptée et mâtinée de pop joyeusement délétère, avec une bonne dose d’énergie et d’esprit punk, version DIY !

2. Olivier Rocabois – Olivier Rocabois goes to far 

Celui qui se cachait jusqu’ici derrière la formation All If et d’autres groupes par le passé, serait selon lui allé trop loin…  Rien n’est moins sûr car si l’on apprécie une pop savante et joyeuse, on l’accompagne jusqu’à la dernière note de ce foisonnant premier album. 

3. Alice Animal – Tandem

Un mix de P.J. Harvey et de Anna Calvi à la française ? Il y a de cela chez Alice Animal et plus encore. Une “compositrice Rock en français” ? That’s right ! Elle les fait claquer ses textes, sans qu’ils perdent pour autant une once de leur sensibilité poétique. Ils demeurent ainsi au diapason de sa seconde voix, de son alter ego musical, car la blonde Alice aime d’amour la déesse guitare, de préférence chargée en électricité. 

4. Sanseverino – Deux doigts dans la prise

Quand Sansev’, superbe guitariste, revient à l’électrique sur ce douzième album studio, c’est pour r’tourner la galette avec un sacré cocktail bien frappé ! Du jazz bastringue ou brass-band, du funk, voire de l’afro-beat, épicent les chansons rock du parrain de Montreuil.

5. Maxwell Farrington et Le SuperHomard – Once

Pour le plus grand bonheur des amoureux de pop “orchestrale”, Maxwell Farrington, l’Australien au timbre de crooner et Christophe Vaillant aka Le SuperHomard, Avignonnais multi-instrumentiste et arrangeur, se sont trouvés. Des compos originales et covers enlevées, exemptes de toutes prétentions : en un mot, enthousiasmantes.

AUDE D.

1. Biffy Clyro – The Myth Of The Happily Ever After

Un an après leur précédent album en demi-teinte, les Écossais reviennent avec un album massif et aventureux, qui reprend le meilleur de ses anciens disques sans pour autant délaisser les évolutions des plus récents. Une synthèse idéale.

2. Royal Blood – Typhoon

Les Anglais ont incorporé une bonne dose de disco dans leur dernier opus. Résultat ? C’est beaucoup plus dansant, mais toujours aussi brut. Une alliance qui marche improbablement bien.

3. Angels And Airwaves – Lifeforms

Toujours aussi atmosphérique, la musique du combo californien s’est enrichie de plus de nuances et de complexité et ouverte à d’autres influences pour toujours mieux mettre en valeur ses ambiances planantes.

4. Ayron Jones – Child Of The State

Venu de Seattle, place forte du rock s’il en est, le chanteur – guitariste impressionne dès son premier album, brulot rageur pourfendant le rêve américain, qui convoque aussi bien Nirvana, Pearl Jam ou Rage Against The Machine que Run DMC ou Public Enemy.

5. Billie Joe Armstrong – No Fun Mondays

Quand le confinement est synonyme pour le commun des mortels de télétravail en pyjama et de série en streaming, pour les rock stars, c’est plutôt albums à l’improviste dans leur home studio. C’est comme cela que le chanteur de Green Day livre une relecture enthousiaste et convaincante des classiques de sa jeunesse.

Mentions spéciales

The Pretty RecklessDeath By Rock’N’Roll
LohAranoLoamboto
GarbageNo Gods No Masters 
Dropkick MurphysTurn Up That Dial
Rise AgainstNowhere Generation
The VaccinesBack In Love City
WedgeLike No Tomorrow 

 

Top EPs

Loharano – LohArano
Suzi Moon – Call The Shot
Monitors
Rise Against – Nowhere Sessions
Kristel – Take It Easy

 

Top concerts

Les Fatals Picards, Olympia, Paris, 18 septembre 2021

Après un an et demi de sevrage de concerts, la reprise se devait d’être à la hauteur des attentes. Les faux Picards et vraies bêtes de scènes les ont largement dépassées, offrant un live vibrant, rappelant à tout le public à quel point la musique sur scène nous avait manquée.

 

Animal Triste, Maroquinerie, 25 novembre 2021

Les Français avaient fait forte impression avec leur album de l’année dernière, porté entre autres par une réinterprétation magistrale de « Dancing in the Dark » du Boss, rien de moins. Sur scène, le combo toutes guitares dehors économise les effets mais captive l’auditoire par une présence magnétique.

FÉLIX DARRICAU

Djiin Meandering Soul

1. Djiin – Meandering Soul

Deuxième album studio pour le groupe de l’Ouest, Meandering Soul est un voyage presque initiatique. Le genre d’albums organiques dont on ne peut ressortir qu’avec une envie. Relancer l’album, encore et encore

2. Teke::Teke – Shirushi

Un album de surf-rock japonais joué par un groupe de Montréal. Si cette définition ne vous a pas déjà conquis, ajoutons le jeu de scène de la chanteuse, habitée par les paroles sur scène comme dans les clips. Une découverte addictive, à consommer sans modération

3. Ayron Jones – Child Of The State

Le nouveau venu de Seattle s’est fait un nom et une place en or avec ce Child Of The State. La guitare est imparable (plusieurs lui accordent une parenté avec Hendrix) et ce timbre de voix qui laisse transpirer tant de vécu. 2022 s’annonce comme l’année de la consécration pour lui, avec une participation au Hellfest.

4. Baron Crâne – Les Beaux Jours

Plus le temps passe, plus le Baron impressionne. L’album de cette cuvée 2021 est encore plus fou, semble marier encore plus d’influences qu’à l’habitude. Difficile de passer à côté pour tout amateur de jazz-fusion/rock prog psyché qui se respecte.

5. Kadavar & Elder – Eldovar: A Story Of Darkness & Light

Avec la pandémie qui a stoppé net le monde de la musique, et les multiples confinements qui en ont découlé, les groupes de live se sont retrouvés fort dépourvus. Unissant leurs forces, Kadavar et Elder en ont profité pour proposer un album transatlantique de rock psychédélique, fortement teinté de Pink Floyd.

Mentions spéciales

Lazuli – Dénudé
Deep Purple –
Turning To Crime
Malady –
Ainavihantaa
The Night Flight Orchestra –
Aeromantic II
Frost* –
Day And Age
Caravan – It’s None Of Your Business
Steven WilsonThe Future Bites
Big Big Train – Common Ground

 

La découverte de l’année :
Teke::Teke,
en live aux Transmusicales et en vinyle ensuite

 

Les albums marquants qui ne sont pas vraiment (ou pas totalement) du rock:
Bend The Future – Without Notice, une pépite grenobloise prog, carrément jazzy
Lotus Titan
Lotus Titan, pour les amateurs de slam, de poésie et de post rock
TrifectaFragments, du rock fission, comme de la fusion mais en plus dangereux. Tout est dit, c’est très barré

 

Top EPs

Recreation! – 20s FM
Liquid Bear – Heavy Grounds

 

Top concerts

Les Transmusicales Komodrag and the Mounodor, Les Transmusicales, 04 décembre 2021

Quand deux groupes bien péchus se retrouvent pour faire un big band qui sent bon les 70’s, ça dépote. Encore plus quand le public des Trans, se révèle aussi déchaîné que le groupe sur scène.

Teke:Teke, Les Transmusicales, 04 décembre 2021

Venus tout droit de Montréal pour leur première tournée européenne (et première date française), le combo de surf rock japonais a su captiver l’audience et nous faire voyager.

Tankus The Henge, Les Transmusicales, 04 décembre 2021

Ambiance crooner, Nouvelle-Orléans, Blues Brothers et Tom Waits au programme. Le groupe anglais est réputé pour ses prestations scéniques, et c’est vrai qu’entre l’énergie de Jaz Delorean et son piano qui crache de la fumée, on a de quoi se faire plaisir.

Henge, Les Transmusicales, 03 décembre 2021

Concert improbable tard dans le deuxième soir du festival. Les Mancuniens sont venus nous offrir leur space electro opera rock à 4h30 passées. Promis, les champignons qui dansaient sur scène étaient bien réels, même si de la substance fut consommée ce soir.

Magma, Opéra de Rennes, 05 novembre 2021

Rien à dire de plus, c’est toujours un plaisir.

Lazuli / JPL, Prog en Beauce, 23 octobre 2021

Du rock progressif français et francophone de qualité, au festival installé de longue date dans l’Eure-et-Loir

Stone From The Sky/Dusty Moon, Perche en Rock, 31 juillet 2021

Un festival rock ‘n’ roll à taille réduite en mode soirée privée. Les rochers du Mans sont venus jouer une sélection de titres anciens et plus récents, certains alors à paraitre sur le tout dernier album. Première édition du festival, qui rempile l’année prochaine.

ZÉBRA

Chansons

SLEAFORD MODS « Mork n Mindy » (feat. Billy Nomates)
UNKNOWN MORTAL ORCHESTRA « That life »
JOHNNY MAFIA « Split tongue »
THEO CHARAF « Going down »
NICK WHEELDON « Snake »
TURNSTILE « Don’t play »
MELT YOURSELF DOWN « Pray for me I don’t fit in »
CRIMI « Chi Ci Talia? »
STEFF LA CHEFFE « Kei Angscht » (Hommage an Kurt Marti)
W!ZARD « Bones »
JOEL CULPEPPER « W.A.R »

Concerts

JOHNNY MAFIA @ Genève PTR L’Usine
STRUCTURES @ Genève PTR L’Usine
ACID ARAB @ Genève PTR L’Usine
KO KO MO @ Genève PTR L’Usine
LA JUNGLE @ Genève PTR L’Usine


Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :
Advertisements