Didier Wampas, chanteur des Wampas


C'est dans une étrange caravane en backstage du Betizfest (Cambrai – Nord) que Didier Wampas nous reçoit. « Regardez, il y a même un lit ! », s'exclame-t-il en montrant une couchette à quelques mètres de nous. Après toutes ces années, rien n'a changé chez le rockeur : bavard, rieur, rebelle et profondément humain. Il s'est librement confié sur ses projets, sans oublier de lancer quelques piques. Au programme : RATP, Lady Gaga, peinture fluo, Justin Bieber et le nouveau pape.

Les Wampas au BetizfestElise Schipman)

 

Les Wampas ont 30 ans. Peu de groupes de rock français ont tenu si longtemps… comment avez-vous fait ?

Il suffit de ne jamais vouloir arrêter. Au fond, si tu veux continuer, rien de ne peut t'arrêter ! En général, la plupart des groupes essayent d'en vivre… puis implosent car il n'y arrivent pas. C'est pour ça que moi, j'ai toujours voulu bosser à côté (à la RATP), même si depuis juin je suis à la retraite. Sinon ce n'est pas possible. Même nous, on ne vivrait pas de notre musique. Ce soir, on ne gagne que 150€. Et c'est pareil quand on joue aux Vieilles Charrues ou aux Eurokéennes ! Idem sur les disques : tu gagnes quoi ? 10 centimes ? Quand tu as 20 ans, tu t'en fous de gagner 150€ par mois. Mais quand les musicos vieillissent, ils ont des mômes, il faut payer le loyer… Tu as besoin de 1500-2000€, et ça tu les gagnes pas en France si tu fais de la musique !

Cette date au Betizfest est votre seul concert de 2013. Vous comptez y fêter votre anniversaire ?

Non, non. Les 50, peut-être ! C'est petit joueur, 30 ans (rires). Non, on n'a rien à fêter, on fait juste de la musique.  En ce moment, on ne fait pas beaucoup de dates parce qu'on a pas de disque à défendre. On devrait en enregistrer un en septembre-octobre, pour le sortir début 2014. De temps en temps, on fait quand même des dates, mais ce n'est pas la priorité.

Récemment, tu a multiplié tes projets musicaux…

Oui, avec les Bikini Machine, on a enregistré un disque en janvier à Londres, qui sortira le 15 avril. J'ai aussi un autre groupe avec ma fiancée et mes enfants, Sugar&Tiger. On devait enregistrer un 4 titres en trois jours. Au final, on en a enregistré 11 et ça va faire un album ! Je ne sais pas encore quand on le sortira, peut-être en juin. Mais je ne fais pas ça pour changer de style ! C'est arrivé par hasard. Les autres membres des Wampas avaient des projets à côté du groupe, du coup on ne répétait plus trop. J'ai fait pareil… surtout que j'ai le temps, depuis que je suis à la retraite.

J'ai lu dans une interview que tu haïssais Lady Gaga. C'est pourtant la figure de l'extravagance, et on connaît ton penchant pour les show délirants…

Oui, c'est vrai que si tu montes sur scène juste pour jouer tes chansons, c'est chiant. Mais Lady Gaga, c'est comme Mac Donald's ou les vendeurs d'armes : elle utilise toute la puissance du capitalisme pour essayer de choquer les républicains qui vivent à Miami. C'est à chier ! Je préfère encore Justin Bieber ou d'autres qui ne font pas semblant. Lui au moins, il n'essaie pas de choquer le bourgeois. Chez Gaga, tout est calculé à 100%, du début à la fin : c'est le contraire du rock'n'roll. Je ne vois vraiment pas l'intérêt.

Tu parles en connaissance de cause, puisque vous vous auto-proclamez « inventeur du rock'n'roll »

Pour moi, c'est super important et sérieux le rock'n'roll. Mais pourtant, il ne faut pas se prendre au sérieux quand on en fait ! Ca ne reste que du rock'n'roll, tu vois. Même si c'est toute ma vie, il faut relativiser. Il y a beaucoup de choses plus importantes. Je ne vais pas faire comme Saez à me cacher derrière de grands discours. On n'a de compte à rendre à personne, nous. Alors que quand tu es maire, tu es face-à-face aux problèmes. Tu ne peux pas faire de grands discours comme quand tu es sur scène. C'est trop facile.

Votre titre le plus connu, « Manu Chao », lance quand même des petites piques à l'industrie musicale…

Oui, bien sûr ! On a toujours le droit de critiquer. Il faut ! Mais sans se prendre trop au sérieux, quand même.

Qu'est-ce qui vous amène au Betizfest cette année ?

J'en sais rien. On nous a proposé, on a dit oui. Quand il y a des concerts, j'y vais ! Je connais quelques groupes de l'affiche : Punish Yourself, Parabellum, Burning Heads… on a déjà joué avec eux. Mais Boulevard des Airs, c'est quoi ? C'est écrit en énorme, et je ne connais pas du tout ! Ce sera la surprise.

La peinture fluo à la Punish Yourself, ça vous tente ?

Je l'ai déjà fait sur toute une tournée ! Mais bon, je n'allais pas continuer pendant 10 ans… La scène c'est compliqué. Tu joues tes morceaux tous les soirs, tu finis par les connaître par cœur, ton son est super bien réglé… tout le contraire de ce que je voulais quand j'avais 15 ans ! Et là il faut faire attention, sinon ça commence à être chiant. Il y a des groupes qui sont paniqués quand un micro ou un retour ne marche plus. Moi, c'est à ce moment-là que je prends du plaisir ! Il n'y a rien de pire qu'un show réglé à la seconde. Pour moi, le but c'est de partir en vrille le plus vite possible.

Plutôt François Hollande ou [le pape] "François 1er" ?

François Hollande, quand même ! Même si j'avoue que le nom « François 1er », c'est balèze ! Il fallait oser.

 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements