Billy The Kill – An Open Book With Spelling Mistakes

Alors que la pochette de son précédent album nous présentait un jeune homme aux cheveux longs l’air un peu ahuri et entouré de jouets, celle d’An Open Book With Spelling Mistakes est bien plus austère. Maintenant, Billy The Kill a le regard fixé sur l’objectif, une guitare dans les mains, une au mur, le monde au dessus de sa tête… Et on peut dire que l’évolution photographique est tout à fait à l’image de celle de sa musique.

 

Fini les années encore un peu tâtonnantes de la jeunesse, et place à plus de maturité et de maîtrise. Premier bon point, l’intro de l’album, « The World Is Yours », superbe entrée en matière qui vous invite chaleureusement à plonger dans l’album, tout en douceur, pour mieux vous surprendre ensuite avec la power pop revigorante d’ « Everything in Past Is true » qui n’est pas sans rappeler Foo Fighters. On sent d’ailleurs que la musique s’est complexifiée et enrichie, comme en témoignent les violons présents sur la chanson « My Generation Blues ». On notera que l’album est plutôt équilibré, alternant balades et chansons plus musclées dans un ton rock folk.

Mais si certaines chansons font mouche (Somewhere in My Mind), d’autres peinent à convaincre (I Can Write Some Songs) car trop entendues ailleurs, donc trop convenues. On a même droit à une sacrée douche froide avec « Les lendemains Qui Chantent » qui jure sérieusement avec le reste. Sors de ce corps, Cali !

L’ autre petit reproche que l’on pourrait faire à cet album serait son coté un peu trop pop. Certes, Billy The Kill a un son bien à lui, encore faudrait-il ne pas se laisser engloutir par  le(s) genre(s) qu’il utilise. A ce titre, la reprise mutante de DIO avec « Holy Driver » est une très bonne surprise, car inattendue (c’est quand même culotté de placer ce genre de morceau en dernier) et assez inclassable, un peu comme si les Deftones s’étaient mis à la folk; curieux mais sympathique !
 


Résultat des courses : un bon album, plus maitrisé et équilibré que ses prédécesseurs, le tout étant cuisiné aux petits oignons par l’ami Billy, qui s’il continue de percer petit à petit sa chrysalide fera un fort joli papillon !

 

NOTE DE L'AUTEUR : 7 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements