Anneke Van Giesbergen (+ Trillium) au Divan du Monde (26.10.2013)

Rock féminin au Divan du monde
 

Pour promouvoir son nouvel album solo, Drive, Anneke Van Giersbergen a fait une halte au Divan du Monde. La salle était comble et le public aux anges pour voir l’ancienne chanteuse de The Gathering s’éclater sur ses compos rock tantôt énergiques, tantôt mélancoliques. Pour ouvrir le bal, l’Américaine Amanda Sommerville a présenté ses compos, d’un univers bien différent.

Trillium

La soirée est donc ouverte par Amanda Sommerville et son groupe Trillium. On pourra aussi parler d’Amanda Sommerville et de ses figurants. En effet que ce soit dans la musique ou dans l’éclairage, tout est fait pour mettre l’Américaine en avant, qui fera la belle tout le long du concert, en agitant ses cheveux blonds avec tant de conviction qu’elle en ferait pâlir un modèle d’une célèbre marque de soins capillaires.

Amanda Sommerville Trillium

Il faut dire que la belle a une sacrée voix. Polyvalente, elle arrive à moduler ses parties à loisir et arrive à exposer l’ensemble de sa tessiture pendant les cinquante minutes de set qui lui sont imparties. Mais si de solides capacités vocales sont indispensables à une chanteuse digne de ce nom, il faut que le reste suive. La musique présentée se situe entre un metal gentillet pour les chansons de Trillium et d’une pop peu imaginative pour les chansons issues de la carrière solo d’Amanda Sommerville, avec par-dessus un chant tellement maniéré qu’il alourdit les chansons au lieu de les sublimer. On retrouve notamment le titre « Carnival », avec sa vague inspiration de chanson française qui ne convaincra pas l’assistance.

En effet, si les chanteuses semblent s’apprécier, on remarque qu’elles évoluent dans deux visions de la musique assez différentes, Amanda Sommerville se voulant spectaculaire, alors qu’Anneke Van Giersbergen reste dans un esprit rock n’roll. La première fera d’ailleurs intelligemment remarquer qu’elles sont à la croisée des chemins, elle s’approchant progressivement du metal alors que la Hollandaise s’en éloigne. Toujours est-il que l’approche musicale de l’Américaine ne semble pas avoir convaincu le public présent au Divan du Monde ce soir-là.

Amanda Sommerville Trillium

Setlist :

Machine Gun
Mistaken
Into the Dissonance [reprise de Lunatica]
Mayday
Point of Safe Return
Carnival
Bow to the Ego
Path of Least Resistance
Coward


ANNEKE VAN GIERSBERGEN

Anneke est maintenant prête à faire remuer des popotins avec son rock énergique et accrocheur. Après avoir donné deux concerts acoustiques, à la Scène Bastille et au Trabendo avec Pain of Salvation, la chanteuse prouve qu’elle sait aussi s’entourer de bons musiciens, qu’elle sait mettre en avant, bien qu’elle soit le centre de l’attention du public.

Toujours aussi heureuse sur scène, la chanteuse affiche un sourire jusqu’aux oreilles du début à la fin du concert. Proche de ses fans, la chanteuse n’hésite pas à en prendre un à partie, lui demander s’il n’est pas malade pour ensuite ironiser en déclarant amusée : « je prends soin de mes fans ». Avec ceci et la présentation de sa nouvelle coiffure, faite le jour-même, Anneke arrive à entretenir un lien de proximité entre la scène et la fosse.

Anneke Van Giersbergen

Cette facilité à communiquer avec son public ne l’empêche pas d’interpréter ses titres de manière aussi juste. Si sa technique vocale est irréprochable, avec l’exploitation parfaite de son timbre si reconnaissable, la chanteuse arrive toujours à faire passer l’émotion de ses chansons avec une facilité déconcertante, en se montrant tantôt énergique sur des titres comme « Drive » ou « She », ou très émouvante sur « Beautiful One ».

Côté setlist, la part belle est faite à Drive, son nouvel album, joué en entier ce soir. La chanteuse a cependant l’intelligence de distiller les titres de ce disque petit à petit à travers le concert d’une heure et demie et l’aère avec deux reprises de The Gathering, dont la désormais classique « Saturnine », ou des titres de ses précédents albums, notamment Everything Is Changing, avec la magnifique « 1000 Miles Away From You ».

Anneke Van Giersbergen

Si le concert se veut direct et rockn’roll, avec une formation rock des plus classiques sur scène, la chanteuse ne perd pas ses tics acoustiques et joue deux titres seule avec sa guitare sur scène au milieu de son set, exprimant ainsi ses émotions de la manière la plus épurée possible. Elle reviendra aussi en rappel avec sa claviériste seule pour interpréter une seconde reprise de son ancien groupe The Gathering, « Broken Glass », avant de finir sur le premier et le dernier titre de Drive.

Toujours aussi agréable à voir sur scène, Anneke Van Giersbergen arrive à transmettre son talent sans en faire trop, toujours en servant la musique et sans jamais chercher à se mettre trop en avant. Elle donne ainsi une belle leçon de rock à sa manière, en laissant parler ses émotions et en touchant le cœur des fans sans s’imposer. Une bien belle prestation d’une artiste complète et simple.

Anneke Van Giersbergen

Setlist :

You Will Never Change
Drive
Saturnine [Reprise de The Gathering]
Treat Me Like a Lady
My Boy
1000 Miles Away from You
She

Set acoustique :

Beautiful One
Circles

My Mother Said
Forgive Me
Mental Jungle
You Want to Be Free
Stay
Shooting for the Stars

Rappel :

Broken Glass [Reprise de The Gathering]
We Live On / Feel Alive
The Best Is Yet to Come

Un grand merci à Byclown Duvollet pour les photos.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements