Skip The Use – Little Armageddon

 


On ne s’est toujours pas lassés d’écouter le ravageur Can Be Late, leur précédent opus. Deux ans après, les Lillois sont de retour avec Little Armageddon, et le fameux test du troisième album, d’autant plus terrible quand il arrive après une grosse claque auréolée d’un gros succès commercial comme Can be late.

 

skip the use, little armageddon, nameless world

Le disque s’ouvre  avec « Second To None ». Un titre frais dans un genre très seventies américaines introduisant en grandes pompes l’album. On constate alors que le groupe est toujours en forme. La bande revient avec de nombreux titres à l’énergie punk/rock dans la lignée de Can Be Late. Les ‘’Yeaaahh !! Wow oh oh !!’’ de « We Are Bastards » rappellent les Hives, et « Birds Are Born To Fly » encrasse nos oreilles de refrains saturés. « 30 Years » sonnerait presque métal avec ses chœurs et sa cadence agressifs. On savoure toujours autant cette brutalité qui a fait le succès du groupe.

Mais en premier lieu, c’est le titre « Ghost » qui avait permis à Skip The Use cette popularité. Un titre délicieux, mais plus gentillet et plus commercial. De nos jours, c’est la recette pour passer en boucle à la radio. Skip The Use le sait bien. C’est ainsi que le groupe a fait son grand retour avec « Nameless World », un titre ska/reggae dansant. S’il n’est pas à jeter, on a tout de même l’impression de patauger un peu lors des couplets. Les riffs du refrain, eux, feraient presque écho au dernier single des BB Brunes. Mais on peut saluer cette prise de risque. Le groupe a fait son come back avec un titre très différent de ce qu’on lui connaissait.

D’ailleurs, des risques, les Lillois en prennent tout au long du disque. S’il se présente comme un retour aux sources sur certains morceaux, Little Armageddon a surtout été un terrain d’innovation pour la bande. Elle s’est amusée à mélanger différents styles. Outre quelques résonnances reggae, des touches d’électro disséminées, on entre dans une ambiance disco avec « Lust For You », tandis que « The Taste » nous plonge dans une atmosphère lounge/funk épurée. Ce titre se conclut sur des chœurs d’enfants faisant écho à « Ghost ». Les chœurs sont d’ailleurs une des marques de fabrique du disque. On en rencontre du début à la fin. La bande a également introduit de nombreux claviers. Ceux-ci sont particulièrement mis en valeur sur le très déroutant « The Story Of Gods And Men ». Le génial « Little Armageddon », de son côté, se voit introduire des cuivres.

« Etre Heureux » est un des titres les plus inattendus. Comme son titre l’indique, il est chanté dans la langue de Molière. Et quoi de mieux que le Français  pour interpréter une chanson aussi belle ?  Ici, Skip The Use ajoute une guitare acoustique, des violons, et nous livre un morceau plein d’émotions, très touchant, et aux paroles fortes.

La bande aime varier les ambiances pour se renouveler. Chaque titre a ainsi sa propre personnalité. Le groupe a su se montrer créatif. La voix de Mat a été très travaillée. Elle alterne entre douceur et rugosité. Dans l’ensemble, cet album est moins fou que son prédécesseur. Les détails ont été plus travaillés. Il y a plus de retenue et le tout sonne plus pop, plus mature. Le groupe se montre avec un nouveau visage totalement maitrisé et assumé. La pêche caractéristique n’a pas disparue. Simplement, elle ne se traduit plus forcément par des riffs explosifs. Mais Skip The Use a le don de toujours trouver des rythmes accrocheurs pour ne pas perdre l’auditeur en chemin. Mat et ses acolytes apportent un rayon de soleil comme ils ont toujours su le faire.

 

Si Little Armageddon ne réussit pas à faire mieux que son prédécesseur, il reste néanmoins un très bon album. S’il ne vous convainc pas dès la première écoute, il faut lui laisser sa chance et le temps de vous charmer.
 

Tracklist:
1. Seconds to None
2. 30 Years
3. Nameless World
4. The Taste
5. Birds Are Born to Fly
6. The Wrong Man
7. The Story of Gods and Men
8. Little Armageddon
9. Gone Away
10. Etre heureux
11. Lust for You
12. We Are Bastards


 

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements