Lisa And The Lips – Lisa And The Lips

Rayon garage soul, je demande Lisa And The Lips !!! Bâti autour de Lisa Kekaula et Bob Venuum, le couple vedette des Bellrays, célébrissime combo dans le monde du garage punk, le groupe fait la part belle à Miss Kekaula, qui rugit une soul bourrée de sensualité soutenue par les guitares incisives de son complice Bob.

Dès les premières mesures de « Mary Xmas », les qualificatifs dithyrambiques affluent. Putain que ça groove !!! Ca faisait longtemps que je n’avais pas entendu ça sur un disque. D’entrée de jeu, le ton est donné par Lisa Kekaula. Un son terriblement efficace, dégoulinant de soul. Aussi bien dans les guitares que dans la voix de la miss ou encore dans la section cuivre qui soutient l’édifice. Quelle claque !
 


Les guitares sont différentes des Bellrays et laissent plus de place au chant. Illustration parfaite avec « Stop The DJ » où Lisa tire la couverture à elle en faisant montre de l’étendue de ses possibilités vocales soutenue par une basse soul déridée et quelques envolées de cuivres.

Qui dit « soul » dit forcement une basse puissante qui tient la route. C’est le cas avec « You Might Say » qui tourne comme un avion de chasse. Avec Lisa And The Lips, on tient notre retour gagnant vers un mélange de soul et de rock.

Dans le même esprit que « You Might Say », « It Only Takes A Little Time » nous embarque littéralement. La voix de Lisa est sublime, feutrée et il est impossible de ne pas se laisser transporter par la chaleur qui se dégage. Encore une belle chanson qui met d’accord aussi bien les garageux, les soul men et tout simplement les fans de belles mélodies. On retrouve parfois le timbre de voix de Linda Perry créatrice du célèbre « What’Up Going On » avec les 4 Non Blondes

Tous les  ingrédients qui ont fait le succès de James Brown ou Tina Turner sont présents, digérés et resservis à la sauce Lisa And The Lips. Mais quelle voix ! Lisa est fabuleuse dans un registre sauvage sur « You Might Say » puis nous livre une prestation toute en retenue sur « Troubled Mind » à faire pâlir des gens comme Shirley Bassey ou tout le label Tamla Motown réuni.

Même combat avec « Black Board », morceau mid tempo où Lisa donne une sensibilité particulière sans pour autant forcer sur ses cordes vocales. Les parties guitares sont déchainées et peuvent rappeler certaines envolées lysergiques chères aux groupes rock psychédéliques du début des seventies.
 

Lisa And The Lips Album


« Come Back To Me » nous ramène encore aux plus belles heures de la Motown ou des productions spectoriennes. On n’ose imaginer les miracles que le créateur du « wall of sound » aurait pu faire en enregistrant les prouesses de  Lisa KekaulaTina et les Ronettes n’auraient eu qu’à bien se tenir. Ce « Come Back To Me » aurait pu servir de musique d’intro à un concert de James Brown dans les seventies. La classe.

D’autres influences transparaissent ici et là. Dans un registre un peu plus poilu, » The Pickup » est une chanson soul sans fioriture où Lisa tire encore son épingle du jeu. On y retrouve des influences gospel. L’intro de « Push » semble droit sorti d’un film de « blaxploitation ». Il faut reconnaitre que le physique de Lisa s’y prête. On l’imagine aisément dans une scène de Shaft avec Pam Grier. Lisa a décidemment plusieurs cordes à son arc. Le bassiste se démène. Putain ! Qu’est ce ça groove !!! « The Player » mélange divers courant funk rock. On peut y retrouver des relents de Red Hot Chili Peppers du début (avant le naufrage commercial sous le pont), l’influence des bassistes funk à la Macéo Parker mais tout ça est trituré pour mettre en valeur la voix de Lisa. Encore une réussite.

Lisa And The Lips, album de la semaine sur Canal + ? Normal… Après écoute de ce premier opus, force est de constater que les honneurs de la prestigieuse chaine câblée sont amplement mérités.
 

Lisa et Bob écument le monde du garage soul depuis belle lurette avec leurs Bellrays et ce n’est que justice si leur « side project » leur amène un peu de notoriété. N’hésitez donc pas à vous jeter sur ce Lisa And The Lips, vous ne serez pas déçus. En plus, pour ceux que les auraient ratés à la Maroquinerie (j’en fais partie mais j’avais une bonne excuse, j’étais au Lords Of Altamont) quelques séances de rattrapage sont prévues dans divers festivals estivaux. Moi je serais au festival de la Pelouse à Thuir le 9 août….

 

NOTE REELLE : 8,5

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :
Advertisements