Festival Montereau Confluences – 6 et 7 juin 2014

Montereau Confluences 2014 C’est parti ! 6 et 7 juin 2014... La saison des festivals rock est lancée. Comme chaque année bon nombres de festivals vont proposer les mêmes artistes dans des lieux différents plus ou moins agréables. Il faut donc faire son choix. Montereau est certainement un des plus pertinents surtout si l’on se penche sur le portefeuille. 13 € pour deux jours avec quand même en tête d’affiche Simple Minds, Woodkid, CHIC Feat Nile Rodgers, Boy George, Sylvie Vartan et pour les jeunes artistes qui montent Crucified Barbara, Triggerfinger c’est quand même pas mal du tout. Après on pourra toujours regretter qu’il n’ait pas comme les années précédentes une immense tête d’affiche comme Toto, Lou Reed (qui cette année a une bonne excuse) ou encore Alice Cooper mais la programmation, certes très familiale, tient la route.

Dans ces ambiances de festival, il faut faire des choix. Il me semble impossible d’écouter attentivement tous les artistes qui vont proposer pas loin de 20 heures de live sur les deux jours. Pour le vendredi, j’ai donc choisi d’écouter la partie énervée du festival. Tout d’abord Incry qui a livré pendant une grosse demi-heure un combat contre la chaleur pour raccrocher un public de curieux. Mission accomplie sans trop de difficultés avec leur rock en français puissant.
 

Incry Montereau 2014


Ensuite sur la grande scène, Vigon et Jay ont perdu leur Bamy, malade ce soir. Beaucoup de monde sur scène, des musiciens irréprochables portent le trio devenu duo l’espace d’une soirée. La soul sixties est à  l’honneur avec des titres de Vigon qui, rappelons-le, connu son heure de gloire à la fin des années 60 avant d’être exhumé des limbes de l’oubli par Louis Bertignac et The Voice. James Brown sera lui aussi à l’honneur et cette petite troupe conquiert sans problème son auditoire. L’ambiance est familiale ici. On se laisse prendre au jeu. Un peu comme un bal de village où l’orchestre reprend des standards. Même fonctionnement avec des musiciens talentueux et des requins de studio. Sans être génial, c’est divertissant.
 

Vigon Jay Montereau 2014


Puis vient pour moi, le temps des Crucified Barbara. Quatre metalleuses nordiques proposant un heavy lourd et de qualité. J’apprécie. Les filles occupent l’espace sans difficulté, chose pas si évidente lorsque comme elles, on est plutôt habitué à jouer la nuit et dans des clubs beaucoup plus petits. Mission accomplie donc pour les filles qui ont en plus de leur public réussi à intéresser les gars venu pour les grosses festivités de la soirée que sont Morcheeba et surtout Simple Minds. Pas trop ma came…
 

Crucified Barbara Montereau 2014


Pour moi, le festival reprend le lendemain avec la prestation de Sylvie Vartan. Je vous passe les sarcasmes de mes potes dès que j’ai parlé d’aller au festival de Montereau. "Sylvie Vartan tête d’affiche, c’est quoi ça ? Y z’ont plus d’argent à Montereau ou quoi ?"... Et bien malgré tout, je suis venu voir la prestation… Et c’était pas mal du tout. On trouve sur scène des musiciens qui ont quarante ans de métier, rodés à la scène. Ca joue juste, et ma fois, à l’heure du gouter, ça accompagne plus qu’agréablement la première bière de la journée. On peut encore une fois faire le même reproche qu’à Vigon et Jay, les morceaux connus sont les reprises de titres anglo-saxons souvent traduits en français. Mention spéciale à la reprise de "Sloop John B" des Beach Boys particulièrement réussie et puis aux deux ou trois incontournables de Sylvie sixties et nous voilà servis. Une jolie prestation pour une sexagénaire pas si mal conservée que ça.
 

Sylvie Vartan Montereau


Après Sylvie, on passe sans transition au stoner-garage de Triggerfinger et là, c’est la baffe dans la gueule. Le dernier album a une très bonne presse mais live, c’est une véritable tuerie. Le power trio prend tout son sens dès que les mecs envoient la purée. On a l’impression d’être broyés par un rouleau compresseur de type Jon Spencer Blues Explosion. Le bassiste aux faux airs de Jacques Chirac chauve martèle ses Fender et ses Rickenbacker. Le guitariste chanteur se démène comme un beau diable, arpente la scène en long en large en travers et cisaille des riffs de feu sur ses grattes pendant qu’un croisement de John Bonham pour la frappe et de Keith Moon pour le coté déjanté cogne ses futs de plus belle. Une très belle révélation pour moi. Le soir même j’ai téléch…. euh non, je veux dire, j’ai commandé l’album sur internet.
 

Triggerfinger Montereau 2014


Après ça, le légendaire Philippe Manœuvre, parrain du festival, nous présente l’artiste suivant. Monsieur Nile Rodgers, co-fondateur du groupe CHIC. Et là même combat que Vigon Jay ou Vartan mais avec une classe au dessus. Je m’explique. On trouve sur scène des musiciens extraordinaires pas forcement géniaux mais irréprochables. Le génie viendra de la guitare de Nile et surtout de la richesse des compos qu’il a offertes à d’autres artistes et qui se soir vont former le gros de la setlist. Mais bon dans tout ça, on se retrouve encore et toujours avec cette impression d’entendre un orchestre de bal. Pourtant le jeu de Nile est tout en subtilités et visiblement il s’éclate sur scène. Son enthousiasme est communicatif et le public adhère particulièrement à des titres comme "Upside Down" écrit pour Diana Ross, "Like A Virgin" avec une choriste black à faire oublier Madonna (physiquement et vocalement). Les morceaux de CHIC notamment "Le Freak" sont également très fédérateur. "We Are Family" de Sister Sledge sera un grand moment de communion avec le public tout comme "Notorious" de Duran Duran. Après, on revisitera Bowie avec "Let’s Dance" et, pour les plus jeunes, une petite reprise du "Get Lucky" écrit pour Daft Punk mettra tout le monde d’accord. Un final avec le public sur la scène enfoncera le clou d’un spectacle de qualité mais qui pur moi tient plus du spectacle de reprise que d’un vrai concert. Un très bon moment quand même avec Nile Rodgers et tous ses tubes.


Philippe Manoeuvre Montereau 2014 CHIC Feat Nile Rodgers Montereau

CHIC Feat Nile Rodgers Montereau 02


Puis, ce soir, il est temps pour moi d’aller voir l’évolution d’une star de télé réalité. Plusieurs choix possible aujourd’hui. Soan, Yoan Fréget ou Elodie Frégé… J’ai choisi la dernière. Je pourrais baratiner une explication philosophique sur la portée de ses textes par rapport aux deux autres mais c’est bien évidemment sur un critère… horaire que j’ai choisi, les deux autres étant programmé beaucoup trop tôt. (Heureusement que je ne m’appelle pas Pinocchio sinon mon nez éborgnerait les personnes de devant, j’ai choisi au physique, les mecs !). Et après avoir entendu "Like A Virgin" par Nile Rodgers, j’ai eu en face de moi une Elodie Frégé semblable en tout point à la Madone période "Open Your Heart" bustier sexy, bas résilles…. Et en plus elle chante ! Et pas si mal que ça. Je partais avec beaucoup d’à priori et finalement, passer quelques temps avec Elodie fut une chose musicalement agréable. Les textes tiennent la route et la miss Frégé a réussi à créer un univers musical bien à elle. Bien joué Miss…
 

Elodie Frégé Montereau 2014


La fête continuera ensuite sans moi mais avec Boy George, Christelle Chollet et Woodkid. Cette année le festival aura pu bénéficier du concours du climat, ce qui n’a pas toujours été le cas. Le festival de Montereau a réussi à garder son esprit familial tout en proposant des spectacles divers et variés. Chacun y trouve son compte. L’espace off est de grande qualité et on ne soulignera jamais assez l’importance de ce genre d’endroit tant il est impossible de rester concentrer sur la musique toute la durée d’un festival. Montereau réussi donc depuis 18 ans déjà à nous offrir (13 € c’est offert) un spectacle de qualité et même si cette année, il manquait peut-être une grosse tête d’affiche on y est venu avec le même plaisir. A l’année prochaine pour la 19ème édition.
 

Nile Rodgers Montereau Final

 


 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements