French Tobacco – Cry

Derrière les apparences…
 

French Tobacco. C’est un jeune mec, pas vraiment gringalet, un peu fluet, avec une barbe de trois jours savamment entretenue. La Nouvelle Star à la télé ? Oui, en 2010. Mais pas de formatage intempestif pour tenter de séduire les masses. L’audience déclinante du programme aidant, la sincérité et le talent véritables restent les seuls vecteurs d’une carrière pérenne. Faire parler de soi, oui. A l’image d’un Gael Faure, avec qui il partage un timbre vocal suave et lancinant, véritable force tranquille, French Tobacco vit pour et à travers le folk. Celui-ci, après de nombreux concerts donnés en premières parties de noms prestigieux tels que Jeff Beck ou Cascadeur, se voit finalement cristallisé sur un premier à paraître, et dont le single « Cry » constitue la carte de visite. 

Un premier morceau aux apparences trompeuses. Car derrière ce clip tourné aux Etats-Unis et dépeignant un artiste aux allures de hobo hédoniste se cache un morceau plus profond qu’il ne le paraît. De sa voix chaude, légèrement éraillée, French Tobacco nous narre l’histoire d’une perte tragique d’un être cher et la reconstruction nécessaire. Entraînant, « Cry » et sa dominante acoustique se fait porteur d’ambiances country évocatrices des paysages nord-américains, leurs lignes droites d’asphalte étendues vers l’infini.

Plus qu’un simple refrain, bien que celui-ci soit persistant et très réussi, « Cry » se fait un morceau à la fois entraînant et aérien qui, s’il ne s’éloigne pas véritablement du revival folk qui semble plaire au public français depuis quelques années, se fait authentique et interprété avec une sincérité certes nécessaire pour que la sauce prenne, mais résolument naturelle.

Il n’en faut pas plus pour nous convaincre que le jeune artiste, s’il ne bouscule pas les codes du country-folk tel qu’on le connaît, est à même de proposer un premier album résolument inspiré et marquant, que l’on attend de pied ferme. Une carte de visite alléchante, que les amoureux de guitare et d’ambiances travaillées ne manqueront pas d’apprécier. Vivement la suite.

NOTE DE L'AUTEUR : 7 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :
Advertisements