Lianne La Havas – Blood

"s'agissant d'un deuxième album, on peut [...] saluer la saine prise de risque d'une artiste qui en tout les cas ne semble pas manquer de ressources."

C'est encore tout auréolée du succès de son premier album Is Your Love Big Enough ? que Lianne La Havas sort sa suite intitulée Blood, sorti fin juillet. Si la chanteuse avait su convaincre les critiques de sa maîtrise musicale, les compositions restaient encore un peu sage et ne laissaient pas entrevoir tout le potentiel de son interprète. D'autant que la dame avait le bon goût de ne pas faire de la soul pure et dure, malgré sa révérence affichée, en se perdant dans d'interminables vocalises et semblait tout à fait encline au mélange des genres. C'est en cela que Blood tombe bien, dans le sens où il enrichi et creuse encore un peu plus le sillon de ce savoureux métissage.

Pousser plus loin le mélange signifiait aussi rendre plus audible le genre musical emprunté. Ainsi peut on entendre un sacré virage indie pop avec la première piste de l'album, "Unstoppable", où le synthé s'affirme et aura même l'audace de signer une intro à la Laurel Halo. Cette première chanson est aussi une belle preuve que Lianne La Havas sait composer un bon single; ce qui ne l'empêchera pas d'en lâcher un deuxième avec l'irrésistiblement pop "What You Don't Do". Ce virage indie est surtout notable sur la première moitié de la galette (avec le funk electro de "Tokyo" ou bien la ballade "Wonderful" que n'aurait pas renié les Wild Beasts) puisque la deuxième partie revient à de la soul plus introspective et... un brin de rock n' roll avec des chansons davantage énervées comme "Grow" ou "Never Get Enough".

 

neo soul, indie pop, 2015

 

Le problème étant que cette deuxième partie s'avère bien moins concluante dans ses partis pris et ses compositions; soit parce que le mélange avec du rock un peu musclé ne fonctionne pas particulièrement bien, soit parce que le classicisme des chansons souls (et parfois trop larmoyante comme c'est le cas avec "Good Goodbye") offrent un goût de déjà entendu pas spécialement intéressant. On sera donc un peu désemparé par cette fin en demi-teinte, d'autant que l'aventure de l'écoute démarrait réellement sur des chapeaux de roues. Pourquoi diable démolir un si joli le grand huit ?
 



 

Néanmoins, s'agissant d'un deuxième album, on peut tempérer son jugement et saluer la saine prise de risque d'une artiste qui en tout les cas ne semble pas manquer de ressources. On espère donc que Lianne La Havas continuera de cultiver son style jusqu'à ce que la fermentation et le bouillonnement d'idées nous offre à l'écoute d'un prochain disque une véritable tuerie d'un bout à l'autre des microsillons.

 

NOTE DE L'AUTEUR : 7 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements