Sugar & Tiger – Thixotropic

Didier Wampas est le roi ! Ca, des hordes de fans du groupe phare du punk rock en sont intimement persuadées et le scandent depuis des décennies à chaque sortie live du groupe. Mais le monsieur ne se limite pas aux Wampas.

Depuis quelques années, le jeune retraité de RATP multiplie les activités. Parmi ces projets, celui de faire de la musique en famille. C'est ainsi qu'est né il y a quelques années Sugar & Tiger, où il officie comme chanteur guitariste avec sa compagne et ses enfants. Pour compléter le line-up sur le nouvel album Thixotropic, le bassiste des Wampas est aussi de la partie.

"Disco Baby" ! Yeah ! En ouverture de ce Thixotropic, on s’aperçoit que Didier Wampas a toujours des choses à dire même s’il travaille en famille plutôt qu’avec les Wampas. Musicalement, les fans des Wampas s’y retrouveront. Mais au coté punk s’ajoute un coté pop française sixties. La voix féminine de sa compagne donne une touche plus légère, peut-être un peu plus abordable que les Wampas. C’est en tout cas très agréable de trouver encore quelqu’un capable de manier avec bonheur les mots de la langue de Molière.

 

On retrouve un petit air psychédélique pour "L’Homme de l’Espace", un riff accrocheur et le tour est joué. Les textes sont toujours aussi affutés et drôles. "El Paso" reste ans ce registre pop sixties un rien garage avec des guitares saturées. Les textes sont fort agréables et même si on y sent la patte de Didier Wampas, on y retrouve une forme de légèreté lorgnant vers le grand Serge. La Wampas Family seraient-ils les nouveaux Gainsbourg et Bardot ?

Coté punk, on n'est pas en reste. "Les glaciers" reste dans un univers Wampesque. Didier et sa famille nous y clament leur haine des glaciers. Un morceau à teneur hautement philosophique mais qui a le mérite d’envoyer sévèrement. Comme un bon Ramones, n‘importe lequel… "Linda Ramone", le morceau, nous prouve musicalement la filiation avec le groupe répondant au même patronyme. Un bel hommage aux quatre faux frères les plus célèbres du punk rock et aussi à Linda, la veuve de Johnny Ramone, qui perpétue encore une esthétique punk garage sixties à travers ses fringues et sa décoration d‘intérieur. "S.P.U.R." est un autre exemple du savoir faire de Didier. Une mélodie accrocheuse sur fond de guitares saturées. Des textes désopilants mais pas dénués de sens. Super Power United Ramirez ! Encore un titre qui fonctionne !
 

Didier Wampas Live

"En forêt Existentielle", un brulot punk rock sans fioriture, réfléchit sur la condition humaine avec une grande capacité d’analyse malgré la simplicité apparente et la facilité d’accès au premier abord. Il existe une vraie profondeur dans cette forêt existentielle. "Ouest", dans la même veine, nous propose une vision caustique d’un punk à chien désabusé. Ca sent le vécu et c'est exprimé avec une sacré dose de poésie. "Tennis Girl A Gringoland" est un gros rock bien costaud avec un riff surpuissant à la "Louie Louie". Des vocaux pop et une magnifique complémentarité entre Didier et sa compagne nous assurent des parties vocales de qualité.

On connait la passion de Didier Wampas pour la petite reine. Apres "Jalabert" et "Rimini" à la gloire de Pantani avec les Wampas, c’est avec Sugar & Tiger qu’il s’attaque à Richard Virenque. Par des biais détournés, il nous offre une ode à l'ancien leader de Festina sur fond de ballade rock 'n' roll.
 


Présentation de l'album
 

Sur "Aurora", autre ballade de l’album, on ne peut s’empêcher d'imaginer Didier chanter "Petite Fille". Mais la voix suave de sa compagne y donne un petit coté Nico avec le Velvet Underground. Plutôt sympa comme référence. "Au Bal de Savannah" est encore une petite ballade façon sixties. Françoise Hardy aurait pu s’y coller pour nous offrir un nouveau hit de plus à son actif. Quand on vous dit que même derrière les punks il y a un cœur d’artichaut qui sommeille...

"Bonjour" est encore un morceau atypique. Une petite ballade pop sixties au début puis la distorsion s’invite tout en gardant cette fraicheur pop. On dirait un croisement entre les tubes garage de Dutronc dans les années 60 et les travaux actuels des Liminanas. Autant vous dire que ça vaut le détour.

 

"Le Dernier Concert" exprime avec sincérité ce que peuvent ressentir des artistes et leur public lors d’une tournée d’adieu, une vraie, pas les first farewell tour des machines de guerres comme Phil Collins ou Scorpions… Moi, je me suis revu au dernier concert de la Jim Jones Revue avec ce mélange de satisfaction et de tristesse. Un sentiment bizarre.

Enfin, un dernier effort punk qui respire la joie de vivre avec "Mirabelle" et voila que Didier Wampas, en mode Sugar & Tiger, vient de nous offrir 45 minutes de plaisir rock 'n' roll. Il revisite en famille la pop sixties française acidulée sur fond de garage punk. C’est vraiment sympa de voir que ce gars, en plus d’être un des derniers à donner sa chance à la langue française dans le rock, n’a rien perdu son intégrité punk. Vraiment une vie toute acquise à la cause rock 'n' roll sans concession. Certainement un des derniers... Merci à toi, Didier, avec toi, le rock 'n' roll est vraiment une joie !

Note réelle : 8,5/10

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements