Fuzzy Vox – No Landing Plan

Fuzzy ? Si on parle de "fuzz" ça devrait bien se passer... Vox ? Guitares et amplis de légende dans le monde "garage" et plus généralement rock 'n' roll... Ca sonne bien. Si le mot "garage" évoque autre chose qu'un vulgaire local pour ranger les bagnoles, vous avez forcement déjà entendu parler des Fuzzy Vox et de leur premier album On Heat. On y voit les trois Fuzzy Vox en costard noir sur la pochette. On dirait les Hives... Pas étonnant d'ailleurs, puisque ce disque est mixé et masterisé par Pelle Gunnerfeldt, qui a déjà travaillé avec les suédois.

Mais cette fois, ci c'est au deuxième opus que l'on s'intéresse. Et pour accoucher de ce No Landing Plan, les petits français sont partis enregistrer outre-Atlantique. Essayons de nous poser un peu pour analyser ce No Landing Plan.

"Explosion Of Love" ouvre le nouvel opus avec un rock ‘n’ roll bien fuzzy. Le riff arrache. Avec "explosion" dans le titre, on met forcement en perspective avec les travaux de Jon Spencer. Il y a pire comme comparaison. Ici, on trouve en plus une ligne de basse puissante que feu Lemmy aurait certainement plébiscité. Ce "Explosion Of Love" est de bon augure pour la suite.

Avec "Distracted", on lorgne du coté du revival anglais façon Yardbirds de la grande époque. C’est à ranger au cotés des Strypes (premier album) pour la fougue et la spontanéité mais "Distracted" présente aussi un bon gros coté garage punk sans pour autant négliger les mélodies.

 

 

On reste dans le coté rock garage avec "Told You Before". Refrain simplissime, accroche super efficace. Le morceau par excellence qui vous rentre dans le crâne. On imagine déjà les Fuzzy Vox nous balancer cet hymne rock en pleine face lors de leur prochaine tournée. "Told You Before", c’est du Rolling Stones bien énervé revisité à la sauce des années 2010 pour nous prouver que le rock ‘n’ roll n’est pas mort.

 

Avec "I Grow Evil", on lâche le gros riff qui tâche ! Certains y verrons un cote heavy à la Black Sabbath, d’autres plutôt les travaux de Ty Segall avec Fuzz. En tout cas, le morceau est bien construit alternant les temps calmes et ce fameux riff destructeur. Un très beau décrassage en règle de nos tympans.

"I Got A Girl" se pense comme un rock ‘n' roll plus léger qui puise dans le registre des pionniers. Hyper musical, une pépite facile d’accès que l’on va fredonner des plombes après l’avoir écouté. Simple et efficace encore une fois. Quand on vous dit que le rock garage, ça fonctionne, pas besoin de dizaines d’accords pour mettre tout le monde d’accord. L’important, c’est d’arriver à installer des ambiances qui embarquent l’auditeur et ça c’est un art que les Fuzzy Vox maîtrisent parfaitement.

On vous disait que les rockers fifties avaient une grande importance pour les Fuzzy Vox. C’est donc en parfaite logique qu’on retrouve sur leur nouvel opus une reprise du "Bo Diddley" du même Bo Diddley. L’homme à la Gretsch carrée serait certainement fier de la relecture toute fuzz dehors de ses héritiers français.

 

Fuzzy Vox No Landing Plan

"Don’t Leave Me Behind" marque le début d'une incursion dans le territoire pop rock. Les guitares se font plus légères, la mélodie vocale y est parfaitement soignée avec des chœurs façon Beach Boys. Un aspect plus calme pour reposer les esgourdes sévèrement attaqués par d’autres titres de ce No Plan Landing.

On reste dans un registre plus soft avec "They Shot Charlie" qui musicalement lorgne plus du coté pop que du coté garage. C’est très pop anglaise façon Beatles. Les mélodies sont très réussies. Le morceaux est très bien construit et montre déjà une certaine maturité dans la qualité des compositions. Pas mal pour des petits jeunes.

"Easy Street" est aussi très soft. On s’éloigne un peu de l’urgence du premier album où même des titres du début d’album comme "Explosion Of Love". Avec "A Reason To Love", on se surprend à penser aux grands moments de Pete Doherty mélangé avec quelques traits de guitare surf qui twanguent où encore donnent une touche psychédélique à l’ensemble. Un beau mélange d’influences et de divers horizons. Un morceau de bravoure de plus de cinq minutes assez rare pour être signalé dans ce genre d’albums au cours duquel on ne s’ennuie jamais.

En conclusion, ce No Landing Plan est un album aux multiples facettes. La première face est résolument plus rock 'n' roll que la fin de l’album qui sonne beaucoup plus pop. Mais les fans de rock ‘n’ roll s’y retrouveront sans aucun problème. Les "garageux", fans de la première heure regretteront peut-être le coté pop assez prononcé sur quelques morceaux mais nul doute que cet album va révéler les Fuzzy Vox au grand public. Les voila prêts à défendre dignement l'étendard du rock français. Vive les Fuzzy Vox !!!
 

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements