The Babtoo – The Babtoo

Qui l'eut cru? A l'heure où la plupart des groupes rock/blues indés lorgnent vers un retour aux sources (comprendre un son moins stylisé et plus brut de décoffrage, à l'instar des BEST COAST ou des canadiennes du PACK A.D) The BABTOO, composé du guitariste-chanteur Félix Kazablanca et du bassiste multi-instrumentiste Jean Marc Pelatan, prend le pari de mélanger deux genres qu'on pourrait croire antinomiques, à savoir le blues et l'électro. Antinomiques? Pas vraiment, tant la musique de The BABTOO nous prouve qu'électro et blues font bon ménage dans la simplicité, le dépouillement et l'efficacité.

Preuve en est avec l'excellent "War" qui vient ouvrir l'EP (sobrement intitulé Babtoo). "War", donc, véritable pépite qu'on aimerait presque qualifier de pop tant son éclat est brillant. Refrain entraînant sans être racoleur, voix suavement éraillée qui vient se poser sur un groove diabolique et jouissif, tous les ingrédients sont là pour en faire un tube à part entière. 

Difficile par la suite de tenir la dragée haute à ce "War" destructeur, ce que "The Lips" parvient péniblement à faire. Car malgré sa position peu avantageuse, "The Lips" est probablement la chanson la plus intéressante de l'album. Dotée d'une atmosphère aussi pesante qu'étrange, les notes de guitares n'en finissent pas de mourir dans la réverbération au sein de ce qui semble être une longue intro pour finir par exploser dans un break anthologique et salvateur. Le tout finissant sur les râles du chanteur qu'on jurerait assis au fond d'un bar sombre en train de ravaler une volute de fumée.

the babtoo, balls on fire, war, rock indépendant


La suite est de circonstance, puisque plus grasse et rock avec "I'd rather be the devil", nous rappelant sans mal (surtout le refrain) les riffs puissants d'AC/DC. Quoique plus convenu, ce morceau de transition n'en reste pas moins agréable.

"Don't trust you" fait quant à lui office de vilain petit canard, vu l'intérêt tout relatif qu'il porte à nos oreilles (une petite perlée de notes de piano rigolotes, mais bon!).

On préfère passer directement à "Like balls on fire" (ça c'est du titre couillu !), morceau foutrement pêchu, du genre à réveiller les morts ou de vous foutre la banane au saut du lit ! A tel point que son positionnement au sein de la playlist me semble bizarre. Je m'explique : c'est LA chanson d'intro par excellence !!! Elle aurait été parfaite en première piste, et aurait pu permettre à "War" de venir clôturer l'album sur un feu d'artifice!

Au lieu de ça, on finira sur le décevant "Lovely", qui malgré un aspect électro plus prononcé, ne fera guère de vagues.

Deux chansons dispensables sur un EP qui en compte tout de même 6; était-ce vraiment nécessaire?
L'EP aurait sûrement gagné à être plus court... Gageons que ce disque n'étant qu'un premier essai, la perfection sera au rendez-vous pour le LP, car le potentiel est là, et quel potentiel, nom de Zeus ! THE BABTOO, révélation rock indé en 2012? Allez, on y croit!

Marty

Si vous voulez y jeter une oreille, voilà leur myspace et leur noomiz, Bonne découverte !

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

NOTE DE L'AUTEUR : 7 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements