Anneke van Giersbergen – La Maroquinerie- Paris – 07/05/2016


Ce début mai 2016 fut marqué par mes retrouvailles avec des artistes qui font partie de ma vie musicale depuis très longtemps. Le 4 mai dernier, c’était The Bellrays au Divan du Monde, un groupe que j’adore et que je n’avais plus vu sur scène depuis 7 ans. Ce soir à la Maroquinerie, c’est au tour de la Néerlandaise Anneke van Giersbergen que je n’avais plus entendue en live depuis 6 ans de me remplir de joie. 

C’est  un vrai plaisir de retrouver Anneke, une de mes chanteuses préférées ici à la Maroquinerie, une de mes salles fétiches. Par le passé, je l’ai vu avec son premier groupe The Gathering à de nombreuses occasions et depuis qu’elle est en solo ( elle a quitté le groupe en 2007) sous le nom Agua de Annique ou sous son nom Anneke van Giersbergen, ça sera la deuxième fois. Par contre, je n’avais jamais eu l’occasion de la voir en version très épurée car ce soir, elle sera seule au chant et à la guitare. C’est vraiment chouette de la voir dans ce format-là, ce qui devrait apporter une intimité exceptionnelle à la soirée entre elle et son public.

 

Anneke van Giersbergen, la maroquinerie, Klone, Paris

 Au programme, Anneke a prévu d’interpréter dans des versions acoustiques un tour global de sa longue carrière et quelques-unes de ses reprises favorites. En ce samedi soir ensoleillé, il est 19 heures 15 et une longue file d’attente se dresse rue boyer dans le 20ème. C’est que ce concert est fort attendu par la grosse base de fans dont dispose Anneke en France. C’est le groupe français Klone qui va ouvrir le bal à 20 heures et chose rare, devant une salle déjà pleine pour les accueillir. Je ne connaissais que de nom et j’ai donc découvert ce groupe de Metal progressif et c’est excellent par ailleurs. On se situe dans une veine à la Porcupine Tree, Tool, Opeth et ils ont même travaillé avec Doug Pinnick de King’s X un de mes musiciens préférés.

 

Anneke van Giersbergen, la maroquinerie, Klone, Paris

Rien que pour cela, je ne voulais en aucun cas les manquer et bonne nouvelle, je ne suis pas le seul. C’est la première fois que le groupe joue dans cette configuration nous dira le chanteur Yann Liger et ils ont donc un peu la pression. Klone jouera avec deux guitares sèches plus une multi-instrumentiste qui passera du clavier à l’accordéon et à la grosse caisse puis pour finir Yann au chant. Pour cet exercice de style, Yann Liger est comme un poisson dans l’eau et il a l’air de prendre beaucoup de plaisir à se mettre à nu comme cela en version dépouillée. Sa voix est très agréable et le groupe attire des applaudissements chaleureux. Les 40 minutes se traverseront avec plaisir même si cela fut un peu linéaire et uniforme.

 

Anneke van Giersbergen, la maroquinerie, Klone, Paris

Comme prévu, Anneke se présente seule avec sa guitare. Il est 21 heures 10. Elle nous dira d’ailleurs que c’est une tournée européenne toute simple juste avec elle, son mari, son fils et son ingénieur du son et dans la même voiture. D’ailleurs, outre sa fantastique voix, elle prend du temps pour nous parler, nous raconter des anecdotes de sa vie et on rigole beaucoup d’ailleurs, Anneke également et on se croirait entre amis. C’est vraiment très chaleureux ce soir et c’est un bonheur de vivre cela. Elle débute par « My electricity » de the Gathering puis par « Songbird » reprise de Fleetwood Mac. Sur « Mother Said » , elle raconte sa virée nocturne à 16 ans et une bonne cuite.

 

Anneke van Giersbergen, la maroquinerie, Klone, paris

Sa maman l’attendait au retour et les deux sont partis dans une solide et franche discussion qui a servi de base à la chanson. Au rayon anecdote, sur la reprise de Mr Mister «Broken Wings» , elle raconte que sa tante lui demandait souvent de chanter cette chanson et récemment, sur un concert aux Pays-Bas, la tata étant présente, Anneke avait décidé d’inclure ce morceau pour lui faire plaisir. Avant de débuter , Anneke avait posé la question à sa tante si elle se souvenait qu’elle lui demandait de chanter dessus par le passé et la tata a répondu non! Anneke a levé les yeux aux ciels en soupirant. 

 

Anneke van Giersbergen, la maroquinerie, Klone, Paris

Et puis qu’est-ce qu’on s’est marré pendant le concert sur quelques interférences, quelques craquements électriques notamment sur «Wish you were here» de Pink Floyd en fin de set sur laquelle Anneke a bien eu du mal à garder son sérieux en parlant du retour du fantôme. Le merveilleux « Saturnine » de The Gathering nous donnera des frissons, «Beautiful One» également. J’ai retenu également une reprise de Bruce Springsteen «I’m on fire», «Sex on fire» des Kings of Léon, «Locked Away» toujours de The Gathering

 

Anneke van Giersbergen, la maroquinerie, Klone, Paris

Pendant 1 heure 15, Anneke aura chanté à la perfection et que dire de sa voix qui me fait toujours autant d’effets. Le rappel sera constitué de deux autres covers, celle de Queen «Who wants to live forever» puis «Jolene» de Dolly Parton qui avait été reprise par The Whites Stripes.

Anneke van Giersbergen reste toujours une merveilleuse interprète et une belle artiste. Cette soirée fut remarquable alors vivement la suite avec un nouvel album solo, un prochain concert qui sera probablement électrique cette fois-ci.
Beautiful day…

 

Anneke van Giersbergen, Klone, Paris


Remerciements: La Maroquinerie et Cartel Concerts
Crédits photos: Marjorie Coulin



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements