Biffy Clyro au Download Festival France 2016

Twin Atlantic viennent de terminer un joli set sur la 3ème scène, c’est maintenant au tour de leurs camarades écossais, Biffy Clyro, de s’emparer de la Main Stage. Pour leur seule date en France cet été, le groupe est, comme à son habitude, plus en forme que jamais.


Avec un peu de retard, le trio entre en scène sous les acclamations de la foule. Difficile de jouer après le concert écourté mais excellent de BABYMETAL, pourtant Biffy Clyro ont relevé le défi avec succès. Leur passage au Download Festival de Paris faisant partie de la tournée promotionnelle de leur nouvel album, Ellipsis, on pouvait s’attendre à de nouveaux titres joués. Malheureusement, pas de prises de risques: nos écossais ont choisi l’efficacité pour la petite heure qui leur était destinée. On ne peut pas leur en vouloir, surtout que le public est beaucoup moins nombreux devant la scène que pour le concert précédent.
 

Biffy Clyro, Download, Festival, Paris, France, rock, Ecosse, Ellipsis

Comme prévu, le show commence avec le premier single de leur nouvel album, «Wolves Of Winter». Rien de mieux pour prouver que Biffy Clyro sont hyper énergiques sur scène (certains groupes de metal devraient en prendre de la graine). Dommage que la fosse attende le milieu du set pour bouger et manifester son enthousiasme. En effet, la première partie du concert sera marquée par un public attentif, mais relativement timide, quand on sait à quoi ressemble un vrai concert du groupe. Pourtant, ce n’est pas faute de morceaux ennuyeux (de toutes façons, il n’en ont pas en réserve). «Living Is A Problem» s’ensuit et Simon se permettra meme un snippet de «Sweet Child O Mine» pour amuser les fans. C’est aussi une des premières fois que le groupe jouera «Animal Style», et quelle tuerie. Simon a beau le nier dans les paroles, c’est en véritables capitaines que Biffy Clyro se produisent ce soir. Les solos de guitares sont impeccables, ce que les musiciens dégagent sur scène est toujours aussi impressionnant.
 

Biffy Clyro, Download, Festival, Paris, France, rock, Ecosse, Ellipsis

La setlist reste très classique, et le groupe enchaine ses plus gros succès. «Sounds Like Balloons» réveille le public et le refrain est chanté en choeur par une poignée de fans présents. «That Golden Rule» et son puissant breakdown montre aux plus metalleux et aux haters que Biffy Clyro n’est pas un groupe à minettes. «The Captain», toujours excellemment jouée fait monter l’ambiance et «Bubbles» ne fait que confirmer la capacité des écossais à faire la fête avec n’importe qui. Sur demande du groupe, la fosse se met à sauter pendant les refrains et à taper des mains pendant les parties instrumentales.

La petite surprise viendra un peu après, quand le combo se met à jouer les premières notes de «9/15th», issu du 4ème album, Puzzle, bénéficiant d’une interlude avant d’enchainer sur une montée en puissance des guitares et d’une batterie crescendo. Les titres des 4 premiers opus étant absents des setlist du groupes depuis quelque temps déjà, c’est un réel plaisir de les voir rejouer ce genre de «vieux» morceaux.

Petit moment de douceur quand les 3 compères attaquent «Many Of Horror», une des chansons les plus connues de leur répertoire. On s’en serait peut-être passé dans un festival comme celui-là, mais encore une fois, Biffy Clyro prouvent qu’ils peuvent jouer des ballades en festival sans se casser la gueule pour autant.
 

Biffy Clyro, Download, Festival, Paris, France, rock, Ecosse, Ellipsis


Normalement jouée en tout dernier, c’est «Mountains», taillée pour les sing along devant 40 000 personnes qui permettra aux plus connaisseurs de hurler les «I am the mountain, I am the sea» avant de prendre une grosse gifle sur «Stingin Belle» et son final impérial. On verra même un circle-pit se former: il était temps.

Ce qui est tout de même dommage, c’est l’absence de «On A Bang» dans le set, mais soyons compréhensifs sur la complexité de choisir ses morceaux quand on a 7 albums à son actif.

Comment décrire un concert banal de Biffy Clyro en festival? Comme à leur habitude, ils ont délivré un show niquel, sans énorme surprise, mais avec une seule déception: 1h, c’est définitivement trop court pour un groupe qui remplit Wembley et qui se produit en tête d’affiche d’un certain Reading & Leeds outre manche. 

Setlist:
Wolves of Winter
Living Is a Problem Because Everything Dies
Biblical
Animal Style
Born on a Horse
That Golden Rule
Bubbles
Black Chandelier
9/15ths
The Captain
Sounds Like Balloons
Many of Horror
Mountains
Stingin Belle

 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements