Courtney Barnett + Lou Doillon au Festival Musilac – Aix les Bains – 11/07/2016 1/2

C’est déjà la dernière journée et quand on est bien, tout passe trop vite. C’est le cas à la Musilac, on mange bien, on boit bien, la joie de vivre est partout, les ondes positives se diffusent dans tout le festival. On se couche de plus en plus tard et par conséquent on se lève de plus en plus tard également et la fatigue se fait de plus en plus ressentir mais surtout en raison de la chaleur. Ce jour d’ailleurs, la température est encore plus élevée et il y a moins d’air que la veille. Au programme, la rafraîchissante Courtney Barnett, la charismatique Lou Doillon, les revenants St Germain, les excellents Editors, un peu de finale de foot même si on s’en fout un peu, une pincée de Louise Attaque, une dose de Foals et une main non sifflée d’un Portugais, qui eux, finiront plus gais que nos Français.

Courtney Barnett

On arrive un peu avant 17 heures au bord de la scène Montagne où j’attends avec joie l’Australienne Courtney Barnett. Il n’y a personne et c’est surprenant. Avec la chaleur, on se croirait dans le désert australien. Heureusement à son arrivée à 17h05, Courtney et ses trois musiciens démarrent leur set devant un peu de monde qui arrive petit à petit et en 10 minutes, on se sent carrément moins seule, ouf... Sa voix rocailleuse est très plaisante et alors que dire de ses morceaux, en live, c’est vraiment fun, cool et aérien.

festival Musilac, Aix les Bains, 3ème journée, live-report, Courtney Barnett, lou Doillon, st germain

Je me mets même à danser les bras écartés, c’est pour dire à quel point c’est frais et plaisant. J’étais déjà un fan du groupe Pavement alors avec Courtney Barnett qui se trouve dans la même mouvance rock, comment ne pas aimer ? J’adore l’artiste et je remercie Rémy Perrier et son équipe de me la faire découvrir . Incontestablement, c’est ma plus belle surprise de ces trois jours. Je vous conseille d’ailleurs de vous plonger dans sa courte discographie avec son double EP A sea of Split Peas sans oublier évidemment son véritable premier album qui est sorti fin mars Sometimes I Sit and Think, and Sometimes I Just Sit (voir la chronique de l'album par notre rédaction)

Elle est drôle dans ses textes et très efficace dans sa musique qui nous offre paradoxalement un air très frais alors qu’on croule sous la chaleur. Le public qui pour la majorité ne la connaît pas se prend au jeu et danse avec elle. Après avoir eu un peu peur avant sa prestation par la seule présence de quelques dizaines de personnes aux barrières, il faut avouer qu’une fois la musique lancée, le monde est arrivé et le bon trip à débuter sans s’arrêter pendant l’intégralité de ses 40 minutes.

festival Musilac, Aix les Bains, Courtney Barnett, 3ème journée, live-report

Courtney Barnett qui n’est pas du genre à se mettre en valeur, avec son tee-shirt noir, son jean noir qui fait qu’on pourrait croire que c’est un mec, hein Isa, nous séduit par son excellente musique rock à la sauce nirvanesque mais surtout à l’esprit et au style lo-fi de Pavement. Pour ma part, ce fut donc un des sommets de la Musilac. Le set passera évidemment trop vite et on est bien comptant d’avoir tripé avec elle dans ce désert australien bien plus rempli d’humains que deux minutes avant son arrivée sur les planches. Courtney, revient vite nous voir.

Lou Doillon
 

Sur la scène Lac, à 17h55, Lou Doillon arrive devant nous avec ses musiciens et elle va démarrer doucement. Sur cette tournée, elle vient défendre son deuxième album Lay Low qui est sorti en octobre 2015. Lou semble souffrir un peu de la chaleur tout comme nous d’ailleurs mais on tombe vite sous le charme de sa voix et de son charisme. Incontestablement, c’est une belle personne avec qui on aurait envie de passer du temps. J’avais été séduit par sa voix à la sortie de son premier album Places en 2012 qui fut un vrai carton et une belle réussite artistique. Sauf que son dernier album ne m’a pas convaincu du tout car trop mou, trop linéaire avec ce sentiment de lassitude qui arrive très vite.

festival Musilac, Aix les Bains, Lou Doillon, 3ème journée, live-report

Sur scène, c’est le même effet. En plus avec la chaleur, on se retrouve vite amorphe. Lou as beau nous taquiner timidement en nous disant qu’elle aime voir les gens se rouler des pelles pendant ses concerts et de nous proposer de nous lâcher, de se laisser aller, de bouger la tête ou juste un bras, ça ne suffira pas pour nous réveiller. Au bout d’un petit moment, la musique s’accélère un peu, on reste un tantinet réceptif mais ça ne sera pas suffisant pour rester jusqu’au bout des 50 minutes. Son folk-blues ne nous passionne guère et c’est dommage car pour Lou, on apprécierait d’aimer davantage sa musique mais définitivement, on n’y arrive pas.


 

festival Musilac, Aix les Bains, Lou Doillon, 3ème journée, live-report

St Germain

Le revenant Ludovic Navarre alias St Germain est revenu en 2015 avec un troisième album éponyme, 15 ans après le brillant Tourist, excellent album de musique électronique qui s’était vendu à l’époque à 4 millions d’exemplaires à travers le monde dont 800 000 en France. L’homme qui a joué avec Herbie Hancock et Claude Nougaro a donc finit par reprendre le chemin des studios et les concerts en cette année 2016. On le retrouve donc devant nous en fond de scène derrière sa platine et il est bien trop discret ailleurs. En avant-plan, on retrouve ses musiciens africains qui vont nous présenter leur nouvel album. Nous sommes sur la scène Montagne, il est 19 heures et nous aurons droit à 50 minutes de world music. St Germain est une formation douée pour mélanger machines et instruments et avec ce troisième album, on apprécie le mélange entre modernité et racines. Par contre, on s’ennuie un peu.

festival Musilac, Aix les Bains, st germain, 3ème journée, live-report

Le fait de jouer en plein jour et dans le cadre d’un festival n’aide pas à nous transporter et à faire véritablement le voyage avec eux. C’est mou, c’est calme et sur scène, ça ne bouge pas ou si peu. Heureusement que le guitariste avec sa bonne tête et ses bonnes joues est là pour mettre un peu d’ambiance. On décroche vite et je pense que dans une salle, le show de St-Germain donnerait 100 fois mieux même s’il y a des chances que Ludovic Navarre amènerait encore sa tête de déprimé. Sur scène, en résumé il n’apporte rien hormis le fait de jouer avec sa platine. On file avant l’heure afin de retrouver la scène Lac et surtout the Editors qui sont incontestablement un des moments les plus attendus de ces trois jours de votre Lebonair.

festival Musilac, Aix les Bains, st germain, live-report, 3ème journée

crédit photos: Lebonair

Suite et fin de ces trois jours avec Editors, Foals, Louise attaque...



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements