Ty Segall and The Muggers aux Eurockéennes 2016

Vendredi - 1h15 - La Plage
 

Du haut de ses 29 ans, Ty Segall a déjà une carrière assez folle derrière lui avec une dizaine d’albums à son actif. Pour son passage aux Eurockéennes 2016, il est chargé de conclure les débats sur la Plage, pour un concert complètement barré, empreint de générosité.

Accompagné des Muggers, Ty nous déroule tout d’abord un garage rock des plus classiques, efficace mais sans réelle originalité. Quelques passages psychédéliques à la guitare et au clavier viennent à peine éclairer la musique d’une pointe d’originalité. Le son est en tout cas très bon et le public nombreux, assez déchaîné sur les rythmiques les plus rapides.

Ce qui séduit réellement dans le concert, c’est le jeu de scène et la générosité du frontman, particulièrement spéciaux. Sans doute déjà pas mal alcoolisé, ce dernier n’hésite pas à invectiver le public, faire un câlin aux retours… Lorsqu’il aperçoit un homme vêtu d’un t-shirt Donald Trump et d’un drapeau confédéré, Ty invite le public à le pointer du doigt en criant « Shame » pendant de longues secondes. On n’aurait pas aimé être à la place de l’intéressé !

ty segall, the muggers, eurockéennes, 2016

Mais mis à part ces facéties, le personnage comme le groupe transpirent la passion et inspirent la sympathie. Alors qu’une averse soudaine s’abat sur la presqu’île, décidant une bonne partie des spectateurs à rentrer, le groupe n’hésite pas à dépasser l’horaire prévu pour jouer des titres jusqu’au bout de la nuit devant un public plus que restreint, « le peuple de la pluie » comme l’appelle Ty lui-même. Ce genre d’attitude plutôt rare dans le rock aujourd’hui est vraiment appréciable et nul doute que tous les spectateurs restés jusqu’au bout auront apprécié ce concert privilégié.

Photo : Brice Robert / 2016



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements