Marillion – F.E.A.R.

"Non, F.E.A.R n'égale pas son prédécesseur (...) pour autant, c'est un bel ajout à la discographie exceptionnelle d'un groupe qui ne l'est pas moins"

"Fuck everyone and run", rien que ça. On peut dire que pour son 18e album, Marillion a nommé son album de façon assez non-conventionnelle. Reste qu'au niveau des paroles, pas de révolution à attendre, puisque l'on retrouve la plupart des thèmes chers à Steve Hogarth, écologisme, pacifisme, point de vue amer sur le monde moderne. Et la musique ? F.E.A.R est avant tout un album apaisé, qui bénéficie de tout le savoir-faire du groupe, mais fait également preuve d'un certain classicisme qui l'empêche de séduire autant que son prédécesseur.

Sounds that can't be made marquait l'apogée de la période ouverte avec Marbles (2004) et voyait le groupe abandonner les double-albums pour ne conserver que le meilleur de ce qu'il avait composé. Sorte de fin de cycle et petit sommet créatif, il était difficile de deviner à quoi s'attendre cette fois-ci, à plus forte raison quand on parle d'un groupe à la carrière aussi longue et féconde que celle du quintet anglais.
 

L'album est construit de façon assez similaire au précédent : 5 titres, trois longues pièces au début, au milieu et à la fin, et deux titres plus courts qui viennent entrecouper ces longues plages. Marillion se concentre plus que jamais sur ses mélodies, simples mais si belles, de sorte que c'est toujours avec grand plaisir que l'on se plonge dans l'écoute de cette nouvelle livraison. Parvenir à livrer des titres aussi longs mais aussi riches, au sein desquels les différentes parties (qui ont toutes leur propre sous-titre) s'enchaînent sans accrocs, est loin d'être donné à tout le monde.

Le temps passe sans que l'on s'en rende compte, perdu dans cette beauté mélodique de tous les instants. Le fait que les titres présentent moins d'aspérités qu'ils auraient pu le faire n'est pas nécessairement gênant pour peu que vous ne soyez pas allergique au Marillion de ces dernières années (de toutes façons, les auditeurs qui ont laissé tomber depuis le départ de Fish savent à quoi s'en tenir). Pour les novices, la durée des titres n'a pas de quoi effrayer, tant elles sont accessibles et bien ficelées.

Si bien ficelées que les aficionados regretteront en revanche une certaine absence de prises de risques. Si les progressions mélodiques sont magnifiquement ciselées, elles ne sont pas très surprenantes et l'amateur de prog' pourra trouver le temps un peu long. "Living in fear" par exemple, malgré une belle montée finale, n'est pas le titre le plus intéressant du répertoire du groupe, aussi plaisnt soit-il par ailleurs. On peut faire le même reproche à certaines sous parties des longues pièces, qui auraient sans doute mérité de proposer davantage d'aspérités. Ce petit côté plat n'est pas un écueil insurmontable; il serait en effet dommage de laisser ces quelques regrets ternir le tableau plus que de raison.


fuck everyone, rothery, hogarth, new kings, 2016


Parce que Marillion est toujours un groupe incroyablement doué, et que les différentes parties des 20 minutes de "The Leavers" s'enchaînent à la perfection, sans que l'on se sente jamais perdu au sein d'un maelstrom trop complexe. Parce que, et tant pis si je me répète, la beauté des mélodies est toujours hypnotisante. Parce que si Steve Hogarth recycle ses thèmes de prédilection, il est toujours un chanteur d'exception. Parce que des albums comme ça, on veut bien en recevoir tous les jours et parce qu'on est forcément plus exigeant avec un mastodonte comme Marillion qu'avec un groupe débutant.

Non, F.E.A.R n'égale pas Sounds that can't be made, et si vous souhaitez découvrir ce groupe qui le mérite 100 fois, de par son talent et sa démarche artistique et commerciale très courageuse (le groupe est un des pionniers du crowdfunding, qu'il a expérimenté dès 2001), on vous conseillera plutôt le second. Pour autant, ce F.E.A.R est un bel ajout à la discographie exceptionnelle d'un groupe qui ne l'est pas moins.

7,5/10
 

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

NOTE DE L'AUTEUR : 7 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements