Nine Inch Nails – Not the actual events

"Il est tout à fait raisonnable de penser que cet EP n'est pas le "actual event", mais un simple apéritif"

Bien qu'il ait une certaine tendance à tourner en rond et semble davantage prendre son pied à créer des paysages sonores pour le cinéma (avec les bandes originales de Patriots Day et le documentaire The Vietnam War, qui font suite au documentaire produit par DiCaprio sur le changement climatique), Trent Reznor semble ne pouvoir se résoudre à abandonner son monstre de Frankenstein et y revient encore et toujours (quand il ne va pas faire un coucou dans la prochaine saison de Twin Peaks). C'est ainsi qu'après avoir annoncé un retour en 2016, il aura attendu le 23 décembre pour sortir ce nouvel EP, concocté avec Atticus Ross, désormais membre à part entière de la présente incarnation de NIN


reznor, atticus ross, burning bright,


Not the actual events prend le contrepied de Hesitation Marks (2013), qui revenait à des boîtes à rythmes millimétrées et des ambiances venimeuses savamment distillées. Ici, tout est rugueux, avec une production volontairement crade. Ayant passé la cinquantaine, il semblerait que Reznor ait laissé sortir le punk qui sommeille en lui. "Branches / bones", au riff ultra simpliste,  ne dépasse même pas les deux minutes. Droit à l'essentiel, merde aux fioritures, place à l'énergie et l'insouciance. Un choix qui ne fera pas que des heureux, mais qui pourrait s'avérer salvateur, même si on attendra bien sûr le prochain enregistrement long format pour se prononcer. Toujours est-il que Reznor retrouve un peu du côté abrasif de ses premières productions, et une certaine vitalité. 

Cela étant dit, soyons honnêtes, l'ensemble demeure plutôt moyen. Le deuxième titre, "Dear World", est du NIN pur jus comme on en a déjà entendu si souvent, et le bruitiste "She's gone away" ne va nulle part. Fort heureusement, les deux titres restants sont bien meilleurs. L'agressif "The idea of you", avec son riff industriel des familles, fera plaisir aux fans, mais c'est surtout le dernier morceau, le long spleen "Burning bright", qui relève le niveau. Désabusée, lourde et pesante, mais aussi mélodique et planante par moments, cette longue piste de musique tournant autour d'un unique riff est la vraie bonne surprise de cet EP, et le seul titre véritablement fort. 


 

En résumé, Not the actual events est tout sauf indispensable. Il s'agit d'une reprise de contact légère, sortie un peu à l'arrache pour relancer la machine, souder le nouveau line-up, décider tranquillement d'une nouvelle direction pour le prochain album et probablement bénéficier d'un peu de soutien presse pour se placer en festivals l'été prochain. Reznor a annoncé "deux événements pour NIN en 2017". Il est donc tout à fait raisonnable de penser que cet EP n'est pas le "actual event", mais un simple apéritif. A suivre...

Sortie le 23 décembre 2016 chez The Null Corporation
 

NOTE DE L'AUTEUR : 6 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements