Aaron Keylock – Cut Against The Grain

Voici un jeune prodige de 18 ans, qui joue de de la guitare depuis ses 8 ans, et respire le Blues comme s’il en avait 68. A l’âge où l’on vient de passer le Bac, Aaron Keylock lui vient d’enchaîner plus de 200 concerts en trois ans (dont le Download Festival en 2015) et jouait déjà dans les pubs d’Oxford à 11 ans, ce gamin n’a rien d’ordinaire. 

Ce premier album, Cut Against The Grain, n’a rien de novateur dans le style, si l’on m’avait dit « Ecoute cet album de 1974« , j’aurais été bluffé et déçu de n’avoir connu cet album avant mais il n’en est rien, Aaron, vient d’ailleurs, il vient d’avant. Faire du pur revival peut être casse-gueule mais là, à l’écoute de sa grande technicité et de son timbre de voix déjà affirmé, Aaron Keylock a déjà tout d’un grand, le genre de gars qui aurait eu sa place dans The Yardbirds au côté ou prenant la suite d’Eric Clapton, Jimmy Page et Jeff Beck. Non, je ne m’enflamme pas, c’est Aaron qui le fait, nous enflammer.

En sus, pour cet opus en trio, il est accompagné de deux grands groovers, Jordan Maycock à la basse et Sonny Miller Greaves à la batterie, un trio énergique, robuste mais tout en souplesse, laissant la place qu’il faut aux soli de guitare électrique d’Aaron Keylock, mais sans trop faire montre de sa virtuosité qu’on entend tout de même. Le kid touche la perfection avec ce premier album, c’est déconcertant. Les onze titres de cet album, il les a écrits tout au long de son adolescence, a eu le temps de les faire mûrir sur scène, par exemple « Just One Question » a été écrite lorsqu’il avait 13 ans… Ecoutez ce solo à en pleurer. Un pur titre zeppelinien pour cave concert bien chaude. Comment ? La question reste ouverte. Ecouter cet album et vous comprendrez que ce chanteur guitariste n’a rien à voir avec son époque, c’est un cadeau dans la morosité ambiante. 

Pour bien faire, c’est Fabrizio Grossi qui a produit l’album, il avait déjà bossé avec Alice Cooper, George Clinton, Zakk Wylde… Ca pose une clairement patte, un son net et franc, de la rondeur, pas trop de grain mais quand l’album s’appelle Cut Against The Grain… Pour la touche de cet album, Aaron Keylock avoue avoir un style de riff à la Led Zeppelin mixé avec du Johnny Winter et à son propre style dans lequel on trouve beaucoup de plans au slide. Ce petit anglais nous rappelle une autre révélation, mais Texane, de l’an dernier, Tyler Bryant and The Shakedown, une attitude, un chant et un style assez similaire. Bon Tyler Bryant est un tout petit plus vieux, 25 ans, mais il est bon de voir que de jeunes révélations talentueuses se réapproprient le style Blues Rock et ne le laissent pas bêtement s’éteindre avec la fin des derniers géants du genre. Mission accomplie pour Aaron Keylock et Tyler Bryant, on en attend d’autres et de voir vraiment redécoller ce genre qu’on a tant aimé et qu’on aime toujours.

blues, mascot, provogue, nouvel album, Aaron Keylock, Cut Against The Grain
Crédit photo : Austin Hargrave

01. All The Right Moves
02. Down
03. Medicine Man
04. Falling Again
05. Just One Question
06. Against The Grain
07. That’s Not Me
08. Try
09. Spin The Bottle
10. Sun’s Gonna Shine
11. No Matter What The Cost

Sortie le 20 janvier chez Mascot / Provogue

NOTE DE L'AUTEUR : 9 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements