As It Is – okay.

Fraichement signés chez Fearless Records et forts d’un premier album prometteur sorti en 2015 (Never Happy, Ever After), As It Is reviennent cette année avec un nouveau bébé sobrement intitulé okay.. A l’heure où le pop/punk voit de plus en plus de groupes émerger, les anglais arrivent à se démarquer avec un style original bien à eux et des compositions plutôt matures pour leur jeune âge.

Si l’on vous dit Brighton, vous pensez sûrement à sa plage, son pavillon, le Brighton Peer, ou encore le Preston Manor. Mais la ville est également un nid à musiciens, surtout aujourd’hui: James Bay, Royal Blood, Architects, The Kooks… tels sont les talents originaires du sud de l’Angleterre. Vous vous en doutez, As It Is (ou Λ\ pour les intimes) ne dérogent pas à la règle. Et même s’il est compliqué d’évoluer dans ce genre musical, le quintette ne craque pas sous la pression et nous offre un second album loin d’être décevant.

as it is, pop punk, okay, album, rock, fearless records

L’opus s’ouvre donc avec «Pretty Little Distance», et jusque là, pas de surprises: un hymne rock teinté d’influences power pop et des paroles un peu cheesy. Toute la première partie de l’album est assez similaire, pas franchement variée: pas de prises de risques niveau structure et instru, le groupe ne sort pas des sentiers battus. On remarque toutefois la progression du chanteur principal, Patty Walters. Moins nasillarde et plus contrastée, sa voix est plus agréable qu’à l’époque où il faisait encore des cover sur Youtube. Comme à leur habitude, c’est Ben Langford-Biss (guitare) et Alistair Testo (basse) qui épaulent Patty au chant, et donnent du relief aux morceaux. «Okay» et «Patchwork Love» font bon ménage et nous laissent sur une bonne première impression, mais on attend mieux pour la suite.

As It Is semblent s’être concentrés davantage sur les lead guitares et celles-ci sont un régal, notamment sur la seconde partie du disque. «No Way Out» marque un virage plus noir, plus sombre musicalement et au niveau des paroles. Le bridge est d’ailleurs plutôt violent, avec des sonorités qu’on trouve généralement dans la musique hardcore et une basse omniprésente qui fait du bien. Puis, c’est au tour de «Soap» de pointer le bout de son nez, et l’étonnement est total : agressive et marquante, la chanson est un mélange de punk, avec du chant tantôt crié, tantôt doux. Le mix est pertinent et embarque l’auditeur dans un univers méconnu.

La rythmique souvent redondante est sans doute le seul point négatif de okay. Cependant, les mélodies accrocheuses et travaillées rattrapent le tout. «Until I Return», et «The Coast Is Where Home Is» renouent avec le pop/punk d’antan, celui qu’on a toujours aimé: les débuts de Simple Plan, Blink-182 ou Sum 41. Mais As It Is arrivent toujours à ajouter une touche personnelle et sympatoche à leurs titres, c’est pour cela qu’on ne peut pas passer à côté.

Sortie le 20 janvier chez Fearless Records.

 


as it is, pop punk, okay, album, rock, fearless records
 

Tracklist:
Pretty Little Distance
Okay
Hey Rachel
Patchwork Love
Curtains Close
No Way Out
Soap
Austen
Until I Return
The Coast Is Where Home Is
Still Remembering

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements