Bleeker + Cortes – les Etoiles à  Paris (24.03.17)

A la rédaction Rock, au sujet des Canadiens de Bleeker, il nous manquait un live-report pour compléter comme il se doit notre fort enthousiasme concernant  ce groupe dont on aime beaucoup la spontanéité, l’enthousiasme décoiffant et leur grande fraîcheur. En quelques mois, on vous a parlé dans nos colonnes de leur EP puis on vous les a présentés en interview, on a enchainé ensuite par l’excellente chronique à 9/10 de leur premier album Erase You qui vient de sortir dans les bacs et on termine donc la série par ce compte-rendu de concert en forme de showcase qui s’est tenu ce vendredi 24 mars aux Etoiles à Paris.

On peut vivre depuis des années à la capitale, passer sa vie dans les salles et découvrir encore des nouveaux lieux de concerts. Cela sera le cas ce soir. On est à 150 mètres du New Morning dans le quartier Château d’Eau et c’est seulement quand on se trouve face à l’entrée qu’on se dit ah oui, c’est là Les Etoiles. Ce lieu qui était un ancien théâtre à rouvert ces portes il y a deux ans après plusieurs années de travaux et de plus en plus de concerts sympas sont organisés ici notamment de jeunes talents à découvrir. Ce soir est donc la soirée des premières. On rentre malheureusement trop tard dans la salle pour découvrir Cortes la première partie qui avait démarré à 20 heures pétantes pour 25 minutes.

 

Bleeker, les etoiles, Paris, live-report, concert, erase you

A la fin de la soirée, une demoiselle nous offrira leur EP de 5 titres et à l’écoute de ce dernier, on regrette d’avoir raté leur prestation même très courte tant ces morceaux sont rudement bons. "Close To Nowhere", "Towers", "Think About It", "Crossover", "Facing My Fear " sont d’excellentes chansons rock. Ils sont trois dans le groupe, Andy Cortes, Sam Davies et marijus Aleksa et à eux seuls, ils s’envoient fort bien. On vous conseille de faire un tour sur la toile et de découvrir une de leurs vidéos. On va les suivre de plus près à partir de maintenant. Il est 21 heures quand Bleeker investit la scène. C’est une drôle de scène d’ailleurs en forme de boîte. Allez-y faire un tour et vous comprendrez mieux ce que l’on veut dire.

 

Bleeker, les etoiles, Paris, live-report, concert, erase you

On a un peu peur de ce que va donner le son mais il sera d’enfer tout le long de la prestation de Bleeker. On retrouve sur les planches Taylor Perkins au chant, son frère Cole Perkins à la guitare et en seconde voix, le bassiste Mike Vandyk qui chantera parfois également plus un batteur. La salle est bien remplie, on doit être environ 150 personnes et on peut observer le regard pétillant de la part de certains fans. Sur scène et dans la fosse, tout le monde a le sourire et c’est parti pour une heure remarquable. On est séduit d’entrée et on ressent le même plaisir que sur disque, la même folie contagieuse. C’est un peu comme si on avait tous 15 ans avec l’âme d’un adolescent en écoutant Bleeker sur disque ou en les voyant sur scène.

 

Bleeker, les etoiles, Paris, live-report, concert, erase you

Ils nous procurent un bien fou et c’est tellement rafraîchissant de les voir si légers et si frais. On est séduit par le charisme de Taylor Perkins, par son entrain et bien évidemment par sa voix. Il chante parfaitement bien car il possède une voix légèrement éraillé, ni trop grasse, si trop légère, parfaite pour ce style de rock fun et sans prise de tête. De plus, Taylor est plein d’humour, il arbore constamment un super sourire et vraiment le blond Canadien a tout pour lui. Il bouge son public, le fait chanter et il tendra même le micro à votre chroniqueur du soir qui sera donc obligé de gueuler un gros OH YEAH. D’ailleurs, Taylor en profitera pour se moquer un peu de l’accent bien français qui sortira un très court instant du micro. Vraiment, l’ambiance est bon enfant et on s’éclate, on fait même des petits sauts de kangourous avec joie et bonne humeur.

 

Bleeker, les etoiles, Paris, live-report, concert, erase you

Son frère Cole Perkins le brun qui est un peu plus posé assure son rôle à la perfection. Son jeu de guitare est très plaisant et il accompagne quand il le faut et très bien son frère au chant. Idem pour le bassiste Mike Vandyk qui fait groover sa basse et nous balance une rythmique d’enfer. Derrière aux futs, le batteur nouvellement arrivé dans le groupe est bien compact, précis et assure un train de folie. On aura l’immense plaisir d’entendre les 12 titres de l’excellent album Erase You qu’on aime tant à la Grosse Radio Rock plus un ancien titre "Last Cigarette" datant de 2013 et qui avait été écrit à l’époque de la première monture du groupe qui se nommait alors Bleeker Ridge. Pour raconter la petite histoire, les deux frères Perkins et les deux frères Steinke qui représentaient deux duos talentueux au sein de Bleeker Ridge se sont quittés en janvier 2016.

 

Bleeker, les etoiles, paris, live-report, concert, erase you

Ils avaient sorti deux albums ensemble. Depuis Bleeker Ridge est devenu Bleeker qui est le nom de la rue où à grandit les frères Perkins. Concernant les frères Steinke, Dustin le batteur de l’époque a intégré le groupe Sixx:AM qui comprend entre autres dans ses rangs l’ancien bassiste de Motley Crüe Nikki Sixx. Pour finir, on pourrait dire que la musique de Bleeker est un croisement entre Royal Blood, les Queens of the Stone Age dans son côté le plus pop léger et indéniablement aux Black Keys version album Brothers. On ressort de la salle ravie et on aurait très envie de prendre la route du soleil en voiture décapotable avec la musique de Bleeker à fond la caisse en gueulant des OH YEAH.

 

Bleeker, les etoiles, Paris, live-report, concert, erase you
 

Remerciements à Olivier Garnier/Replica, à Yann Landry

Crédit photos: Jérôme Agier



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements