Sleeppers – Keep Focus

Vingt-trois ans après leur formation, les Sleeppers sortent Keep Focus (chez At(h)ome ). S’il y a une constante dans la production du quatuor charentais (ils ont émigré à Bordeaux au tout début de la décennie 90), c’est la barre placée toujours plus haut quant à l’aspect « percutant » de leur son. Aucune surprise à ce niveau… et on ne s’en plaindra pas ! Passons aux détails, casque vissé sur la tête…

Premier titre « Keep Focus ». Gros riff de gratte qui tourne le temps d’une inspiration, la cavalerie est arrivée avant qu’on ait pris la deuxième (façon « Fixons les choses d’entrée garçon… ») Wahouf, quel son…
Le travail sur le mix batterie m’impressionne dès les premières secondes. La voix de Mammouth débarque. Je ne me risquerai pas à identifier le(s) chanteur(s) sur les morceaux suivants, Fred (Batterie), Rafa (guitare), Laul (basse) et Mamu/Mammouth étant crédités tous les quatre derrière le micro… Mais cette rage haut perchée si particulière, c’est celle du guitariste lead, pas de doute.

Sleeppers - Keep Focus - sortie : 29 Mai chez At(h)ome. Avec La Grosse Radio
Keep Focus. Crédit photo : Pierre Wetzel

Quand les Sleeppers attaquent, c’est l’estomac qui prend. « KEEP FOCUS », refrain en 3 syllabes chantées en choeur. 3 mouvements découpés chirurgicalement dans le gras de la masse sonore par la basse et la batterie. Ou plutôt 3 uppercuts que l’on reçoit au creux du ventre… « KEEP FOCUS », vous le hurlerez en salles de concerts, juste pour vous prouver qu’il vous reste des tripes après l’opération.

« Now are you », morceau suivant. Les voix de Laul et Mammouth s’entremèlent (oui, finalement, je me mouille encore), chant clair et chant saturé se superposent sur un morceau couillu et expéditif, sec et violent comme une bonne baffe. La basse est ici un poil plus en avant. Le morceau de 3 minutes 40 passe en 2 minutes à peine… (??!)

« Blackout », premier single issu de l’album (en diffusion en ce moment même sur La Grosse Radio). Morceau parfait pour vous parler du travail de Frédéric Norguet sur ce disque. Producteur de Sleeppers depuis le tout premier album et grand Monsieur (il a notamment posé sa patte sur des albums de Lofofora, EZ3Kiel, Burning Heads… mais la liste est extrêmement longue et pourrait mériter un article à elle-seule). La partie voix est bâtie sur un classique « couplets parlés » avec voix filtrée « téléphone » suivis de refrains hurlés… Là où cet effet de filtre peut nous lasser ailleurs et datera indéniablement certains morceaux tant il est à la mode, Norguet nous construit un tube. La faute à cette gratte aérienne toute en réverbes, là-bas derrière, quand cette autre taquine la voix nerveusement à l’avant-plan. Du travail d’orfèvre, la vraie marque des grands… et puis ce son de batt’… toujours !

« 23 ( Enigma) », retour aux fondamentaux du groupe. Morceau aux arrangements millimétriques, on sent là le travail pour placer chaque petite note, chaque effet qui nous tiendra en haleine… La voix conte une histoire que je serais bien incapable de vous retranscrire, la faute à mon anglais plutôt défaillant.

La plage 5 du disque, « Skin » est un joli hors-champ… Premier featuring de la galette, il met en scène la voix chaude de Dre Gipson, claviériste chanteur du mythique groupe Fishbone, quasi inventeur du genre Fusion. Pur moment de grâce, si ce morceau ne vous dresse pas les poils des avant-bras au garde-à-vous, c’est que vous logez dans le tiroir coulissant de la morgue du coin. Hors-champs, mais certainement pas hors-sujet.

Sur « The Box », une autre facette du groupe. « Ca balance », pour ne pas dire un « ça groove » qui serait probablement hors-propos sur ce genre de musique. A une question-réponse jouissive d’intro succède un morceau que Mike Patton (mode « groovy metal »… avec Patton, il faut toujours préciser le mode) n’aurait peut-être pas renié.

« Divide » est le second featuring de l’album. EZ3KIEL est au complet pour partager les quasi 8 minutes de la septième plage. Le joyaux de l’album selon moi… Ou comment mêler les talents de deux groupes si différents musicalement parlant. Arrangements électro somptueux sur une base noise rock qui donne envie de foutre en l’air les chaises et les tables environnantes. Ce moment où vous avez envie de hurler aux personnes qui ont le malheur d’être aux alentours « Ah mais putain, voilà : ça c’est du Rock bordel ! »

Sleeppers - Keep Focus - le 29 Mai 2012 chez At(h)ome avec La Grosse Radio
Crédit photo : Pierre Wetzel

Pas de remplissage, « Anchored » et « Post Traumatic » enfoncent le clou. « Anchored » sur un mode noise, évidemment parfaitement maitrisé, « Post Traumatic », un peu plus bourrin (avec extraits d’archives en français à l’appui) semblent taillés pour la B.O. d’un film un peu barré qu’on aimerait voir projeté.

Morceau quasi Progressiv Rock, introduit au clavier et entièrement instrumental sur les 5 premières minutes, « Hidden Beauties » vient magnifiquement conclure Keep Focus.

Coup de coeur de cette première moitié d’année 2012 pour moi (plus trivialement j’aurais simplement écrit « grosse claque » !), je le place immédiatement dans la petite malle aux trésors qui explique comment nous trouvons la motivation pour nous battre tous les jours pour la musique indépendante.

Il y a des moments comme ça où on a envie de frapper un grand coup derrière les oreilles des programmateurs musicaux de nos chers médias de masse… D’innombrables moments, en fait, c’est vrai.  Mais que leur dire pour leur ignorance d’un groupe connu de tous les spécialistes, professionnels ou pas, de la scène rock française – un groupe qui a le droit à des critiques systématiquement dithyrambiques pour leurs prestations scéniques ou enregistrées. Espérons qu’ils ne passeront pas à côté de cet album qui marquera tout ceux qui n’ont pas d’espace à vendre pour le jambon Madrange entre deux émissions « culturelles ».

SLEEPPERS – Keep Focus. Sortie officielle : 29 Mai 2012 (At(h)ome)

NOTE DE L'AUTEUR : 9 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements