Demians – Battles

"Le choix de Chapel de s'éloigner de ses origines prog' ne fera sans doute pas que des heureux, pourtant il s'agit au final autant d'une évolution naturelle que d'un challenge artistique, par ailleurs remporté avec brio."

L'album est sorti il y a quelques mois déjà (fin décembre / début janvier, vu qu'il s'agit d'une auproduction c'est difficile à dire), mais il serait dommage de passer à côté. C'est pourtant bien ce qu'il s'est passé, puisqu'après de multiples reports, nous avons bien failli oublier ce 4e album du projet de Nicolas Chapel. Demians a constamment mué, passant du progressif bien fichu mais trop académique à un rock indéfinissable à la personnalité bien plus marquée sur l'excellent Mute (2010), avant de se diriger plus franchement vers le rock pur et dur sur Mercury (2014). La mue est achevée, et c'est de rock au sens le plus strict du terme qu'est constitué ce quatrième effort, même si les sonorités chères à l'artiste sont bien présentes, tout comme une grande rigueur dans l'écriture et une exigence de tous les instants.


nicolas chapel, mercury, mute


Indéniablement, devant cette évolution assez radicale, il y a dû y avoir des déçus, et on les comprend. Néanmoins, ce passage à des structures plus simples, à des titres plus courts est définitivement une évolution, et non pas un reniement du passé. Car tout comme Mercury, Battles comporte des mélodies typiques de Demians, et les amateurs du projet ne se retrouveront pas en pleine terra incognita. La voix de Nicolas, ces ambiances influencées Steven Wilson du fait d'un léger spleen omniprésent, pas de doute, c'est Demians. Ces mélodies typiques cotoient pourtant des riffs de rock à l'ancienne : l'alternance des couplets et refrains de "Catchlight" en est un parfait exemple. 

Du rock à l'ancienne. Car s'il y a quelques passages un peu grunge (la dissonance de "Right by your side") voire stoner ici et là, c'est bien vers les années 1960 et 1970 que Demians se tourne, vers les monstres sacrés comme les Beatles et Led Zeppelin (voire Jimmy Hendrix sur "Scissorspaperstone"). Le parallèle avec les premiers nommés est plus frappant, d'une part parce que les titres de Battles sont des chansons (pas de titre à rallonge ou de solos interminables ici), d'autre part du fait de l'aisance de Nicolas Chapel à écrire des titres accrocheurs et intéressants en jouant pourtant des parties instrumentalement simples. Or, c'est sans doute là le plus grand challenge d'un musicien de prog', pour qui écrire des cacades de notes qui défilent à la vitesse de la lumière est plus évident que d'écrire un titre simple et bien charpenté, en d'autres termes une vraie bonne chanson (c'est en tous cas une idée qui revient à longueur d'interviews). 
 


Le choix de Chapel de s'éloigner de ses origines prog' ne fera sans doute pas que des heureux, pourtant il s'agit au final autant d'une évolution naturelle que d'un challenge artistique, par ailleurs remporté avec brio. Si Mercury comportait un titre raté qui gâchait un peu le plaisir, son successeur ne réitère pas la même erreur et se montre admirablement construit, rythmé, avec des titres dont la simplicité apparente cache une vraie profondeur (le break final de la chanson titre est un modèle du genre). Musicien de prog', Chapel l'est encore de par l'exigence dont il fait preuve. Et si la forme est déstabilisante au premier abord, le fond n'a finalement pas tant changé. Nicolas a opéré une mue que l'on aurait pu croire contre-nature (le genre de virage régulièrement taxé de trahison), mais c'était au final une évolution nécessaire pour partir à la découverte de lui-même. Demians demeure plus que jamais un gage de qualité, et un projet que l'on continuera de suivre avec passion, tant il met la pige à bon nombre de soi-disants "rockers" et rappelle qu'il ne suffit pas de pousser les amplis à 11.


Le site Internet 

La page Facebook

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements