Blackbird Hill – Midday Moonlight

Blackbird Hill revient. Le duo bordelais nous propose Midday Moonlight, un maxi 6 titres, qui ravira les amoureux du blues. Avec toujours cette subtile alchimie entre une guitare sur-saturée et des sonorités ultra-léchées. guitare / batterie / voix, la formule n’est pas simple, mais le résultat est plus qu’intéressant.

Max et Alex ont écrit cet album sur fond d’idées bien sombres. Sur leur site web, ils expliquent la genèse de ce projet :
« La mort est l’entremetteuse de ce recueil. Un homme à cheval, au pas de course, la rage au ventre et la vengeance au bout des mains. Une scène d’étreinte lubrifiée au bourbon, alors que la menace de mort remplace le mot doux. Un passé qui la nuit vient rendre tout futur obsolète. Deux garçons sur la route, suivant les traces de leur père, preacher pendu un matin de lune. De quel côté du flingue la mort frappe-t-elle vraiment ? Courrons, comme des dératés, nous n’y échapperons jamais. Avoir peur de la mort, c’est être vivant. C’est voir la lumière de la lune en plein jour.« 

Pas très joyeux tout ça…
Et ça s’entend. Sur fond de guitare ultra-saturée, le duo envoie un Power Blues, au tempo lent, au rythme pesant, bien au fond du temps. La marque de fabrique, déjà très marquée sur leur précédent EP, n’a pas changé. C’est blues, très blues. Tout sur les gammes pentatoniques, pas de fioriture.

Un coup de caisse claire, et la guitare se met à ronfler. Les lampes de l’ampli voient rouge, tellement la saturation est puissante, prélude à des mélodies toutes en finesse, au service d’une voix cristalline (« Trigger Law »). Ne t’y laisse pas prendre, ça s’énerve après. Blues oui, mais tendance rock quand même. Même si le retour aux racines et au slow-hand revient dès le second morceau (« Horseback Sight »).

Mais les Bordelais savent aussi chatouiller le boogie (« Run like mad »), ou le rock plus brut (« Hold Your Fire »), aves une accélération du tempo. Ce n’est que pour mieux replonger sur un blues limite stoner, bestial, agrémenté de petites fioritures guitaristiques pour aérer cette atmosphère étouffante (« Midday Moonlight »).

Le son de cet EP est prodigieusement construit. Aucun ronflement d’ampli intempestif, une finesse de batterie incroyable, cet album a été réalisé avec une production ultra-léchée. Peut-être un peu trop, le blues aime bien quand ça gratte un peu, mais on ne pourra rien reprocher à Blackbird Hill. Ce son, cette qualité, est tout à leur honneur. Ecoute « Stories from the road », l’ami. Mais pas sur un vulgaire ampli de téléphone, non. Le son mérite ce qu’il y a de mieux. Clique et écoute.

Blackbird Hill continue son chemin. Ils ont réussi à imposer leur patte, leur style, mélange de son énorme et de finesse.
Midday Moolight est assurément un bel objet. A écouter de toute urgence.

Pour suivre Blackbird Hill, rendez-vous sur leur page Facebook.

Midday Moonlight, sortie le 5 mai 2017, disponible ici.

Power blues, blues, Nouvel EP, 2017, Bordeaux

Photo : Scarlett
 

NOTE DE L'AUTEUR : 7 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements