Baptizein & Secret Yolk – EP #5

On a découvert Baptizein & Secret Yolk au génial festival This Is Not A Love Song de Nîmes cette année (voir lien report et interview sous l'article) et l'on ne peut pas dire que ce fut une joie de vivre qui nous fut transmise lors de ce concert en plein festoche flower power mais bien ce qu'il y a de plus décadent dans la musique, cette aspect sale et sombre, rugueux et insane. Bref, tout ce qu'on aime ! Mais oui, point d'ironie ici. Baptizein & Secret Yolk est une sorte de Nick Cave and The Bad Seeds from Sedan ! Alors forcément, cela nous interpelle.

#5 car c'est leur troisième EP depuis leur création en 2014. Normal, en somme. Mais il faut bien sûr ajouter les deux singles sortis pour faire le compte. Les Baptizein & Secret Yolk, en toute indépendance, sortent leurs prods par à-coups, quand c'est prêt, et grand bien leur fasse car il vaut mieux un EP qui accroche qu'un album chiant et fourre-tout. Et pour ce #5, qui gratte bien plus que celui de Chanel mais qui est tout de même bien plus dans notre veine qu'en goutelette sur notre cou, on est dans le décapant, dans le psyché et la psyché, c'est déroutant, crasseux et dégoulinant de sueur garage. Tout ce qu'il nous faut donc pour cet été caniculaire.

The Rolling Stones, T.Rex, Elvis, Lennon, on s'en réfère aux grands déglingués de l'histoire du Rock dans "I Believe". Baptiste croit au Rock et l'aime, pour son âme. Sans compromis, l'EP est grincant, pas de "Negociate", ça roule à contre-temps, en décalé, des vagues qui s'entrechoquent entre la basse et la batterie. Le traitement de la voix nous la fait plus ressentir que la comprendre. Garage rock quand tu nous tiens aux tripes, impossible de lâcher, c'est un "Love Is Strange" entre nous. Sur cette dernière compo courte, Baptiste y "croone" implacablement en marchant seul dans les rues, fumant ses clopes. Ses démons le poursuivent à en croire la lourde l'instru cadencée de "Milk, Salad & Cold Turkey" hallucinée où l'on pourrait croiser des sangliers roses ardennais.

EP, psyché, garage, Sedan, Baptizein & Secret Yolk, EP #5

Si l'on a pu lire ci et là, la filliation avec Nick Cave (que Baptiste Béthune lui-même invoque), il faut revenir aux années punk de l'Australien pour que cela prenne musicalement son sens, puisqu'il s'est bien calmé ces dernières années. Remontons donc jusqu'à The Birthday Party, son premier groupe du début des années 80 cocaïnées londoniennes et berlinoises, underground et interlopes, psychobilly. Voilà, là nous sommes dans le crade et l'angoisse, dans la vie intérieure supérieure à celle de l'extérieure, où l'exutoire par la musique prend tout son sens, "I'm free, I'm wet", qu'il nous gueule le Baptiste pendant que les guitares chialent à la mort. Psyché, punk, garage, crasseux et humide, grinçant et décapant, cérébral et lourd, détaché et ailleurs, 5 titres à se brûler, à s'arracher la poitrine pour finalement se libérer.

Sortie le 30 juin en indé mais chez A Tantôt !

En écoute sur Soundcloud

Tracklist :
1. Negociate
2. I Believe
3. Love Is Strange
4. Milk, Salad & Cold Turkey
5. I'm Free, I'm Wet

Enregistrés, mixés par Lénaïc Locquy à la Caserne Fabert, Sedan, en janvier 2017

Crédit photos : Yann Landry / La Tête de l'Artiste au TINALS 2017

NOTE DE L'AUTEUR : 7 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements