Rencontre avec Pogo Car Crash Control

Pogo Car Crash Control, tu connais? Deux ans après leur première apparition sur la scène Ile-De-France de Rock En Seine, Lola, Olive, Louis et Simon se sont forgé un nom dans l'univers du rock puissant, mélangeant allègrement Punk, Hardcore, Métal, et plein de trucs qui secouent la tête. Un EP l'an dernier, et surtout une grosse présence scénique, qui les amènera cette année au Download Festival et au HellFest, rien que ça. En pleine préparation de leur concert à la Maroquinerie, le jeudi 12 avril, qui fêtera la sortie de leur premier album, Déprime Hostile, les P3C ont répondu à nos questions.

Déprime Hostile, votre premier album, est juste sorti dans les bacs.
Comment s'est passé l'enregistrement?

Lola: On est parti au même endroit que pour le précédent EP, au studio Black Box, près d'Angers. Après un an de tournée, on a trouvé notre son. Beaucoup de choses sont arrivées à maturation. On voulait pousser le son plus loin, pour que ça nous ressemble.

Olive: Pour l'EP, on avait fait uniquement les prises avec l'ingé son de Black Box, David Odlum. Mais on le trouvait tellement bien que, pour l'album, on lui a demandé de faire le mix aussi. C'est un Irlandais, il jouait dans un groupe qui s'appelait The Frames, groupe pas connu en France, Folk-Pop années 90.

Simon: Il a très bien compris l'esprit du groupe. C'est très agréable d'enregistrer avec lui. Dès qu'on lui donne une idée, une volonté, il capte directement...

Olive: La vraie différence entre l'EP et l'album, c'est le bas. On voulait du grave sur l'album. J'ai un peu regretté l'absence de bas sur l'EP, et sur l'album, c'était l'angle qu'on a souhaité: plus de bas. Un son plus heavy. On a mis tous nos meilleurs titres sur l'EP. On s'est retrouvé à sec pour l'album, qu'on a enregistré pas longtemps après. Donc il a fallu composer assez vite. De mon côté j'avais pas mal de maquettes, Simon aussi, on était quand même assez inspiré, et tout s'est fait assez vite. En trois mois on avait mis les compos en place, et on est parti en studio.

Déprime Hostile, P3C, Punk, Hardcore, Premier Album, 2018, Rock

Pogo Car Crash Control s’est construit sur scène. Comment retrouver l’énergie en studio ?

Lola: Cette énergie que l'on a en Live nous sert beaucoup en studio. On démarre en général par les prises basse/batterie. Et si on ne se donne pas à fond, les prises ne fonctionnent pas. Ça nous a aussi aidé à être plus carrés sur scène.

Louis: La préparation en live alimente notre travail en studio. On enregistre dans les conditions du live, on n'a pas un son archi-produit avec des effets de partout. On orchestre les morceaux différemment.

Olive: On fait basse / batterie / guitare en même temps pour démarrer un morceau. Et d'ailleurs on a gardé ces 3 prises sur la plupart des morceaux, alors que sur l'EP on avait retiré la guitare pour la réenregistrer. C'est beaucoup plus intéressant de garder la guitare enregistrée comme ça. Ça donne une ossature très live. On a gardé nos instruments, nos pédals-boards, notre son. A part un ampli Fender qu'on aime beaucoup et qu'on a utilisé en studio, on est resté sur notre matériel de scène.

Louis: Frédéric Lefranc, notre ingé son, nous a fait creuser l'univers des basses fréquences. C'est avec lui qu'on a changé notre son, qu'on a changé l'accordage de la batterie. J'ai adoré ce son, avec cet espèce de tom avec un timbre dessus.

Lola: C'est ce qu'on veut, même en live. Tu ne te prends pas les aigus dans les dents, tu tapes direct dans le bas.

Olive: En fait, ce qui m'intéresse le plus, c'est le studio. Mais en écoutant les gens, on est un groupe de live! Mais je préfère faire des albums. Je suis déjà en train de réfléchir au deuxième, au troisième, à celui que je ferai quand j'aurai 40 ans... Le studio, c'est génial. Tu peux écouter ce que tu fais, tu as un bon recul.

Vous allez pouvoir profiter de sons énormes, avec ces dates annoncées au Download Festival, ou au HellFest. À côté de ça, vous jouez également dans des petites, voire très petites salles. C'est la même préparation?

En fait, quand on a commencé à faire deux ou trois concerts par mois, je me suis rendue compte que je n'étais pas tous les jours dans un état positif pour faire un concert. Si j'écoute mes humeurs, j'ai juste envie de faire une soirée, boire une bière... Il a fallu que j'apprenne à me conditionner, à me faire un book de souvenirs qui me confortent dans l'idée que nos morceaux sont pertinents dans nos vies. Quand je sais que je ne suis pas en forme pour jouer, j'ai un espèce de rituel mental. Je me rappelle de mes maîtresses d'écoles qui me cassaient les burnes, etc... Et tout d'un coup ça revient, j'ai la dose de haine nécessaire, et d'amour aussi. Grande ou petite salle, du moment que j'ai cette mise en condition, c'est la même chose.

Louis: J'ai toujours la petite excitation du défi de chaque concert, juste avant. Il y a bien sûr des soirs où tu n'as pas envie, mais ça dure trente secondes. Mais bon, une fois que tu es dedans et que ça marche, c'est parti.

Lola: Et des fois ça ne marche pas! Je me rappelle d'une fois où le public était là parce qu'il y avait un événement dans leur village. C'était une fête de lycée. Les lycéens étaient venus pour se voir, ils attendaient le DJ-set. Ça allait sur scène, mais devant ce n’était clairement pas ça. Et d’ailleurs ça a fini en bagarre !

Olive: C'est vrai! Mais dans le fond, je trouve ça intéressant de jouer devant des gens qui n'ont pas nécessairement le regard figé sur toi. Je trouve ça un peu bizarre, de mettre l'artiste comme le but ultime d'une soirée.

Déprime Hostile, P3C, Punk, Hardcore, Premier Album, 2018, Rock

Vous avez un chemin parallèle avec les Johnny Mafia. Il n'y a pas beaucoup de groupes qui ont cette trajectoire fulgurante.

Simon: Les Beatles et les Rolling Stones! (rires)

Lola: On a quelques dates prévues ensemble. On se croise souvent. Les groupes de rock ne sont pas si nombreux sur la route ! Ils sortent juste de studio, on a hâte d’écouter ce que ça donne !

Olive : À la Maroquinerie, la première partie sera assurée par Chuck Twins California. C'est un projet parallèle de Théo, chanteur de Johnny Mafia, et de Nico, ancien batteur. On est super content. On se marre trop avec eux.

Aux racines du Punk, il y avait des valeurs assez frontales qui étaient portées par le mouvement. Cette dimension politique, au sens très large du terme, est moins présente, et en tous cas on sent que ce n'est pas forcément le moteur, dans P3C comme dans d'autres groupes de Punk actuels...

Simon: Je ne veux pas me mettre à dos les groupes engagés. J'en aime beaucoup, comme No One Is Innocent par exemple. Mais je pense que si les jeunes font moins ça, c'est parce que ça ne correspond pas à notre génération, et que c'est trop simple de dire "votez ci ou ça". Ça ne veut plus dire grand-chose.

Louis : On parle quand même de conditions de vie. La politique, ça nous saoule. C'est réducteur. Mais on en fait sans doute parce qu'on va parler de certaines souffrances, de la vie des gens... Mais il faut lire les textes, et essayer de les comprendre !

Lola: J'ai l'impression qu'on dit des choses plus profondes que la politique. Il y a un truc qui est moins direct que ce qui se faisait dans le Punk, mais on parle de valeurs morales, plus enfouies chez les gens.

Olive: En fait, plus personne n'est politisé. Dans les années 80, les Punks parlaient de politique parce qu'il y avait tout un contexte derrière tout ça... Et puis c'était un moyen de faire la fête, de se retrouver, d'aller au Parti Communiste... Pogo, c'est un gros FUCK à ça. N'attendez pas de nous des conseils politiques. Ce qui nous intéresse, c'est le sens des choses. En aucun cas je n'irai expliquer à quelqu'un ce qu'il doit voter, parce que ce n'est pas le propos.

Lola: " Tu veux un conseil, casse-toi et laisse-moi tout seul" ! (titre extrait du 1er EP, NDLR) On le dit dans les textes, tout est là !

Pour 2018, qu'est-ce qu'on vous souhaite?

Une victoire de la musique, dans la catégorie Musique Urbaine, Planète Rap sur SkyRock... Et surtout, du fun. Des lacs aussi, pour que Olive puisse nager. Dès qu’on a une journée et qu’il y a un lac, Olive va nager.

Olive :
La France est belle, autant en profiter!

Pogo Car Crash Control, en concert à la Maroquinerie le jeudi 12 avril, et partout en France.
Toutes les dates sur Facebook.
Déprime Hostile, nouvel album, sorti le 23 mars chez Panenka

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements