Anders Nyström, guitariste et co-fondateur de Katatonia

Un jour orageux, voilà un moment propice pour parler de tristesse et mélancolie... Mais pas seulement!

C'est en cette journée pluvieuse de la mi-juillet que nous nous sommes entretenus avec Anders Nyström , guitariste et co-fondateur de Katatonia au sujet de «Dead End Kings» leur nouvel album.

Une entrevue bien interessante, par un temps d'été suédois...

N.: Est-ce que l’image du corbeau sur la pochette de votre dernier album signifie un retour aux origines ou est-ce juste un clin d’oeil au passé?”¨”¨”¨

Anders Nyström : Et bien c’est une ressemblance qu’on a voulu mettre en lumière. En effet, le thème des oiseaux revient de manière récurrente dans nos albums et dans nos textes. On a donc aussi voulu reprendre ce thème dans le nouvel album, mais cette fois-ci en prenant un peu plus de distance, en le rendant plus surréaliste. L’oiseau n’est pas seulement là pour toutes les anciennes raisons comme la nostalgie, mais il représente aussi le titre du nouvel album «Dead End Kings». Puisque que le titre lui-même décrit la manière dont le groupe allait et va depuis ces 20 ans. 20 ans c’est une bien longue période, en effet... Et beaucoup de personnes nous demandent «cela fait 20 ans que vous êtes là, n’avez vous pas espéré avoir une plus grande notoriété, devenir un plus grand groupe que celui que vous êtes actuellement, être plus connus,  plus riches?» Et ainsi de suite, mais cela n’a pas d’importance parce que même si nous sommes dans une impasse, comme certaines personnes ont pus nous le dire, nous sommes les rois de cette impasse. C’est le concept derrière le titre, et ça marche bien avec la pochette parce que, la pochette entière, qui continue sur la quatrième de couverture du livret, présente un oiseau qui vomit un nuage de cendres qui est un en fait composé d’une multitude d’autres oiseaux qui descendent sur une allée sombre dans une aire désolée.”¨

Katatonia Cover Interview

N.: Je me demande où trouvez-vous l’inspiration pour traiter des sujets si désespérément tristes alors que vous semblez plutôt être des gars joyeux et qui aiment la vie?”¨”¨

Anders Nyström : C’est une chose à laquelle on ne réfléchit pas forcément et que l’on n’analyse pas, c’est juste très naturel pour nous. Nous sommes des êtres humains et évidemment chaque être humain a de différentes facettes. On ne peut pas apprécier la mélancolie si l’on ne connait pas le bonheur et vice versa. Mais notre dominante est tout de même certainement le côté mélancolique. C’est surement lié en partie au climat suédois, qui n’est pas comme ici,( quoi qu’aujourd’hui c’est un peu le même puisqu’il pleut) ,  tu sais, nous avons au plus que trois mois d’été, le reste du temps c’est l’automne et l’hiver, et cela évidemment va influer sur votre vision artistique et ressortir dans ce que vous créez. Je pense que c’est aussi génétique, la mélancolie est dans ma famille depuis des générations et ils me l’ont transmis, la seule différence est que j’ai décidé de faire quelque chose de créatif avec ça, de l’exploiter dans ma musique, mes textes et d’appeler ça un groupe. D’autres personnes appellent ça dépression ou quelque chose comme ça, mais moi j’essaie de transformer la mélancolie en quelque chose de positif. ”¨”¨

N.: Comment êtes-vous parvenu à cette magnifique production?

”¨”¨Anders Nyström : Par un travail acharné et de la détermination . Nous ne faisons jamais de compromis et nous sommes  toujours au commandes de tout du début, jusqu’au produit final. Et c’est quelque chose qui est très important pour nous, car tu acquiers plus d'expérience à chaque année qui passe, et à chaque fois que tu fais quelque chose comme lorsque t’es en tournée avec ton album cela t’apporte plus d'expérience aussi et te permet de te rapprocher à chaque fois un peu plus de cette finalité que tu t’es fixé toi même. Et tu va plus ou moins atteindre ton but. Je pense que tout est une question d’essayer d’atteindre son but. ”¨

N.: Qui est-ce qui a produit l’album?”¨”¨

Anders Nyström : C’est moi et Jonas qui avons produit l’album. Là encore c’est une question d’avoir le contrôle.  Et de ne pas faire de compromis avec quelqu’un qui peut-être ne comprends pas tout à fait ce que nous faisons. Je suis tout à fait ouvert à l’idée de travailler avec d’autres personnes, mais si la personne n’est pas au courant de notre passé, ça peut être dangereux de travailler avec cette personne car cela peut mettre des choses en péril... Comment savoir si cette personne a raison, je ne sais pas, c’est vraiment risqué de faire ce genre de choses, et je n’ai pas envie de faire des expériences au détriment de l’album de Katatonia.”¨

N.: L'année dernière, j'ai fait l’acquisition du EP "The Longest Year" où figure un remix de "Day And The Shade", comptez-vous prolonger ce genre d'expérience ?

”¨”¨Anders Nyström : Oui, nous avons déjà prolongé cette expérience sur le nouvel album, c’est d’ailleurs le même gars qui a fait le remix de «Day and the Shade» qui a fait un remix d’une chanson du nouvel album. Je pense que cela présente un nouveau jour du groupe. Jusqu’où peut on s’éloigner du son original tout en restant intéressant. Je suis un gros fan et j’applaudis le gars qui l’a fait car j’aime vraiment beaucoup. J’aurai aimé d’ailleurs que toutes nos chansons subissent ce traitement, ça aurait pu faire un album fantastique, mais ça pourrait être une idée à exploiter dans le futur . ”¨”¨

N.: Il y aurait-il espoir de voir réapparaître un jour Diabolical Masquerade et October Tide ( side projects respectifs de Anders et de Jonas ) ? ”¨”¨

Anders Nyström : October Tide continue d’exister puisque notre ancien guitariste, Frederic Norman a quitté Katatonia en 2010 et depuis a ressuscité October Tide , mais Jonas n’en fait plus partie.”¨
En ce qui concerne Diabolical Masquerade, ne jamais dire jamais, ce n’est pas que cela ne m’intéresse plus de faire ça, mais c’est plutôt le mauvais moment de s’occuper de ça, on a tellement à faire avec Katatonia maintenant. On doit maintenant tourner pendant 2 ans avec le nouvel album, et puis enregistrer le prochain.”¨”¨

Anders Katatonia ITW

N.: Avez-vous donc déjà des dates prévues pour l’année à venir? ”¨”¨

Anders Nyström : Oui, tout est déjà planifié jusqu’à la fin de l’année. J’ai vu toutes les dates: nous allons d’abord aux Etats Unis avec Devin Townsend et Paradise Lost , ce qui est un superbe lot, j’aime ça! Puis tout de suite après nous allons faire une autre tournée avec Opeth ce qui est une autre bonne chose! Donc nous allons être absents pendant 2 mois, puis nous allons avoir juste 4 jours de libre à notre retour en Europe pour nous débarrasser du décalage horaire, ce qui va être dingue. Et puis on va revenir ici pour faire une tournée qui sera notre plus longue tournée: 2 mois en tournant en tant que tête d’affiche . La tournée sera très étendue avec de nombreuses dates dans toute l’Europe. Rien qu’en France il y aura quelque chose comme 6 dates, et puis dans l’Europe de l’Est aussi, donc tout le monde aura l’occasion de nous voir sur scène. Je ne sais pas encore avec qui nous allons tourner, ça va être annoncé dans les semaines à venir, mais ça sera très mélodique. ”¨”¨

N.: Si tu es d’accord, parlons un peu de Bloodbath à présent. Pensez vous que l’implication de Per Eriksson dans Katatonia va influencer votre son?”¨”¨

Anders Nyström : Non, il n’y aura aucune influence, les deux projets sont très bien comme ils sont, séparément. Ils ne vont jamais avoir une influence l’un sur l’autre car Bloodbath est une réponse directe à ce que l’on fait avec Katatonia. Il y a longtemps on faisait du death metal avec Katatonia et on a voulu pousser ça encore plus à l’extrême avec Bloodbath. Et les deux groupes coexistent très bien comme ça ce qui rend tout le monde heureux. ”¨”¨

N.: Que pensez vous de votre influence sur le black metal et son sous genre plus dépressif.

”¨”¨Anders Nyström : Bien, je n’ai pas beaucoup réfléchi à cette question. J’ai entendu pas mal de personnes nous dire ça, ce qui est assez honorifique et agréable à entendre... Mais j’ai un peu perdu contact avec la scène Underground avec l’abondance d’information que l’on a sur Internet de nos jours. Avant Internet on se retrouvait en concert, il n’y avait que des fanzines et pas de webzines, et on se devait d’être plus impliqué. Maintenant avec internet tu peux tout simplement t’assoir sur ton canapé et passer tout en revue, je ne retrouve pas la même excitation et du coup je perds le fil. Mais pour revenir à ta question, c’est vraiment super qu’ils soient influencés par nous parce qu’ils en ont fait quelque chose de bien.”¨”¨”¨

N.:  Tu a parlé de Opeth tout à l’heure,  que penses-tu de ce qu’ils font musicalement en ce moment ?

”¨”¨Anders Nyström : Je suis un musicien, donc j’ai plus de facilités à comprendre cette démarche. Du point de vue d’un fan c’est différent, mais en tant que musicien je comprends très bien pourquoi ils ont fait ça, et du coup je peux aussi apprécier leur musique, beaucoup, sous cet angle. Mais en tant que fan je pourrai aussi être hésitant quant à de grands changements au sein d’un groupe que j’aime beaucoup... Et toute réaction pour moi est à double tranchant, je sais pas...  Je supporte énormément les gars, j’aime beaucoup leur musique, j’aime énormément les gars, nous sommes amis. Heritage n’est peut être pas mon album préféré dans l’oeuvre de Opeth mais, qui sait comment va sonner le prochain album? Ça se trouve ils vont revenir vers des choses plus anciennes. Je pense que c’était très cool pour eux de faire cet album et d'expérimenter avec ce son parce qu’ils n’avaient pas été heureux de faire ce à quoi les gens s’attendaient, et l’avaient fait quand même, ça n’aurait pas été un album honnête et vrai. Et je pense que beaucoup de gens maintenant ont pu prendre le temps d’apprécier cet album et il n’est clairement pas pour tout le monde. On ne peut pas en dire: «oui c’est sympa», il faut une opinion extrême. Mais c’est très bien, c’est mieux de le détester que d’y être indifférent.”¨Et puis, il faut garder à l’esprit le fait que le groupe existe depuis vingt ans, au bout d’une telle période il devient nécessaire de faire des changements, d'expérimenter et de se renouveler.

N.: Pouvez vous vous remémorer quelques anecdotes des enregistrements ou des concerts de Katatonia?  ”¨”¨

Anders Nyström: Cet enregistrement nous a enfermés en studio pendant 6 mois, écriture inclue. Nous avons tout fait d’une traite. Du coup j’ai l’impression d’avoir été coupé du monde pendant longtemps, c’est peu comme si je revenais de l’ombre, avec un album sombre, évidemment. Je suis assez excité à l’idée d’entendre l’opinion des gens sur cet album. L’enregistrement c’est bien passé, sinon nous y serions encore. ”¨Pour les concerts, on y rencontre toujours des tonnes de gens fous. Les gens se disent que c’est toujours pareil mais c’est faux. Sauf pour les trajets, ça ça reste pareil. Mais des que tu rencontre des gens, tous te racontent des choses différentes. J’aimerais beaucoup avoir tout le temps une caméra avec moi, ça ferait des vidéos incroyables.

N.:  Un mot pour finir?
Ӭ
Anders Nyström : Si vous avez aimé le disque venez au concert et fêtons ça!
 

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements